Don-Giovanni-OMC-Alain-Hamel

Opéra : 10 spectacles en 2014-2015

Article publié dans L’Obs’ n°132 (mai 2014)

CULTURE / Plongée dans la programmation de la saison 2014-2015 de l’opéra de Monte-Carlo, révélée par son directeur, Jean-Louis Grinda.

Pour la saison 2014-2015, le directeur de l’opéra de Monte-Carlo, Jean-Louis Grinda, a une fois de plus misé sur une programmation très variée. Nouveautés, récitals, concerts, grands classiques… Pendant près d’une heure, Jean-Louis Grinda a présenté le 24 avril les grandes lignes de la prochaine saison à une assistance venue en masse. Avec une ouverture et une clôture de cérémonie en musique.

« Stars »
Grinda a d’abord dressé le bilan de la saison passée, qu’il a jugé « intéressante. » Tout en rappelant que « l’opéra de Monte-Carlo a une vocation de scène lyrique mondiale. » Puis, il a estimé qu’une « saison d’opéra n’est pas qu’une enfilade de stars. » Plusieurs grands noms se sont en effet succédés la saison passée, de Placido Domingo au ténor mexicain Ramón Vargas, en passant par le ténor péruvien Juan Diego Florez. La diversification de la programmation reste une ligne directrice pour le directeur de l’opéra.

Financement
Côté fréquentation, la salle Garnier a attiré plus de 20 000 spectateurs en 2013-2014. Pas si mal, pour une salle qui dispose d’une capacité limitée à seulement 500 sièges. Mais qui ne suffit pas à assurer le financement de l’opéra, même en ajoutant les représentations des productions de l’opéra à l’étranger. En effet, le tout cumulé ne permet d’assurer que 30 % du financement de l’opéra. Le reste dépend donc des subventions gouvernementales et des aides des partenaires privés.

Jean-Louis Grinda © Opera de Monté-Carlo

Nouveautés
Jean-Louis Grinda l’a répété lors de sa présentation : il est important de « choisir des opéras jamais joués. » Dans le cadre de la saison 2014-2015, deux opéras encore jamais présentés à Monaco seront proposés. D’abord Une tragédie florentine (Eine florentinische Tragödie) du compositeur autrichien Alexander von Zemlinsky (1871-1942) à partir du 19 février. Cet opéra en un seul acte a été créé en 1917 et se base sur un drame poétique de l’écrivain britannique Oscar Wilde (1854-1900).

« Violence »
L’histoire est celle d’un triangle amoureux, qui se jouera autour d’un duel à l’épée. Cette œuvre sera présentée avec Pagliacci, un opéra en deux actes du compositeur italien Ruggero Leoncavallo (1857-1919), que Grinda n’hésite pas à qualifier de « l’un des trois meilleurs livrets d’opéra au monde. »
Autre nouveauté, Lady Macbeth du district de Mtsensk, du compositeur russe Dimitri Chostakovitch (1906-1975). Il s’agit là d’un « opéra d’une violence inouïe, sur un sujet très sensible, dans un univers à moitié carcéral, raconte Grinda. Une oeuvre qui ne laisse pas indifférent. »

Matilde Urrutia, José Cura, Pablo Neruda © Photo DR

Récitals
« Tous les deux ans, j’essaye de faire des récitals. » Jean-Louis Grinda en proposera deux, aux accents très différents. Troisième spectacle de la saison, la soirée Argentine sera assurée par le ténor et chef d’orchestre argentin, José Cura. Le public monégasque a d’ailleurs pu le découvrir en 2013 dans l’opéra en trois actes de Giuseppe Verdi (1813-1901), Stiffelio. Cura a reçu carte blanche de l’opéra de Monte Carlo et interprétera des textes du compositeur argentin Ginastera (1916-1983) ou de la poétesse, musicienne et romancière argentine Maria Elena Walsh (1930-2011), tout en évoquant l’histoire du poète et écrivain chilien Pablo Neruda (1904-197) et de la chanteuse chilienne et troisième femme de Neruda, Matilde Urrutia (1912-1985). A noter que la récitante sera la Monégasque Anthea Sogno.

Coréen
Autre soirée récital, autre zone géographique. Exit l’Argentine, place à l’Allemagne et à un texte du compositeur autrichien Franz Schubert (1797-1828), Winterreise (Voyage d’hiver). C’est le ténor coréen Kwangchul Youn « à la voix de bronze » selon Grinda, qui chantera pendant 90 minutes. L’occasion de découvrir une « œuvre intimiste et un peu désespérée. »
Parmi les autres soirées, on retiendra notamment le retour de Romeo et Juliette du compositeur français Charles Gounod (1818-1893), dont la dernière à l’opéra de Monte-Carlo remonte à 1980. Attention : ce spectacle sera joué au Grimaldi Forum, qui « permet un déploiement scénique qu’on ne peut pas faire ici » a souligné Grinda.

Diana Damrau © Photo DR

Jeune
Autre moment fort de la saison, Guillaume Tell, du compositeur italien Gioachino Rossini (1792-1868), que le directeur de l’opéra de Monaco considère comme « l’Himalaya de l’opéra. » Pour cette saison 2014-2015, 10 spectacles seront proposés, soit un de plus que la saison dernière.
Enfin, dans un souci d’ouverture au jeune public, l’opéra réédite son abonnement jeune. Une soirée leur sera aussi dédiée le 27 mars, avec l’opéra en deux actes Don Giovanni. Pour cette représentation, seuls les jeunes de moins de 26 ans pourront s’y rendre. Le prix des places oscillera de 10 à 20 euros.
_Romain Chardan

Opéra, la saison 2014-2015
La prog’

• Concert de Nathalie Dessay, vendredi 14 novembre à 20 heures.
Opéra, salle Garnier. Tarifs : 50 à 100 euros.

Roméo et Juliette, Charles Gounod, du 16 au 22 novembre.
Grimaldi Forum, salle des princes. Tarifs : 25 à 110 euros.

• Récital de José Cura, mardi 2 décembre.
Opéra, salle Garnier. Tarifs : 30 à 70 euros.

Guillaume Tell, de Rossini, du 22 au 28 janvier.
Opéra, salle Garnier. Tarifs : 40 à 150 euros.

Une tragédie florentine/Pagliacci, Von Zemlinsky et Leoncavallo, du 19 au 28 février.
Opéra, salle Garnier. Tarifs : 40 à 150 euros.

Don Giovanni de Mozart, du 20 au 29 mars.
Opéra, salle Garnier. Tarifs : 40 à 150 euros (10 à 20 euros pour la soirée jeune public).

• Récital de Kwangchul Youn, samedi 28 mars.
Opéra, salle Garnier. Tarifs : 20 à 50 euros.

• Concert de Diana Damrau, vendredi 10 avril.
Auditorium Rainier III. Tarifs : 30 à 100 euros.

Lady Macbeth du district de Mtsensk de Chostakovitch, du 24 au 28 avril.
Opéra, salle Garnier. Tarifs : 40 à 150 euros.

Iolanta de Piotr Ilitch Tchaïkovski, dimanche 21 juin.
Grimaldi Forum, salle des princes. Tarifs : 25 à 150 euros.