SNCF-Train-LGV-Paca-rff-p01801

SNCF, entre retards et travaux

SOCIETE / Depuis plusieurs mois, la SNCF et RFF ont lancé des opérations de maintenance et de développement sur la ligne Grasse-Vintimille. Ce qui provoque des retards, notamment pour les usagers qui viennent travailler à Monaco.

L’étendue des dégâts avait été révélée en 2005, lors d’un audit effectué par l’école polytechnique de Lausanne. Cette étude pointait la vétusté du réseau et le « retard considérable que nous avions sur le réseau classique », précise Marc Svetchine, directeur régional PACA chez Réseau Ferré de France (RFF). D’autant que, d’après lui, « les Suisses sont une référence mondiale en matière de chemin de fer. »

Audit
Cet audit sur l’état du réseau ferré national, appelé Audit Rivier, avait été commandé par RFF et la SNCF et portait sur le « vieillissement des infrastructures ferroviaires. » Un audit qui recommandait aussi des évolutions en matière de maintenance, notamment pour le renouvellement et l’entretien. Après cet audit et celui de 2007 consacré à la gouvernance du système ferroviaire français, RFF et la SNCF ont décidé d’agir. D’ailleurs, de nombreux travaux de réaménagement ou de remise aux normes ont été faits dans l’intervalle. Tout n’est cependant pas terminé, comme l’explique Marc Svetchine : « On a des travaux programmés sur la Côte d’Azur au-delà de 2020, en plus de ceux qui sont déjà en cours. »

Tunnel
Car si les travaux dans le tunnel de Monaco sont lancés, d’autres sont toujours en cours de réalisation. « On finit la 3ème ligne entre Antibes et Cagnes-sur-Mer, ce qui permettra de créer une voie de dépassement pour les trains rapides qui ne s’arrêtent pas partout. Les travaux devraient être finis en décembre prochain », précise le directeur PACA de RFF en indiquant que ce chantier a coûté 158 millions d’euros.
En principauté, le chantier est plus complexe. Divisés en deux parties, les travaux du tunnel de Monaco portent sur deux sections : une première de 114 mètres, la seconde de 110 mètres. Toutes deux se situent dans la partie Est, en direction de Menton et sont espacées de quelques mètres l’une de l’autre. Objectif de ce chantier : « Moderniser le tunnel et la structure afin de faciliter les transports et assurer une meilleure desserte du parcours », explique Christine Rochwerger, directrice d’opération chez RFF et en charge du tunnel de Monaco.

Renforcement
En effet, la structure du tunnel se déforme et elle subit les circulations d’eau : « Etant donné que ce tunnel se trouve dans des marnes argileuses, ces marnes se gonflent et provoquent un soulèvement du radier (voir schéma). Mais elles poussent également sur les piédroits et les resserrent. Et tout cela provoque des micros fissures dans le radier, c’est-à-dire la base sur laquelle sont posés les rails », explique Rochwerger.
Du coup, pour éviter cela, l’idée est donc de passer d’un radier en béton à un radier voûté en béton armé. Même chose pour les piédroits qui seront eux aussi en béton armé une fois les travaux terminés. Ces travaux dureront 6 mois, pour le premier segment de 114 mètres, et 6 autres mois pour le second segment de 110 mètres. Cette deuxième partie débutera en octobre 2014. Tandis que la première, qui a débuté le 30 septembre dernier, devrait prendre fin le 30 mars 2014.
Des travaux nécessaires afin d’éviter des problèmes plus graves. Comme en 2003 où le tunnel avait dû fermer pendant 8 mois. Ou en 2005 et 2008 lorsque des cintres métalliques ont été posés pour renforcer la structure du tunnel. Mais cette fois, des dispositions ont été prises pour que le trafic puisse se poursuivre.

 

Transport
Pendant ces travaux, une seule voie sera disponible entre Monaco et Vintimille. Difficile donc pour la SNCF de maintenir le plan de transport en place. Pour y remédier, l’ensemble des acteurs du TER ont donc mené une réflexion. Résultat, aucun changement ou presque du côté Ouest de la ligne, entre Cannes, Grasse et Monaco. Seules les navettes entre Nice et Menton ont subi des modifications, puisqu’elles s’arrêtent désormais à Monaco et sont programmées 5 minutes plus tôt qu’auparavant.
Côté Est par contre, les choses ont bougé. La gare de Roquebrune-Cap-Martin n’est ainsi plus desservie et celle de Carnolès ne reçoit que des trains en période de pointe, matin et soir. « En temps normal, 96 trains par jour effectuent la liaison entre Monaco, Menton et Vintimille. Pendant les travaux, il n’y en aura plus que 62. Du coup, la gare de Menton n’aura plus que deux trains par heure en période de pointe, contre quatre avant » explique Dominique Régnier, directeur du TER en PACA.

Problèmes
Pour définir ce plan de transport, des agents SNCF ont été dépêchés sur chacune des gares pour effectuer des comptages journaliers, train par train, et mesurer la fréquentation. En cas de problèmes, des plans B ont également été mis en place. Ainsi, une rame supplémentaire est stationnée en gare de Cannes, en cas de panne. La voie C en gare de Monaco, qui n’est plus utilisée pour le moment, permet un départ vers Nice en cas de problème sur la voie B. A noter aussi que les capacités des trains ont été renforcées le matin aux heures de pointes, notamment pour faire face à la baisse du nombre de trains à l’Est du département. Malgré tout, des problèmes persistent.

Retards
Si le plan de transport est « très serré », comme le confie Dominique Régnier, la part d’imprévus peut vite provoquer de lourds retards. Exemple : dès le premier jour des travaux, c’est un contrôle de la police des frontières qui a fait prendre du retard à l’un des premiers trains du matin. Résultat, tout le trafic matinal en a subi les conséquences. A noter aussi des problèmes de signalisation récurrents sur cette ligne. Un problème à l’étude chez RFF, comme le confirme Svetchine : « La signalisation est aussi l’un des points à l’étude que l’on doit rénover. »
Mais cela ne masque pas les problèmes connus depuis quelques mois maintenant par la SNCF. Les retards et les annulations se multiplient depuis cet été et le mécontentement des usagers ne cesse de monter. Les commentaires postés sur les blogs des lignes SNCF illustrent bien ce ras-le-bol général. Reste à voir si le trafic ira mieux une fois les travaux terminés…
_Romain Chardan

 

Travaux/
Les prochains chantiers de RFF

Plusieurs chantiers sont programmés dans les mois à venir. Marc Svetchine, directeur régional chez RFF fait le point pour L’Obs’ : « Début 2014, on va attaquer la rénovation du tunnel de Cimiez qui se déroulera en 3 étapes. On va aussi lancer des travaux en gare de Nice-Ville, toujours début 2014, pour réhausser les quais, créer une passerelle avec ascenseur et un escalator. Cela devrait prendre 2 ans. La même chose est prévue pour la gare de Cannes. Un rallongement de quais est également prévu à Cannes et Grasse, ainsi qu’en gare de Nice-Riquier. Mais pour Riquier, la décision quant aux projets de rénovation n’est pas encore prise. » A noter aussi que des renforcements électriques sont prévus sur les lignes. Surtout qu’entre 2016 et 2020, RFF prévoit de changer tous ses rails, traverses et ballasts. Un autre chantier est prévu à Nice, vers Pont Michel, pour réaliser une liaison directe avec le tramway. Un chantier qui devrait être terminé d’ici fin 2014._R.C.