Photo-Couv-lObs-ehpad-monaco-age

Placement en EHPAD
Le curseur à 30 ans

Changement — Jusqu’à présent, pour être admis en institution, les personnes âgées dépendantes devaient justifier de 5 ans de résidence à Monaco. Le gouvernement a décidé de bouger le curseur… à 30 ans. Pourquoi ce changement considérable ? —

«Nous ne sommes pas des sans-coeur ». « Ce sujet peut faire débat et c’est normal. » Dans la bouche de Didier Gamerdinger, conseiller-ministre aux affaires sociales et à la santé, on sent bien que le sujet qu’il va aborder est un tantinet délicat… Et pour cause. Le 17 juin, lors d’une conférence de presse, ce membre du gouvernement a annoncé les changements qui ont été décidés pour les personnes âgées dépendantes accueilles en institution. Le souhait de l’exécutif est plutôt tranché : l’Etat réserve désormais les places en EHPAD (1) aux aînés qui justifient, au minimum, 30 ans de résidence à Monaco, contre… 5 ans auparavant. Sachant que l’âge moyen d’entrée en institution est de 87 ans. « C’est un changement de politique important mais il faut le faire », assure le conseiller-ministre. Pourquoi une telle mesure, et pourquoi un tel gap de 5… à 30 ans ?

Des retraités comme primo-arrivants

Première raison : le gouvernement a constaté que de plus en plus de seniors viennent s’installer tardivement à Monaco. « Ce sont des primo-arrivants qui ont fait des affaires ailleurs et qui se retirent à Monaco à plus de 60 ans. Il s’agit de personnes qui prennent leur retraite en Principauté. Nous avons également constaté que certains résidents étrangers âgés d’une trentaine ou d’une quarantaine d’années, font venir leurs ascendants à Monaco qui ont également 65, 70 ans. » Un phénomène « relativement récent », assure le conseiller-ministre, qui n’a toutefois pas été en mesure de chiffrer avec précision combien de personnes cela représentait…

Eviter « un effet d’appel d’air »

Le gouvernement a donc considéré que « l’effort de solidarité » et « l’effort budgétaire » consentis par l’Etat dans ce domaine, doivent rester cantonnés aux aînés qui ont partagé « un temps suffisamment important » en Principauté. « Est-ce suffisant d’avoir 5, 15 ou 20 ans de résidence pour pouvoir avoir une place en institution ? La réponse de la puissance publique monégasque est : non, ce n’est pas suffisant », affirme tout de go Didier Gamerdinger. En plaçant le curseur à 30 ans, le gouvernement veut aussi éviter « un effet d’appel d’air » et « un phénomène d’importation du vieillissement » à Monaco. « Si nous avions à l’avenir un flux d’arrivants âgés en Principauté, nous serions dans l’obligation de construire bâtiment après bâtiment pour les accueillir », estime encore ce membre du gouvernement.

Direction : la France

Mais que vont alors devenir les aînés dépendants qui vivent à Monaco mais qui n’ont pas 30 ans de résidence ? Réponse du gouvernement : ils iront… en France. « Nous ne sommes pas des sans-coeur. On ne va pas les laisser sans solution, souligne Didier Gamerdinger. Nous allons développer des conventions avec des structures d’accueil dans les communes limitrophes pour faciliter leur arrivée. » A Beausoleil, Menton ou encore Cap d’ail. Mais une question s’impose : ces établissements français voisins vont-ils avoir la capacité d’accueillir cette nouvelle population dans une région où les personnes âgées sont déjà très nombreuses ? « La région voisine est en train de développer un plan de construction de structures d’accueil pour personnes âgées dépendantes », répond, sur ce point, Didier Gamerdinger. Autre annonce faite en conférence de presse : les aînés qui seront accueillis en France, perdront, tout bonnement, leur résidence monégasque… Si le gouvernement assure que cette nouvelle politique a été décidée « de manière très consensuelle » avec le Conseil national, pas certain en revanche que les aînés exclus du dispositif et leur familles verront cette nouvelle politique du même œil…

(1) EHPAD : Etablissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes. La dépendance est définie comme la situation des personnes qui, malgré les soins qu’elles sont susceptibles de recevoir, ont besoin d’une aide pour l’accomplissement des actes essentiels de la vie (manger, se laver, s’habiller, se déplacer, etc.) ou dont l’état nécessite une surveillance régulière.

 

 

écrit par Guillaume Molinari