© Photo Fondation Prince Pierre

Nouvelle formule pour
la Fondation prince Pierre

© Photo Fondation Prince Pierre

CULTURE/Créée en 1966, la Fondation Prince Pierre a pour but de « favoriser la création contemporaine. » Sous la présidence de la princesse de Hanovre, elle propose chaque année une série de conférences. Depuis 2017, elle s’offre une nouvelle organisation.

C’est la nouveauté de la Fondation prince Pierre. La traditionnelle « saison des conférences » s’offre un relooking. Jusqu’en 2016, le public pouvait assister aux interventions des spécialistes sur des domaines et des thèmes précis. L’année dernière, une nouvelle organisation s‘est mise en place. « La présidente de la fondation, la princesse de Hanovre, a souhaité qu’un nouveau mode de rencontres soit proposé au public, explique Jean-Charles Curau, directeur des Affaires culturelles. Le but est de valoriser et dynamiser l’action de la fondation dans ce domaine, tout en s’inscrivant dans la coutume des rencontres du public. » Pour cela, l’institution fait appel à des spécialistes de renommée mondiale. Cette année, la Principauté accueille Olivier Gabet, conservateur de formation et historien de l’art. Il donnera une conférence sur l’un des plus célèbres couturiers français, Christian Dior, le 5 février. Un mois plus tard, Marilena Pasquali, historienne de l’art également, présentera une vision spécifique de l’art : Le chemin de la beauté — Introduction à l’art de Jean-Michel Folon (12 mars).

Des conférences menées à l’extérieur

Déjà l’an passé, sur le thème “art et l’architecture”, « les rencontres avaient été organisées au Pavillon Bosio. L’idée étant de permettre plus d’échanges entre le conférencier et son public en choisissant un lieu plus « intimiste » favorisant la proximité », rappelle Jean-Charles Curau. En 2018, outre les deux conférences données à Monaco, trois autres auront lieu hors les murs. « Une première pour la fondation ! », s’enthousiasme le directeur. « L’idée est de faire connaitre l’action de la fondation à l’extérieur en proposant des sujets portant sur l’Histoire, les arts et leur inter-relation avec la société. » Pour cette nouvelle formule, la fondation s’exporte à Paris, Strasbourg et Matignon (en Côtes d’Armor).

« Honorer la culture de notre temps »

C’est en 1966 que la Fondation prince Pierre fut créée par Rainier III, en hommage à la mémoire de son père, grand protecteur des lettres et des arts. En 1924, le prince Pierre avait fondé la “Société de conférences”, afin de célébrer les lettres et la culture. Il réunit des orateurs connus comme Paul Valéry, Joseph Kessel ou encore Sacha Guitry. Aujourd’hui, l’objectif principal n’a pas changé : continuer à célébrer l’art dans sa généralité. La fondation « décerne chaque année des prix dans les domaines littéraire, musical et artistique, sur une sélection précise », souligne Jean-Charles Curau. Les jurys, composés d’artistes internationalement reconnus, souhaitent ainsi « identifier, honorer et diffuser ceux qui font la culture de notre temps ». La Fondation prince Pierre compte d’ailleurs un palmarès exceptionnel. Réunissant depuis son premier prix littéraire en 1951, tous les grands noms de la littérature : Julien Green, Jean Giono, Léopold Sedar Senghor, Marguerite Yourcenar, Jean-Marie Gustave Le Clezio ou encore Michel Tremblay… Elle organise de nombreuses manifestions à Monaco, comme des lectures nocturnes, des concerts ou encore des pièces de théâtre. Elle participe aussi à des événements internationaux, notamment la Biennale de Venise (2013) et de São Paulo (2016). Elle s’est également associée à la direction de l’Education nationale, ainsi qu’à l’Académie de musique Rainier III pour en faire profiter les jeunes. Ainsi, elle organise chaque année des rencontres entre les élèves ayant participé aux Coups de cœur des lycéens et des jeunes musiciens et les artistes sélectionnés. Une façon de montrer que l’art contemporain s’adresse à tout public.

_Chloé Corbin-Giordan

écrit par La rédaction