SNCF : Les Naufragés du TER demandent un audit

A la suite des nombreux incidents survenus sur le système ferroviaire de la SNCF, Elisabeth Borne, ministre chargée des transports, a organisé une réunion de travail le 8 janvier dernier en présence de Patrick Jeantet et Guillaume Pepy, respectivement PDG des groupes SNCF réseau et SNCF mobilités. Le problème principal soulevé par la ministre résulte d’un sous-investissement et d’un manque d’entretien et de modernisation du réseau, impactant directement les trains du quotidien. « Une importance toute particulière sera accordée à la désaturation des grandes agglomérations du pays », a lancé Elisabeth Borne, consciente des problèmes récurrents que les utilisateurs endurent. D’ici la fin mars, un diagnostic complet des systèmes d’alimentation électrique, de signalisation et d’informatique sera mis en place par SNCF réseau dans l’ensemble des gares parisiennes ainsi que sur les principales gares en région.

L’association des Naufragés du TER Grasse Vintimille, qui lutte contre les retards et les annulations de trains qui frappent régulièrement les lignes de la région PACA, s’est réjouie de la démarche. Dans un courrier à l’attention de la ministre, Eric Sauri, président du collectif, a fait part de sa volonté d’étendre cette « radiographie » aux gares de Nice-Ville, Antibes et Cannes « permettant ainsi de disposer d’une connaissance des risques et de solutions réalistes pour leur traitement ». Dans un courrier adressé au président de la région SUD, Renaud Muselier, Éric Sauri a également souhaité mettre en avant les problèmes répétitifs liés aux chutes de pierres à Eze. « Les voyageurs doivent à la fois savoir si leur sécurité est bien assurée et connaître l’échelle des risques. […] Il est plus qu’urgent de rendre objectif et public le risque en y apportant les solutions adaptées et de proximité », écrit Eric Sauri qui lutte depuis des années pour les droits des passagers locaux. _H.A.

écrit par La rédaction