prince-Pierre-avec-le-prince-Rainier-PH-6000.1

Une nouvelle page d’histoire

CEREMONIE/Avec le baptême des jumeaux princiers Gabriella et Jacques le 10 mai, Monaco ouvre une nouvelle page de son Histoire. L’occasion de faire un focus sur les autres célébrations qui ont marqué le pays.

 

Le 10 mai prochain marque une date capitale pour la famille princière. Cinq mois après leur naissance le 10 décembre 2014, le prince héréditaire Jacques et sa sœur jumelle Gabriella seront baptisés en la Cathédrale de Monaco. Une cérémonie qui se déroulera lors d’une messe célébrée par Monseigneur Barsi à 10h30. Un moment que la population monégasque et les résidents de la Principauté sont appelés à partager puisqu’ils pourront, à l’issue de la cérémonie religieuse, acclamer la famille princière le long du parcours entre la Cathédrale et le Palais. Cette dernière devrait se rendre au Palais à pied, pour une réception privée. A noter que deux écrans géants permettront au public situé place du Palais de suivre en direct le rite célébré dans l’enceinte de la Cathédrale. Pour les résidents du Rocher qui ne pourraient pas se déplacer, les festivités du baptême, cérémonie religieuse comprise, seront retransmises à la télévision sur la chaîne Monaco Info. Encore une fois, la réalisation sera confiée à Jérôme Revon, spécialiste du petit écran qui avait déjà officié pour le mariage princier en 2011.

 

Paris

Aujourd’hui, peu d’informations filtrent sur le déroulé de la cérémonie. Certains ont même ouvert les paris sur le choix des parrains et marraines… On sait juste que le cadeau offert au couple princier par les Monégasques pour les naissances sera remis sur la place du Palais par le Maire de Monaco le 11 juillet prochain à l’occasion des célébrations du dixième anniversaire de règne d’Albert II.

Ce moment-clé de l’histoire des Grimaldi représente alors l’occasion de se replonger dans les archives de la dynastie. En fouillant dans les annales, on se rend compte que la tradition d’un baptême de membres de la famille princière en principauté n’a été réactivé que récemment, au XXème siècle, avec la princesse Antoinette. « La cérémonie qui s’est déroulée le 5 mars 1921 a eu pour les Monégasques l’attrait d’une véritable nouveauté. Si l’on excepte le fils aîné de la princesse Florestine, duchesse d’Urach, aucun des personnages de la famille souveraine n’a vu le jour et n’a été baptisé à Monaco depuis la Révolution française », relate la publication Rives d’Azur. Avant de poursuivre : « Avant cette date mémorable, de longues années s’étaient aussi passées sans qu’un semblable événement ne se fût produit : les enfants du Duc de Valentinois (le futur Honoré IV) et de la Duchesse, née d’Aumont-Mazarin, avaient reçu à Paris le premier sacrement de l’Eglise. Des deux fils du prince Honoré III, seul l’aîné, arrivé au monde dans le Palais de Monaco le 17 mai 1758, avait été baptisé solennellement en l’église Saint-Nicolas, le 18 juillet suivant. »

Portrait officiel dans le Salons des Glaces du Palais de la famille princière lors du baptême du prince héréditaire Albert, le 20 Avril 1958. © Photo Howell Conant – Archives du Palais princier de Monaco

20 avril 1958 : le baptême du prince Albert

Le 19 avril, les rues de la ville étaient pavoisées aux couleurs nationales. Après une réception matinale dans les salons de la mairie, les personnalités officielles monégasques et provençales, précédant les groupes folkloriques pittoresques (des Camarguais, des Sétois, des Arlésiens), se rendirent en cortège sur la place du Palais pour donner une aubade au couple princier qui apparut au balcon du palais, avec la princesse Caroline.

A 15h, tous les Monégasques âgés de plus de 10 ans étaient réunis dans la cour d’honneur du palais princier où ils allaient assister à la présentation officielle du prince héréditaire. En ce deuxième anniversaire du mariage du prince Rainier et de la princesse Grace, le couple apparut au balcon de la galerie Hercule sous un tonnerre d’applaudissements. Parmi les personnalités présentes dans les appartements privés figuraient la Reine Victoria-Eugenia d’Espagne, le prince Louis de Polignac, le prince Pierre, la princesse Antoinette, le chanoine Tucker, chapelain du palais. Après un défilé en ville des fanfares, la soirée se poursuivit avec un feu d’artifice et un bal populaire sous le chapiteau de la place sainte Dévote.

 

4/Présentation au balcon du Palais princier de Monaco du jeune prince héréditaire Albert dans les bras de sa marraine la reine Victoria-Eugénie d’Espagne. A ses côtés le prince Rainier III portant dans ses bras la petite princesse Caroline, le 20 avril 1958. © Photo DR – Archives du Palais princier de Monaco

Le lendemain, le 20 avril, la foule envahit le Rocher, les corbeilles et guirlandes de fleurs parsemaient les façades du conseil national et du palais de justice. A 10h54, une salve de 101 coups de canon sont tirés alors que le cortège princier quitte le palais pour se diriger vers la cathédrale. « Le temple de Dieu ruisselle de lumière. Des dizaines de milliers de fleurs blanches délicatement voilées de tulle bleu forment un décor féérique et répandent sous les hautes voûtes leurs délicieux parfums », raconte le Journal de Monaco. Une messe de baptême qui précédera les festivités de l’après-midi (bataille de fleurs, feu d’artifice japonais et goûter pour les enfants). Le soir, plus de 500 invités sont conviés dans la salle du trône. L’on y voit bien sûr le parrain et la marraine, le prince Louis de Polignac et la reine Victoria-Eugenia d’Espagne, le roi et la reine de Yougoslavie, la Begum Aga Khan, la princesse de Monténégro, Georges Duhamel ou encore Marcel Pagnol.

 

14 juin 1923 : le baptême de Rainier III

Le matin à 8 heures, une salve de 21 coups de canon annonçait le grand événement. La foule ne tardait pas à se réunir, relate le Journal de Monaco de l’époque. La municipalité avait fait décorer les rues de Monaco Ville. Peu avant 11 heures, la première voiture s’arrêta sur le terre-plein de la cathédrale, juste après une nouvelle salve de coups de canon et une volée de cloches. Le prince portait un uniforme de général français, le prince Rainier était dans les bras de sa nurse. La première partie de la cérémonie liturgique se déroula alors à l’entrée de l’église. L’évêque posa les questions traditionnelles au parrain et à la marraine. Il souffla ensuite sur le visage de l’enfant et déposa le sel sur ses lèvres. Après l’accomplissement des rites, dans le transept, une bénédiction apostolique fut donnée à la famille souveraine et l’assemblée. « Au départ de la Cathédrale, la foule, massée sur le parvis, sur la place, dans la rue du tribunal et sur la place du palais, se découvre et applaudit », note le Journal de Monaco. Une acclamation qui se renouvelait sous la loggia du premier étage lorsque le prince Louis II portant son petit-fils Rainier et le prince Pierre soulevant la petite Antoinette se présentèrent à la loggia du premier étage. L’après-midi, la princesse Antoinette offrit les premiers gâteaux aux enfants présents au goûter donné pour l’occasion place sainte-Barbe. Avant de donner le signal du lâcher de ballons rouges et blancs, qui précéda d’autres festivités. Une garden party, un dîner et une sérénade avec des personnalités étrangères et monégasques. « A 9 heures et demie, un feu d’artifice a été tiré des jetées du port. On applaudit particulièrement une pièce où se lisait les lettres en feu : “Vive le prince Rainier ” », raconte le Journal de Monaco.

écrit par Milena