Usine d’incinération : « une espérance de vie de 9 à 10 ans »

Le feuilleton de l’usine d’incinération est décidément plein de rebondissements… Lors des débats budgétaires au conseil national, le conseiller-ministre pour l’équipement Marie-Pierre Gramaglia, a annoncé que, selon une dernière étude, l’actuelle usine aurait une espérance de vie beaucoup plus longue que prévue. « Au moins 9 à 10 ans ». Une annonce qui a ulcéré une partie des élus dont Jean-Michel Cucchi : « Je ne peux pas croire qu’on s’aperçoive de tout ça maintenant. Il y a un vrai problème de méthode ! On nous avait dit que cette usine avait une durée de vie très limitée et qu’il fallait régler très vite ce dossier. » Du nouveau aussi concernant l’emplacement de cette future usine. Si la piste d’une délocalisation en France est toujours exclue, le gouvernement envisage deux autres options : soit une reconstruction in situ, soit une construction « à proximité » de l’actuelle usine, sur un autre terrain. « Nous sommes actuellement en train de négocier avec certains propriétaires », a expliqué Marie-Pierre Gramaglia, tout en précisant que l’appel d’offres ne sera pas lancé « avant la fin de l’année 2017 ». De son côté, l’élu Jean-Louis Grinda a demandé à ce que la technique de l’incinération soit exclue. Et que ceci soit mentionné noir sur blanc dans l’appel d’offres.