Michel-Aubery-capot-fini-photo

Michel Aubéry s’attaque à l’art-car

Article publié dans L’Obs’ n°133 (juin 2014)

CULTURE/Du 15 au 31 juillet, le président de l’association de l’AS Monaco, Michel Aubéry, expose à Saint-Jean-Cap-Ferrat. Et se lance dans l’art-car avec son cousin, Jacques Nicolet, qui dirige l’équipe OAK Racing.

Michel Aubéry n’est jamais tout à fait là où on l’attend. On le croyait uniquement concentré sur ses fonctions de président de l’association de l’AS Monaco, c’est-à-dire la partie amateur du club. On se trompait.

Smic
Cet ancien professeur d’arts a travaillé dans une école américaine à Monaco, la Famous Artist International (FAI). « A 9 ans, je dessinais énormément. D’ailleurs, je m’intéressais beaucoup à l’art. Notamment à Miro », explique Aubéry. A 13 ans, il signe ses premiers dessins en grand format qu’il réalise avec de gros feutres. Au début des années 1960, il vend son premier tableau : 1 000 francs. « Trois fois le Smic de l’époque. » Après une première exposition en 1962 alors qu’il n’a que 16 ans, il entre aux arts déco à Nice, entre 1963 et 1967. Lorsque la FAI quitte Monaco en 1975, Michel Aubéry se lance alors dans le foot.

© Photo L’Obs’

Tigres
Résultat, entre 1975 et 2007, il ne peint plus. Encouragé par l’artiste monégasque Philippe Pastor, il décide de se relancer. On est en mars 2007. En deux ans, il réalise 35 tableaux. Depuis, il n’a pas arrêté de peindre, toujours dans ce même style, si caractéristique. Des femmes, des licornes, des tigres, des anges, des poissons, ou des tigres construits avec une multitude de détails. « Depuis février 2013, j’ai fait une quinzaine de tableaux. Il me faut environ 15 jours par tableau. Sachant que je peux travailler dessus 7 heures ou seulement 2 heures par jour, selon mon emploi du temps. »

© Photo Michel Aubéry

Foot
Du 15 au 31 juillet, Michel Aubéry exposera une quarantaine de tableaux dans les 300 m2 du salon Neptune, sur le port de Saint-Jean-Cap-Ferrat. Des tableaux de 90 cm à 2 mètres, réalisés ente fin 2012 et aujourd’hui. Sélectionné au grand prix d’art contemporain de Monaco en 1975, il revient, après avoir arrêté de peindre pendant 45 ans. On lui demande si son plaisir est plus grand lorsqu’il peint ou lorsqu’il regarde un match de foot : « Le plaisir est différent. Mais quand je peins, à la fin, le vainqueur, c’est moi. »
Ukrainienne
Et puis, au-delà de cette exposition, il y a cette incursion dans le monde de l’art-car. Une pratique qui consiste à confier la décoration des véhicules à des artistes. Difficile de dater avec précision ce phénomène. Certains évoquent 1924 et le travail de l’artiste peintre d’origine ukrainienne Sonia Delaunay (1885-1979) sur une Bugatti 35. Une certitude, le commissaire-priseur Hervé Poulain, fan de courses automobiles, a permis à cette pratique de se développer. En ouvrant les portes des 24 heures du Mans à des artistes comme César (1921-1998), Andy Warhol (1928-1987) ou Alexander Calder (1898-1976).

© Photo Michel Aubéry

Altarea
Aujourd’hui, des artistes comme Frank Stella ou Peter Klasen continuent de travailler sur des véhicules de course. Le patron du groupe immobilier Altarea-Cogedim, Jacques Nicolet, est aussi un amateur de courses automobiles. Fin 2006, il a racheté l’écurie Saulnier Racing qu’il a rebaptisé OAK Racing en 2009. Né à Monaco, ce cousin de Michel Aubéry a confié à l’artiste Fernando Costa la réalisation d’une art-car en 2013.

Mullygraph
Cette année, Jacques Nicolet a demandé à Michel Aubéry de choisir un tableau en rapport avec la course pour décorer une art-car pour les 24 heures du Mans qui se sont déroulées au mois de juin. « Ce tableau s’appelle l’adorateur. Pour la conduite, on a besoin des yeux et de ses mains. De son cerveau aussi qui est symbolisé par toutes ces formes géométriques », explique Aubéry qui a confié la réalisation technique à Mullygraph, une entreprise installée en principauté. « On a fait du « covering » : ce n’est pas de la peinture, il s’agit de filtres plastiques. » Prix de ce capot vierge : 25 000 euros. « Il est en carbone et ne pèse que 7 ou 8 kg », indique Michel Aubéry. Ce capot devrait être exposé à Saint-Jean-Cap-Ferrat cet été.
_Raphaël Brun

Exposition à Saint-Jean-Cap-Ferrat, du 15 au 31 juillet, au salon Neptune (sur le port). Sous le patronage du prince Albert, avec le soutien de la direction des affaires culturelles (DAC) de Monaco. Entrée libre et gratuite.