barsi-sainte-devote-2020

Mgr Barsi s’en va, Mgr David arrive

TRANSMISSION — Séquence émotion lundi 27 janvier, à l’occasion de la célébration de la Sainte-Dévote. Comme il l’avait annoncé, cette cérémonie religieuse a bien été la dernière en tant qu’archevêque pour Monseigneur Bernard Barsi. Et même si « un évêque n’est jamais retraité », les missions qui lui avaient été confiées 20 ans plus tôt par le pape Jean-Paul II viennent d’être déléguées à Monseigneur Dominique-Marie David par le pape François. Décision entérinée officiellement mardi 21 janvier à midi précises. « Tout le monde me dit : « Vous allez nous manquer ». Sachez que vous aussi, vous allez me manquer », a réagi Monseigneur Barsi, archevêque émérite de Monaco, futur administrateur apostolique après la prise de possession canonique de l’archidiocèse par son successeur. Ce sera le dimanche 8 mars en la cathédrale de Monaco en présence de plusieurs évêques. « Vous avez durant les vingt ans de votre épiscopat vécu et participé à des évènements majeurs et particulièrement marquants de notre Histoire », lui a témoigné Georges Marsan, maire de Monaco. Pour le prince aussi, c’était un moment d’émotion. Mgr Barsi ayant été présent lors de moments très forts de la vie de sa famille. Des moments les plus difficiles pendant les obsèques de son père, le prince Rainier III, aux moments les plus heureux comme le mariage avec la princesse Charlène en 2011 ou encore le baptême des jumeaux princiers en 2015.

Retraite spirituelle à Nice

Devant une foule réunie au musée océanographique, c’est aussi son rôle en tant que deuxième personnage de l’État qu’Albert II a souhaité saluer : « dans notre pays, le prince et l’archevêque ont un point commun : tous deux ont le devoir de dire ce qu’ils ont à dire et faire ce qu’ils ont à faire. Je vous remercie d’avoir toujours dit ce que vous aviez à dire, avec courage, nous appelant notamment à ne pas appliquer les règles de notre société marchande à ce qui constitue notre dignité humaine ». Même s’il prévoit de garder des liens très étroits avec la principauté, la vie de Monseigneur Barsi va prendre une nouvelle tournure dès la fin du mois de février. Date à laquelle il déménagera pour retrouver sa ville, Nice, et même son quartier en s’installant rue Vernier avec d’autres prêtres à la retraite. « Je voudrais d’abord me reposer un peu, prendre une retraite spirituelle jusqu’à la fin juin. Je n’ai pas l’intention de rester assis devant la télé. Je rendrais des services au diocèse de Nice et de Monaco. » La vie religieuse de Monaco, où le catholicisme est religion d’État, suivra alors son cours avec un archevêque en provenance de Nantes qui devra prendre le relais et participer à son tour à la vie de la communauté monégasque avec autant d’abnégation que celui qu’a toujours mis en œuvre son prédécesseur.