jeudi 4 juin 2020
More
    Accueil Infos Société Hausse spectaculaire des attaques informatiques

    Hausse spectaculaire des attaques informatiques

    -

    Cybercriminalité — Le confinement de millions de salariés à travers le monde, contraints de travailler de chez eux pour limiter la propagation du coronavirus, suscite un nombre sans précédent de cyberattaques et de tentatives d’intrusions numériques. Un constat qui se vérifie aussi à Monaco —

    La pandémie du Covid-19 a créé un environnement idéal pour les cybercriminels… De nombreux experts en cybersécurité ont en effet constaté une augmentation spectaculaire des attaques informatiques durant la période de confinement. Une hausse qui se vérifie aussi à Monaco. Étant donné que de très nombreux employés télétravaillent dans des conditions souvent peu sécurisées et que des millions d’individus souhaitent obtenir des informations sur le virus, cela a ouvert la porte à des acteurs malveillants qui ont recours, tantôt au hameçonnage par courriel (« phishing »), tantôt au piratage psychologique (« social engineering ») pour avoir accès ou pour voler des informations sensibles. « On constate effectivement une hausse considérable des cyberattaques car tout le monde est en télétravail actuellement. Or, les entreprises n’ont pas forcément pris le temps d’établir une sécurité informatique forte dès le départ. Cette crise sanitaire a obligé les sociétés à agir vite et dans l’urgence, explique Marion Soler, directrice d’Actis à Monaco, une société spécialisée dans la protection et la récupération de données. Les process de sécurité n’ont donc pas été bien établis ou suffisamment anticipés. Évidemment, les hackers le savent. On constate par exemple beaucoup plus de tentatives d’usurpation des mots de passe, notamment sur Facebook et sur Linkedin. »

    « Nous y portons une attention extrême »

    L’agence monégasque de sécurité numérique (AMSN), observe elle aussi depuis le mois de mars un accroissement important des fichiers malveillants et autres attaques numériques à Monaco. Ce service appelle donc à la plus grande vigilance. Même discours du côté de la Sûreté publique et du département de l’Intérieur. « Une attention forte doit être portée sur le risque cyber car les particuliers ont mis en œuvre des dispositifs de connexion dans des conditions de sécurité qui ne sont pas forcément parfaites, et à la va-vite. Des cybercriminels considèrent que c’est une situation dans laquelle ils pourraient s’engouffrer, alerte à son tour le conseiller-ministre Patrice Cellario. Nous y portons donc une attention extrême. »

    « Toutes les semaines, on apprend qu’un hôpital ou un centre de santé a subi une cyberattaque »

    Plusieurs cyberattaques de grande envergure ont été constatées à travers le monde. Notamment certaines qui ciblent des systèmes de santé. « Toutes les semaines, on apprend que tel hôpital ou tel centre a subi une cyber attaque. Vous imaginez les conséquences qu’il pourrait y avoir durant cette crise actuelle si l’informatique d’un hôpital était à l’arrêt », alerte Marion Soler. A titre d’exemple, l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) a été prise pour cible dimanche 22 mars. Des serveurs informatiques ont subi une attaque par déni de services (DDos) au cours de laquelle, brutalement surchargés de requêtes inutiles, ils ont été noyés et rendus inaccessibles. Pendant une heure, l’AP-HP a donc dû couper l’accès aux mails et aux outils à distance pour ses salariés en télétravail. Autres constats : les hackers profitent de la popularité de l’application Zoom pour leurs campagnes de phishing, et le nombre de ransomwares (attaques avec demande de rançon) sur le thème du coronavirus a explosé. Europol a aussi arrêté un homme pour avoir tenté de blanchir de l’argent provenant d’une escroquerie par courrier électronique liée à l’épidémie de coronavirus. Une escroquerie qui visait les professionnels. Thalès parle enfin d’un nombre grandissant de fausses applications de suivi du Covid-19. Des applications qui profitent de la soif d’informations du public. Selon le groupe français, 50 % des noms de domaines créés depuis le mois de décembre, et liés au coronavirus, peuvent provoquer l’injection de logiciels malveillants.

    -

    Les dernières news

    A la frontière italienne, les contrôles continuent

    L’ouverture de la frontière a semé la pagaille avec plusieurs kilomètres de bouchons le 3 juin au matin. La préfecture des Alpes-Maritimes rappelle les règles à suivre pour s’y rendre.

    Aides financières de l’Etat : jusqu’à quand ?

    Jusqu’à quand les aides financières de l’Etat qui ont été débloquées pour faire face aux conséquences de la crise sanitaire vont-elles durer ?

    Des livres à domicile ou prêts à emporter

    La mairie de Monaco a annoncé que la médiathèque mettait en place deux nouveaux procédés. Il est désormais possible d’emprunter livres, revues, CD, DVD.




    Les plus lus

    Crise du coronavirus : Le Prince hausse le ton

    Regrettant que le Conseil national ne respecte son appel « à l'unité nationale » dans la gestion de cette crise sanitaire, le Prince Albert II a pris la parole dans un communiqué de presse envoyé ce jour par le palais princier.

    Bars et restaurants rouvrent le 2 juin à Monaco

    Les bars et les restaurants de la Principauté pourront rouvrir dès le 2 juin. Sur réservation pour manger, sans réservation pour boire un verre, pas plus de six par table.

    Le retour des salariés Français et Italiens à Monaco en question

    De nombreux travailleurs en provenance de France et d’Italie vont probablement faire leur retour à Monaco lundi 4 mai. Problème : les trains et les bus seront très rares puisque la France sera encore en confinement jusqu’au 11 mai.