dimanche 31 mai 2020
More
    Accueil Personnalités Success Story Jean-Yves Monier - Professeur de sacqueboute

    Jean-Yves Monier – Professeur de sacqueboute

    -

    Baroque — Savez-vous ce qui se cache derrière le terme sacqueboutier ? Il s’agit d’un joueur de sacqueboute. Et savez-vous ce qu’est une sacqueboute ? La forme de cet instrument ancien peut sans doute vous aiguiller… Il s’agit tout bonnement de l’ancêtre du trombone. Le nom tire son origine de deux verbes de l’ancien français : saquer (tirer) et bouter (pousser) qui décrivent le mouvement de la coulisse. A l’Académie de musique Rainier III, Jean-Yves Monier enseigne à de jeunes élèves de la Principauté cet instrument singulier, né il y a plus de cinq siècles : « On suppose que la plus vieille sacqueboute en Europe — et a priori au monde — est aujourd’hui située au musée Lascaris dans le vieux Nice où il y a une collection d’instruments anciens. Elle date de 1491. » Dans la famille sacqueboute, il y a trois registres : l’alto, le ténor, et la basse. Cet instrument, fabriqué avec du laiton (mélange de cuivre et de zinc) accompagnait essentiellement, aux XVIème et XVIIème siècles, les musiques polyphoniques, la musique sacrée, et était utilisé à la cour des rois d’Angleterre, d’Italie ou de France. Aujourd’hui, la sacqueboute est surtout appréciée par les amateurs de musique ancienne, et peut s’entendre dans les orchestres baroques. « Ce qui est assez incroyable, c’est qu’au XVème siècle, un artisan ait eu l’idée de fabriquer un instrument télescopique avec deux tubes qui coulissent dans un fourreau. La sacqueboute est d’ailleurs le premier instrument à vent chromatique, précisément grâce à cette coulisse. Avant cela, il n’y avait que des trompettes naturelles (sans pistons, coulisse ou trous N.D.L.R). Le musicien était alors obligé de “tricher” avec les lèvres pour jouer plusieurs notes différentes. » Qu’est-ce qui distingue donc le trombone moderne de la sacqueboute ? « Techniquement, c’est sensiblement la même chose. Au niveau du timbre et du son également. C’est essentiellement le langage qui change, c’est-à-dire l’interprétation et les articulations. Il y a un phrasé particulier. Il faut avoir cette culture de la musique ancienne », explique ce professeur, tromboniste depuis 32 ans à l’Orchestre philharmonique de Monte-Carlo et professeur de trombone et de sacqueboute depuis 31 ans à l’Académie de musique Rainier III. Si jamais vous avez une passion soudaine pour ce trombone baroque, sachez que des marques spécialisées fabriquent encore aujourd’hui cet instrument, notamment une très réputée en Allemagne. Au conservatoire supérieur de Lyon, une classe de sacqueboute a même été formée. Et un ensemble musical, Les sacqueboutiers de Toulouse, rencontre un vif succès.

     

    -

    Les dernières news

    La méditation pour favoriser l’épanouissement personnel

    Lancée en plein confinement, l’association monégasque Le soi est dans le soin cherche à promouvoir la pratique de la méditation en Principauté.

    La SBM s’attend à une note très salée

    La pandémie de Covid-19 a affecté considérablement le groupe SBM qui ne cache pas ses inquiétudes pour le futur.

    Immunité, anxiété, effet booster Les plantes qui peuvent être nos alliées

    Depuis 2014, Sophie Chatelier, artisan herboriste et conseillère agréée en fleurs de Bach à Nice, confectionne des formules à base de plantes pour prévenir ou soulager les maux




    Les plus lus

    Crise du coronavirus : Le Prince hausse le ton

    Regrettant que le Conseil national ne respecte son appel « à l'unité nationale » dans la gestion de cette crise sanitaire, le Prince Albert II a pris la parole dans un communiqué de presse envoyé ce jour par le palais princier.

    Bars et restaurants rouvrent le 2 juin à Monaco

    Les bars et les restaurants de la Principauté pourront rouvrir dès le 2 juin. Sur réservation pour manger, sans réservation pour boire un verre, pas plus de six par table.

    Le retour des salariés Français et Italiens à Monaco en question

    De nombreux travailleurs en provenance de France et d’Italie vont probablement faire leur retour à Monaco lundi 4 mai. Problème : les trains et les bus seront très rares puisque la France sera encore en confinement jusqu’au 11 mai.