The Vegetable Orchestra

Printemps musical

CULTURE / La 30ème édition du Printemps des arts se déroule du 14 mars au 13 avril. Un festival décliné sur 5 week-ends qui mettra à l’honneur les cultures hongroise, marocaine et japonaise. Mais aussi deux compositeurs, Haydn et Scriabine.

Chaque année, c’est la même marque de fabrique. Proposer une traversée musicale « qui s’étend du Xème au XXIème siècle. » « Etre inventif, surprendre, faire découvrir tout ce qui peut se produire dans le monde de différent et parfois d’un peu décalé. Mais aussi de très classique. » Marc Monnet, directeur artistique du Printemps des arts depuis 2003, applique la même recette à chaque nouvelle édition. Et ça marche.

Liège
Selon les organisateurs, en moyenne 10 000 spectateurs assistent chaque année à ce festival. Il faut dire que la programmation, classique et parfois très insolite, est très dense, avec au total 5 week-ends musicaux. Pour le concert d’ouverture le 14 mars, le Printemps des arts a décidé de consacrer un portrait musical au pianiste et compositeur russe Alexandre Scriabine (1872-1915) qui est avec Stravinsky (1882-1971) l’un des compositeurs les plus originaux de la musique russe. Sa célèbre Symphonie n° 2 sera interprétée par l’orchestre philharmonique royal de Liège à l’Auditorium Rainier III.

Europa Galante. © Photo Ana de Labra

Hongrie
Direction ensuite la Hongrie. Qu’elles soient tsiganes, magyares ou transylvaines, Monnet a choisi de dévoiler les musiques traditionnelles hongroises avec l’ensemble Zengö et ses 6 musiciens. Quelques œuvres du compositeur György Ligeti (1923-2006) seront aussi présentées. Pour la petite anecdote, Ligeti a composé de nombreux thèmes pour le réalisateur américain Stanley Kubrick (1928-1999). Notamment Atmosphères, Requiem, et Lux Æterna qu’on a pu entendre dans 2001, l’Odyssée de l’Espace (1968) et Musica Ricercata dans Eyes Wide Shut (1998).

Rolf Lislevand. © Photo Thomas Eberl / ECM Records

Luthiste
Après Scriabine, le festival monégasque consacrera le 21 mars un portrait au compositeur autrichien Joseph Haydn (1732–1809) avec le lendemain une nuit baroque à la salle Empire. Les spectateurs découvriront un musicien étonnant : Rolf Lislevand, un luthiste guitariste né à Oslo qui a aussi bien travaillé avec des orchestres baroques en tant que directeur musical, qu’avec des musiciens de jazz ou encore de flamenco. Autre jolie découverte : l’Ensemble l’Amoroso, du nom d’un célèbre concerto de Vivaldi. Ce groupe est composé de 6 musiciens jouant notamment de la viole de gambe, du violoncelle et du théorbe, un instrument à cordes pincées qui ressemble à un grand luth.

Tadashi Tajima. © Photo June Ueno

Japon
Changement radical d’univers pour le troisième week-end, du 27 au 30 mars, avec plusieurs jours consacrés au Japon. Au programme : de la musique traditionnelle japonaise avec l’artiste Tadashi Tajima qui jouera du shakuhachi, une flûte japonaise. Les curieux pourront aussi profiter à la salle Empire d’une démonstration de la pensée zen et assister à la cérémonie de l’encens et à la cérémonie du thé. Le 28 mars, l’orchestre national de Lyon fera aussi le déplacement à l’auditorium Rainier III pour jouer deux œuvres connues du compositeur japonais Tōru Takemitsu (1930-1990) : Toward the Sea et November Step.

Quatuor Parker. © Photo DR

30 ans
Mais s’il y a une soirée à ne pas manquer, c’est le 6 avril puisque le Printemps des arts fêtera ce soir-là ses 30 ans en présence de quelques invités insolites. Entre autres, le poète Charles Pennequin, le clown Housch-ma-Housch ou encore The Vegetable Orchestra. Ce groupe autrichien de onze musiciens a une particularité : ils jouent avec des instruments qu’ils fabriquent eux-mêmes à partir de légumes achetés un peu plus tôt au marché. Exemple : le « paprikatröte » est un instrument à vent fait avec une carotte évidée et trouée et un demi-poivron.

Atlas
Toujours le 6 avril, il ne faudra pas rater non plus sur la place du Casino à 20h30 les trompes de chasse du groupe Le Débuché de Paris. Il s’agit d’instruments à vent utilisés par la vénerie, un mode de chasse ancestral. Enfin, pour le dernier week-end du 10 au 13 avril, le festival mettra à l’honneur le Maroc, avec des artistes venus des montagnes de l’Atlas. Ils se produiront au parking des Pêcheurs. A découvrir notamment : la musique traditionnelle arabe du compositeur Ahmed Essyad ou encore l’ensemble d’Aglagal et l’ensemble des M’almates.
_Sabrina Bonarrigo

Infos pratiques :
Concerts de 23 à 50 euros, selon les concerts et les catégories.
Gratuit pour les enfants jusqu’à 12 ans révolus (sur réservation à l’atrium du Casino uniquement). Pass intégral (28 concerts) : en série 1 : 416 euros, en série 2 : 326 euros. Renseignements : 98 06 28 28. Réservations sur www.printempsdesarts.mc (remise de 10 % sur tous les billets plein tarif achetés sur le site.) Billets disponibles du mardi au samedi de 10h à 17h30 à l’atrium du casino de Monte-Carlo.