ArtMonteCarlo-Grimaldi-Forum-Monaco_Vue-Generale_credit-JC-Vinaj

Un salon auto en plein air

ECOLOGIE/Du 16 au 19 février, Monaco se transformera en salon international de l’automobile à ciel ouvert. Des véhicules écolo d’une cinquantaine de marques seront présentés dans plusieurs lieux emblématiques de la Principauté.

Exit le salon auto traditionnel… Pour marquer sa différence avec les rassemblements classiques — de type Mondial de Paris ou de Genève —, le salon automobile de Monaco se tiendra à ciel ouvert. Du quai Albert Ier à la place du palais, en passant par le Grimaldi Forum, la place du Casino, le chapiteau de Fontvieille, la plage du Larvotto, le Gildo Pastor Center ou encore l’héliport, les stands des constructeurs seront répartis sur tout le territoire de la Principauté. Et comme il s’agit d’un salon très axé sur l’écologie et le développement durable, des navettes électriques (mises à la disposition par le groupe Bolloré) conduiront les visiteurs d’un stand à l’autre. Pendant 4 jours, des voitures aux allures futuristes et des véhicules écologiques — électriques, hybrides et propulsés grâce à l’hydrogène — se mêleront aux technologies “green” les plus avant-gardistes.

SIAM-2017-salon-international-de-l’automobile-de-Monaco-Thierry-Hesse-@Manuel-Vitali-Direction-de-la-communication-MAN_8379

BOSS/Aux manettes du salon, Thierry Hesse, ancien commissaire du Mondial de l’auto à Paris, et son fils Nicolas. © Photo Manuel Vitali / Direction de la communication

La famille Hesse aux commandes

Aux manettes de cet événement, il y a un fin connaisseur : Thierry Hesse. Après 25 années passées à la tête du Mondial de l’automobile de Paris, ce passionné s’est lancé — à la demande du prince Albert — dans ce nouveau challenge aux côtés de son fils Nicolas. « Ce n’est plus simplement un projet, mais une réalité. Monaco étant probablement le lieu au monde qui a le plus d’histoire avec l’automobile », justifie-t-il. Entre le Rallye de Monte-Carlo, le Grand Prix de F1, la Formula E ou encore le salon Top Marques dédié aux gros bolides de luxe, la Principauté et l’automobile ne font en effet qu’un. « Les 4 000 m2 d’exposition du Grimaldi Forum représentent la taille du stand de Renault au Mondial de l’automobile… Il fallait donc trouver une autre idée », poursuit Thierry Hesse. C’est là que l’idée d’un salon en plein air a germé, puis, aussitôt séduit les constructeurs. Une cinquantaine de marques dont Mitsubishi, Lexus, Tesla, Porsche, Nissan, Renault, ou encore McLaren ont d’ores et déjà répondu présent. Le petit plus de ce salon ? Les visiteurs pourront essayer les véhicules.

1er Salon international de l’automobile de Monaco. Du 16 au 19 février 2017. Entrée : 15 euros. Plus d’informations sur le site salonautomonaco.com

 

En bref/

3% du parc auto électrique

Qui dit salon écolo, dit… partenaires écolos. Très logiquement, la Fondation Albert II a été associée à cet événement. « Cela fait un bon quart de siècle que Monaco est engagé dans la voie du développement durable. Aujourd’hui, les choses ont changé. 3 % du parc automobile monégasque est électrique. On souhaite le faire passer à 5 % », indique Bernard Fautrier, vice-président de la fondation Albert II. Il voit dans ce salon l’opportunité de promouvoir la mobilité propre. « L’avenir, c’est une mobilité décarbonnée. Si on n’y arrive pas, on prépare à nos enfants un avenir bien triste. »

Startups

Une vingtaine de startups, en particulier des startups françaises qui étaient présentes au dernier Consumer electronics show (CES) de Las Vegas seront aussi à Monaco pour montrer leur savoir-faire et leur manière de révolutionner la mobilité de demain.

Entre 50 000 et 100 000 visiteurs

Avec un tarif d’entrée de 15 euros, les organisateurs espèrent attirer « entre 50 000 et 100 000 visiteurs » dès la première année. « La date de l’évènement (du 16 au 19 février) n’a pas été choisie par hasard. On se positionne juste avant le salon de Genève. Ce n’est pas neutre, car nous avons l’ambition d’installer le salon de Monaco de manière durable. D’ailleurs, nous aurons des marques qui ont choisi la Principauté pour présenter leur première mondiale », assure Thierry Hesse. Parmi elles, le constructeur monégasque Monte Carlo Automobile.