Plage-Electro-credit_lionel_bouffier

Que faire cet été ?

CULTURE / L’Obs’ a sélectionné 13 événements culturels dans le sud-est pour ne pas s’ennuyer cet été. Des événements qui pourraient être perturbé par la grève des intermittents du spectacle.

 

Laurent Garnier

> Electro, techno
Plages Electroniques

Du 10 juillet au 14 août à Cannes
Cinq soirées à Cannes, ça ne se refuse pas. Le 30 juillet, la drum’n bass de Noisia et Netsky, ouvriront la soirée. Le producteur Shy FX se produira avec deux MC’s : Dynamite et Ms Stamina, remarquée pour son tube Dy-Na-Mi-Tee. Les niçois Gunston & Vag assureront le début de soirée. 2014 marque le retour aux affaires du père de la techno française, Laurent Garnier. Avec la sortie de cinq maxis sur cinq labels différents, il sera derrière les platines à Cannes, le 6 août. Daniel Avery, dont on a adoré les 12 morceaux de Drone Logic (2013), sera l’autre moment fort de cette soirée. Enfin, le 14 août, place à Dubfire, Carlo Lio, Elrow on the Road, MMF & DJ Akta. Les « afters » se dérouleront au 7 Club jusqu’à 6 heures du matin._Raphaël Brun
Où ça ? Sur la plage du palais des festivals, à Cannes (Alpes-Maritimes).
Renseignements : www.plages-electroniques.com.
Tarifs : 15 euros la soirée (en prévente), 20 euros la soirée (sur place).

HollySiz

> Pop, rock, electro, reggae
Le Mas des Escaravatiers

Jusqu’au 9 août à Puget-sur-Argens
Le cadre est superbe. Dans le jardin d’un mas provençal, plus de 15 000 personnes viennent chaque été assister à une série de concerts. Depuis le 7 juin et jusqu’au 8 août, 36 soirées sont prévues. Le 1er août, le DJ set de Lilly Wood and the Prick promet beaucoup. Tout comme la soul d’Ayo (le 7 août) ou le dancehall de Busy Signal (le 8 août). Le 9 août, la clôture sera assurée par Bibi Tanga, qui oscille entre jazz, funk et afrobeat. A noter la présence en première partie de la house de Jack de Marseille._Raphaël Brun
Où ça ? Au &, chemin de Saint-Tropez, à Puget-sur-Argens (Var).
Renseignements : 04 94 81 56 83. Site web : www.lemas-concert.com.
Tarifs : de 12 à 30 euros.

Anja Schneider © Zu Pan

Cassy

Geda

> Electro
Hi Beach Party

Le 25 juillet, du 7 au 22 août, le 6 septembre à Nice
Programmation marathon pour ce Hi Beach Party 2014. Depuis le 8 juin et jusqu’au 6 septembre, pour la quatrième année consécutive, la plage du Hi Beach prend des airs de dance floor géant. Notamment le 25 juillet, avec la techno progressive de Kölsch et le duo Saschienne (à partir de 20 heures). On ira aussi écouter Dixon et Gerd Janson (le 7 août, à partir de 20 heures), mais également Monika Kruse et DJ W ! ld (le 22 août, à partir de 20 heures). Enfin, Anja Schneider avec Cassy, B2B et D’Julz clôtureront ce joli festival le 6 septembre (à partir de 14 heures). Avec notamment l’appui de la techno « sexy » de Geda, créateur du label Soleil de Nuit , qui jouera avec Dada Disco, Schoun Ly et Johny Be._Raphaël Brun
Où ça ? Au Hi Beach, 47, promenade des Anglais, à Nice (Alpes-Maritimes). Renseignements : Sites web : hibeach-party.com et hibeach.net. Tarifs : 18 euros (en prévente) ou 20 euros (sur place).

 

Interieur © Koichi Miura

> Théâtre, danse
Festival d’Avignon

Jusqu’au 27 juillet en Avignon
Première édition en Avignon pour Olivier Py qui succède aux co-directeurs Hortense Archambault et Vincent Baudriller. Créé en 1947 par Jean Vilar (1912-1971), le festival d’Avignon déroule sa 68ème édition avec le regard coincé dans le rétro. Olivier Py a voulu souligner le lien avec Jean Vilar à travers une programmation qui multiplie les références à l’histoire de ce festival. On ira voir Intérieur de Maurice Maeterlinck (1862-1949), mis en scène par Claude Régy, le tout en japonais, surtitré en français (21-22-24-25-26-27 juillet). Avignon s’ouvre aussi à la nouveauté, avec la présence, pour la première fois de Thomas Jolly, avec l’intégrale d’Henry VI de Shakespeare (1564-1616) les 21-24-26 juillet. Gianina Carbunariu & Josse De Pauw, Emma Dante et le metteur en scène brésilien Antonio Araújo font aussi leurs débuts en Avignon. Py est aussi à la mise en scène, avec La Jeune Fille, le Diable et le Moulin, inspiré des frères Grimm (23-24-25-26-27 juillet). Pour la danse, on se laissera tenter par I Am du Samoan Lemi Ponifasio (22-23 juillet)._Raphaël Brun
Où ça ? En Avignon (Vaucluse). Lieux des spectacles à consulter sur Festival-avignon.com. Renseignements : Festival-avignon.com.
Tarifs : de 10 à 47 euros. Réservations au 04 90 14 14 14.

 

La Yegros

Rada © Gabriel Baharlia

> Jazz, blues, rock
Nuits du Sud

Du 11 juillet au 9 août à Vence
Depuis 1998, Téo Saavedra, un Chilien installé en France depuis une trentaine d’année, organise les Nuits du Sud. Avec un budget de 1 million d’euros, 150 bénévoles et un ticket d’entrée moyen à 14 euros, ce festival a accueilli 55 000 festivaliers en 2013. Cette année, on remarque la présence de Thomas Dutronc (le 11 juillet, à partir de 19h30), Yodelice (12 juillet, à partir de 19h30), Gaëtan Roussel (24 juillet), The Wailers (24 juillet), HollySiz (31 juillet) ou encore IAM (7 août)._Raphaël Brun
Où ça ? Sur la place du Grand Jardin, à Vence (Alpes-Maritimes).
Renseignements : www.nuitsdusud.com. Tarifs : de 12 à 20 euros.

 

Placebo © Heiko Laschitzki

Massive Attack

> Pop, rock, electro
Les Voix du Gaou

Du 16 au 26 juillet à Six-Four-les-Plages
Comme chaque année, Les Voix du Gaou proposent une programmation qualitative et quantitative étalée sur 6 soirées. Avec notamment Fauve #, un collectif français créé en 2010, à voir le 16 juillet, tout comme Woodkid. Le lendemain, on pourra se laisser tenter par Brian Molko et Placebo, mais aussi par les Dandy Warhols. Stromae (22 juillet) ou Carl Cox (26 juillet) seront aussi sur la presqu’île du Gaou. On courra voir Massive Attack le 23 juillet. Ce collectif de Bristol reste lié à une magnifique trilogie : Blue Lines (1991), Protection (1994) et Mezzanine (1998). Si Andrew Vowles, Adrian Thaws et Shara Nelson ne sont hélas plus là, Massive Attack continue de vivre à travers Robert Del Naja et Grant Mashall. Le Gaou les attend. _Raphaël Brun
Où ça ? A Six-Fours-Les-Plages (Var), sur la presqu’île du Gaou. Renseignements : www.voixdugaou.fr, Sud Concerts : 04 91 80 10 89. Tarifs : de 33 à 45 euros.

 

Flatbush Zombies

> Hip-hop
Check the Rhyme

Les 1er et 2 août à Nice
Panda 06 et MC*5 se sont associés pour proposer deux jours de hip-hop au public azuréen. Au programme de ce festival Check The Rhyme : MF Doom, Mobb Deep, Flatbush Zombies, Method Man & Redman ou encore The Underachievers. Mais pas seulement. En marge de cet événement, les photographes Mr Mass et Delphine Migueres proposent une exposition de photos autour de ces artistes. Un festival pluridisciplinaire qui devrait rapidement trouver ses marques._Raphaël Brun
Où ça ? Théâtre de Verdure, jardins Albert 1er, promenade des Anglais, à Nice. (Alpes-Maritimes).Renseignements :
www.festivalchecktherhyme.com.
Tarifs : Pass 1 jour à 35 euros (pass 2 jours à 53 euros épuisé).

 

Nelson Freire © Mat Hennek

> Musique classique
Festival de musique de Menton

Du 31 juillet au 14 août à Menton
65ème édition pour ce festival qui a misé pour son concert d’ouverture sur le retour du violoniste et chef d’orchestre letton Gidon Kremer (le 1er août, à 21h30). Le directeur artistique du festival de Menton, Paul-Emmanuel Thomas a décidé de proposer un cycle Bach. Mais aussi une série « aimez-vous Brahms ? » (le 2 août), avec l’intégrale des sonates pour violon et piano, avec Renaud Capuçon et Nicholas Angelich, ainsi que son quintette opus 34 avec Menahem Pressler et le quatuor Schumann. Le pianiste brésilien Nelson Freire aura carte blanche le 3 août. Aors que le ténor polonais Piotr Beczała explorera l’univers de Schumann le 13 août. On n’oubliera pas non plus d’aller écouter la chanteuse d’opéra allemande, Simone Kermes pour le concert de clôture, le 14 août._Raphaël Brun
Où ça ? Sur le parvis de la basilique Saint-Michel, au musée Cocteau, sur l’esplanade Francis-Palmero à Menton (Alpes-Maritimes).
Renseignements : Office du tourisme de Menton : 04 92 41 76 95. Courriel : info@festival-musique-menton.fr. Site web : www.festival-musique-menton.fr. Tarifs : de 9 à 50 euros.

 

© Dervaux

Factory Floor

> Rock, electro, hip-hop
Pantiero

Du 8 au 10 août à Cannes
Le directeur artistique du Pantiero, Jean-Marie Sevain a de quoi être satisfait. Pour son édition 2014, il a réussi à attirer Woodkid. Le Lyonnais Yoann Lemoine cartonne depuis la sortie de son premier album, The Golden Age en mars 2013. Il sera sur scène le 8 août à 22h30. Le lendemain, rendez-vous à 21h30 avec le collectif anglais Breton, qui s’est notamment fait remarquer avec son premier album Other People’s Problems (2012). Son nouvel album, War Room Stories, débute par Envy, un titre pop taillé pour le succès. L’Obs’ conseille aussi de ne pas rater Motorama (le 8 août, à 21h20), Factory Floor (le 8 août, à 01h30), La Femme (le 9 août à 23h10), Glass Animals (le 10 août, à 21h20) et le DJ Britannique Bonobo (le 10 août, à 23h). On suivra aussi de près le DJ set de PPLC, une DJ toulonnaise qui oscille entre cold wave, pop et électro (le 9 août, à 19h30)._Raphaël Brun
Où ça ? Terrasse et rotonde du palais des festivals,
à Cannes (Alpes-Maritimes). Renseignements : 04 92 98 62 77 et www.festivalpantiero.com. Tarifs : de 20 à 30 euros.

 

> Exposition
Wali Raad

Jusqu’au 14 septembre à Nîmes
Ça valait vraiment la peine d’attendre. L’artiste libanais Wali Raad est enfin exposé pour la première fois au format XXL. L’occasion d’admirer deux projets sur lesquels il travaille depuis des années : The Atlas Group (1989-2004) et Scratching on Things I Could Disavow (depuis 2007).
Cofondateur de la fondation arabe pour l’image, Raad se questionne sur l’histoire et ses modes de transmission. Voilà pourquoi il a accumulé pour The Atlas Group des archives sonores, visuelles ou écrites totalement imaginaires autour de la guerre au Liban (1975-1990). Dans Scratching on Things I Could Disavow, Raad se questionne sur la création de musées dans le monde arabe. Mais aussi sur la mise en place d’antennes de grandes institutions, comme le Guggenheim ou le Louvre, au Moyen-Orient._Raphaël Brun
Où ça ? Au Carré d’Art, place de la maison carrée, à Nîmes (Gard). Renseignements : Tél. : 04 66 76 35 70 info@carreartmusee.com. Site web : www.carreartmusee.com. Tarifs : 5 euros (plein tarif), 3,70 euros (tarif réduit, groupes à partir de 20). Gratuit pour tous le premier dimanche du mois. Gratuit pour les moins de 26 ans.

 

Trentemøller © Photo Alastair Philip Wiper

Gramatik

> Electro, rock, hip-hop
Marsatac

Du 25 au 27 septembre à Marseille
Alors que L’Obs’ était en bouclage le 17 juillet, la direction artistique de Marsatac continuait de distiller de nouveaux noms pour une 16ème édition qui promet beaucoup. Une quarantaine de concerts sont programmés. La présence du très talentueux DJ danois Trentemøller est confirmée. Son dernier album, Lost (2013), est un mélange très réussi entre guitares rock et électro. Autre certitude : il faudra absolument assister au show de Gramatik. Ce DJ slovène a sorti The Age of Reason (2014) récemment. Un joli mélange de funk, de jazz et de soul que Denis Jasarevic jouera « live. » Ne pas rater non plus le trio électro Etienne de Crécy, Alex Gopher et Julien Delfaud, avec leur Superdiscount 3.
Les rappeurs Orelsan et Gringe, réunis sous le nom de Casseurs Flowters, la house allemande de Claptone ou le hip-hop américain de Just Blaze, assurent à cette édition un éclectisme parfait._Raphaël Brun
Où ça ? A La Friche Belle de Mai et au Silo, à Marseille (Bouches-du-Rhône).
Renseignements : www.marsatac.com et digitick.com. Tarifs : de 28 à 50 euros.

 

La Femme

> Pop, rock, electro
Heart of Glass, Heart of Gold

Du 19 au 21 septembre à Ruoms
Pour assister à un festival pas comme les autres, direction Ruoms, au cœur de l’Ardèche provençale. Le déplacement vaut la peine, puisque pendant trois jours et trois nuits, un centre de vacances privatisé accueillera plus de 1 000 festivaliers dans des bungalows équipés. Bars, piscines, restaurants, terrains de sport… Il ne s’agira donc pas que de musique. Inspiré par les All Tomorrow’s Parties (ATP) lancées en 1999 en Angleterre par le chanteur de Belle & Sebastian, Stuart Murdoch, ce festival accueillera 23 groupes ou artistes. Avec notamment The Soft Moon, l’excellent groupe du californien Luis Vasquez, dont la très efficace dark wave rappelle invariablement le Joy Division de Ian Curtis. On suivra aussi La Femme qui, après un premier album Psycho Tropical Berlin (2013) très synthétique et très convaincant, s’affirme définitivement comme un groupe à suivre. On ne ratera pas non plus Mondkopf. Car le Toulousain Paul Régimbeau a signé le très bon Hadès (2014) : sa techno sombre et industrielle emportera tout sur son passage._Raphaël Brun
Où ça ? Au centre Aluna Vacances, route de Lagorce, à Ruoms (Ardèche). Renseignements : www.heartofglass-heartofgold.com.
Tarifs : L’accès au festival est conditionné par la réservation d’un bungalow pour 4, 6 ou 8 personnes (à partir d’une centaine d’euros par personne, tout compris). Formule « Bungalove » pour 1 ou 2 personnes également disponible (109 euros).