Stelios-Haji-Ioannou-Easy-jet-@-Obs-P1040085

Monaco, centre des philanthropes européens ?

Stelios Haji Ioannou, créateur d’Easy Jet, espère montrer la voie aux millionnaires et milliardaires européens. Début mai, il s’est engagé auprès de l’association Giving Pledge du milliardaire Bill Gates à donner la moitié de sa fortune de près de 2 milliards de dollars. « Nous pourrions organiser l’année prochaine une réunion avec tous les membres de Giving Pledge, ici, à Monaco, afin de donner envie à d’autres personnes de participer. » L’appel est lancé à l’intention du prince Albert II. Seul Grec et Chypriote et seul habitant de Monaco des 168 membres de Giving Pledge, il espère créer des émules.

Son idée ne date pas d’hier. A 40 ans, Stelios Haji Ioannou considère qu’il doit « commencer à payer sa dette à la société. J’ai eu beaucoup de chance, je me suis trouvé au bon endroit au bon moment. » Il crée alors la Stelios Foundation, par laquelle il cible deux buts principaux : l’aide à l’éducation d’étudiants d’une part. Il paye les frais d’entrée de la London School of Economics aux jeunes brillants qui n’en ont pas les moyens. A ce jour, 220 étudiants en ont bénéficié. D’autre part, la situation en Grèce l’alarme particulièrement. « Nous avons créé Food for Heart en Grèce où la situation économique est dramatique. Nous distribuons chaque jour 25 000 repas. » 65 000 personnes bénéficient de cette aide inspirée des Restos du cœur que le milliardaire a découvert à Nice.

« Il y a deux ans, j’ai commencé à penser qu’il fallait que ma fondation me survive. Qu’elle continue pour toujours », souligne l’entrepreneur âgé aujourd’hui de 50 ans. Il s’intéresse à l’appel de Bill Gates lancé dès 2010 avec Giving Pledge et se lance. Comme le permet l’association, Sir Stelios décide de faire bénéficier sa fondation de cette décision. Jusqu’à présent, il y injecte chaque année 3 millions d’euros. Une somme qu’il espère augmenter. Avec Giving Pledge, il décide de partager, après sa mort, sa fortune pour moitié entre sa famille et la Stelios foundation, afin qu’elle vive pour toujours.

écrit par Sophie Noachovitch