Biamonti-et-Masurel

SBM : les Qataris absents

ECONOMIE / Le président du conseil d’administration de la Société des bains de mer (SBM), Jean-Luc Biamonti, l’a confirmé le 14 septembre : les Qataris n’ont jamais assisté en personne aux assemblées générales des actionnaires de la SBM. « Ils ont peut-être été représentés par quelqu’un d’autre », a ajouté Biamonti. Entrés dans le capital de la SBM en octobre 2011 via la société d’investissement hôtelier du fonds souverain du Qatar, QD Hotel & Property Investment Ltd, ils détenaient alors 5,94 % des parts. Avant de passer à 6,39 % le 15 mars dernier. En 2008, les Qataris désiraient monter à 27 % du capital, avant de se voir fermer la porte par la SBM qui avait alors souhaité limiter leur présence à 10 % maximum.
Au-delà de Monaco, c’est toute la Côte d’Azur qui est aujourd’hui visée par les Qataris. En janvier, le fonds souverain Qatari Diar s’est offert le Carlton à Cannes. Or, Qatari Diar possède aussi 23,24 % du capital de la Société fermière du casino municipal (SFCM) qui gère le Gray d’Albion, le Majestic et deux casinos. La SFMC est contrôlée par la famille Desseigne-Barrière. Alors que Katara Hospitality aurait signé une promesse de vente pour le rachat de quatre gros hôtels français au groupe hôtelier américain Starwood Capital : le Martinez, le Concorde Lafayette, l’hôtel du Louvre et le Palais de la Méditerranée à Nice.
Au niveau français, le Qatar est aussi impliqué dans le sport, à travers le rachat du Paris-SG et la télévision payante, avec le lancement de deux chaînes, BeIN Sport 1 et 2. Mais c’est dans l’hôtellerie de luxe que le Qatar investit le plus. Notamment à Paris avec le Royal Monceau, acheté 250 millions d’euros en 2007 par Barwa Real Estate. Sans oublier l’ancien centre de conférences international de l’avenue Kléber acheté 404 millions en 2007 pour le transformer en palace. Coût des travaux : 210 millions pour une ouverture l’année prochaine sous l’enseigne Peninsula. Reste à connaître la stratégie des Qataris pour la SBM, alors que des rumeurs évoquent l’hypothèse d’un éventuel retrait.
_R.B.