samedi 4 avril 2020
More
    Accueil Dossier Cancers pédiatriques : ça bouge !

    Cancers pédiatriques : ça bouge !

    -

    Un microscope holotomographique vient d’être acquis par le centre scientifique de Monaco grâce aux financements de la fondation Flavien et Aleksander Savchuk. Explications

    «Un gain de temps et de productivité inestimable. » Voilà comment Vincent Picco, chargé de recherches au département de biologie médicale en charge des cancers pédiatriques au centre scientifique de Monaco, décrit la toute récente acquisition de ses équipes. Un microscope de dernière génération permettant de multiplier les données sur les cellules cancéreuses, responsables de la maladie chez l’enfant. 24 000 euros ont été déboursés pour cette fabrication suédoise vendue à quelque 300 exemplaires dans le monde à ce jour. « C’est une technologie qui permet de générer de la donnée en masse. On est vraiment dans ce que l’on nomme le Big Data », explique Vincent Picco. Autant de possibilités pour son équipe de répondre aux nombreuses questions de recherche fondamentale qu’elle se pose. Grâce à une image holotomographique (un faisceau laser traverse et scanne chaque échantillon, N.D.L.R.), la quantité de travail effectué par cette machine sera équivalente à plusieurs décennies d’observation scientifique réalisée par un homme dans les conditions actuelles.

    © Photo CSM

    INNOVATION — « Ce nouveau microscope peut être placé dans l’incubateur à une température de 37 degrés, celle du corps humain. »

    Intelligence artificielle

    « Avec un microscope traditionnel, on ne peut pas laisser trop longtemps les cellules à l’air libre. Ce nouveau microscope peut être placé dans l’incubateur à une température de 37 degrés, celle du corps humain. C’est dans ces conditions que les cellules vivantes peuvent proliférer. » En établissant mieux leurs morphologies (densité, épaisseur) de façon automatique et répertoriées par la machine elle-même, grâce à l’intelligence artificielle, c’est un travail très fastidieux que s’évite l’équipe monégasque. De la recherche au patient, l’application concrète ne sera bien sûr pas immédiate. Mais chaque pas en avant est une avancée considérable. Surtout pour les cancers pédiatriques du cerveau, délaissés encore trop souvent par les laboratoires pharmaceutiques pour des raisons purement économiques à cause du relatif faible nombre de cas dans le monde. Mais les choses commencent à bouger. Lors de la dernière biennale de cancérologie à Monaco en février, de nombreux experts mondiaux se sont retrouvé pour évoquer leur recherche sur le sujet. « Il y a une volonté politique d’orienter plus spécifiquement les futurs plans de recherche de cancérologie sur les cancers pédiatriques. Un élan se crée autour de ces pathologies », considère Vincent Picco.

    © Photo Iulian Giurca – L’Obs’

    Trois questions à Denis Maccario, président de la fondation Flavien

    Comment se déroule le partenariat entre votre fondation et le centre scientifique de Monaco ?

    J’ai juste un mot à dire : bravo ! L’équipe de Vincent Picco est partie d’une idée qui avait été mûrement réfléchie en octobre 2015 à la signature de notre convention entre la fondation Flavien et le CSM. Je comprends mieux car mon vocabulaire médical et scientifique a augmenté avec le temps. Et ce depuis l’annonce de la maladie de mon fils. C’était le 10 mars 2010. Il est décédé le 7 mars 2014.

    Que pensez-vous de cette acquisition ?

    Ils avaient une idée, ils ont établi un protocole. Le matériel est acheté en fonction des besoins. De mon côté, ils ont carte blanche du moment que cela respecte le budget. Nous avons déjà versé 400 000 euros. Guérir demain, ça commence aujourd’hui. On peut agir plus vite en s’équipant au fur et à mesure. En anticipant une méthode de travail, on gagne énormément de temps.

    Votre espoir pour le futur ?

    Depuis 2014, de nombreuses équipes médicales de Marseille, Nice et même des États-Unis ont été rameutées dans la vague du tsunami Flavien. J’avais le combat contre la maladie et maintenant je mène un combat pour la recherche. Tout ce que l’on fait, c’est pour sauver des vies dans un futur proche.

    -

    Les dernières news

    A Monaco, des profs de cuisine mobilisés pour nourrir les aînés

    Dans les cuisines du Lycée technique et hôtelier de Monaco, 150 déjeuners et 75 dîners sont préparés chaque jour pour aider les ainés et les plus de 70 ans à bien se nourrir.

    Patrice Cellario : « Il n’est pas question d’avoir un bac ou un brevet au rabais »

    Ce n'est que moins de deux heures après la prise de parole de Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation en France, que Patrice Cellario a annoncé les mesures prises en principauté.

    JCEM : des conseils pour sauver vos entreprises

    Marion Soler mobilise donc la centaine d'adhérents de la JCEM pour poursuivre – en les réadaptant à l'actualité – les activités de son entité économique.

    Les plus lus

    Crise du coronavirus : Le Prince hausse le ton

    Regrettant que le Conseil national ne respecte son appel « à l'unité nationale » dans la gestion de cette crise sanitaire, le Prince Albert II a pris la parole dans un communiqué de presse envoyé ce jour par le palais princier.

    COVID 19 à Monaco : les dernières mesures du gouvernement

    Lors de sa dernière conférence de presse, il y a quelques minutes. Le gouvernement princier a annoncé...

    Le prince Albert est positif au COVID-19

    Le communiqué officiel du palais princier vient tout juste de tomber. Le Prince Albert II qui avait été testé en début de semaine, est positif au Covid-19.