champs dans les alpes

Les meilleures fermes auberges de la région

CONSO / Pour manger des produits du terroir dans un cadre campagnard, l’idéal ce sont les fermes auberges. Voici la sélection de L’Obs’ avec les explications de Sylvain Imbert, chargé de mission à la chambre d’agriculture des Alpes-Maritimes et animateur du réseau Bienvenue à la ferme.

Vésubie
> La Gabelle

Pour se rendez chez Danielle et Pascal Jaloux, direction la vallée de La Vésubie. L’auberge de la Gabelle se situe à 5 kilomètres du col de Saint Roch et à 13 kilomètres de Lantosque. Le couple, qui élève ses propres bêtes, propose des produits maison à emporter. Notamment des rillettes de lapin ou de porc, des confitures, des volailles, des lapins, des légumes de saison et même des apéritifs comme du vin de pêche, d’orange et de noix. Ne pas rater la jolie terrasse qui est une ancienne aire de battage pour le blé sur laquelle vous pourrez déguster un repas composé de produits de la ferme. On peut miser sur le menu à 30 euros, avec une entrée de saison (crudités, terrine maison, jambon de pays), une entrée chaude (tourte de courges, raviolis…) et un plat principal (volaille, agneau, lapin…) accompagné de légumes de la ferme. Enfin, le dessert maison (tarte à la confiture et aux fruits, flan…) après les fromages de chèvre, complète ce menu. Liqueur maison et café sont aussi à déguster en fin de repas. A noter qu’il est aussi possible de faire du camping du 1er mai au 1er novembre.

Route de Loda – 06 450 Lantosque. Réservation conseillée. Tél. : 04 93 03 04 18 ou 06 15 35 58 09.

Email : fermeauberge@lagabelle06.com. www.lagabelle06.com.

A environ 1h de Monaco (61 km).

Mercantour
> Le Merinos

ferme le merinos

Située aux portes du Mercantour, juste après le village d’Utelles, cette ferme dirigée par Nadine Faraut est située dans un cadre très agréable, à proximité de sentiers de randonnée. Idéal pour faire une balade sympa. Nadine Faraut et son mari René se sont lancés dans l’agriculture en 1978.
Avec 400 brebis, 8 vaches, 3 truies, des poulets, des poules, des pintades, des cailles, des lapins et quelques oies, c’est un véritable tour d’horizon des animaux de la campagne qui est proposé. La culture bio n’est pas oubliée, avec un jardin dans lequel on trouve des tomates, des pois chiches, des blettes,… Cette ferme est aussi l’une des rares à posséder trois ateliers de transformations. Découpe pour le bœuf, le porc et l’agneau, atelier de charcuteries fermières avec une pièce d’affinage, atelier de mises en pots et bouteilles, atelier d’abattage de volailles…
Deux types de menus sont proposés (32 et 42 euros), accompagnés de vins à des tarifs abordables, de 12 à 37 euros maximum pour un côte de Provence, cru classé Jas d’Esclans bio. On peut aussi tenter les journées thématiques, comme par exemple « bien être et détente autour de la lavande », ou bien les saveurs sauvages avec la découverte de la flore cosmétique. Ne pas rater non plus les journées « tête de cochon », pour déguster jarrets, côtes et les sauces qui les accompagnent.
Attention : les cartes bancaires ne sont pas acceptées et il est conseillé de réserver au moins une semaine à l’avance.

Route de la Madone — 06 450 Utelle. Ouverture sur réservation Tél. : 04 93 03 18 39.

www.fermelemerinos.fr Email : ferme.lemerinos@wanadoo.fr.

A environ 1h de Monaco (64 km).

 

Nice
> Le potager de Saquier

Anne et Pierre Magnani

C’est la passion de la terre et du maraîchage bio qui ont poussé Anne et Pierre Magnani à lancer leur exploitation de fruits et légumes. Tout en proposant aussi la livraison de paniers de légumes et de fruits bio pour les particuliers et quelques restaurants. Installés dans la plaine du Var depuis 1994, ils ont décidé d’ouvrir une serre au public au printemps 2012.
Dans cette serre, des canapés et surtout une grande table. Idéal pour recevoir le public, qui pourra visiter le potager avant de participer à une série d’activités : récolte des produits de saison, cours de cuisine niçoise et bien sûr dégustation. A noter qu’il est aussi possible de louer cet espace pour des anniversaires, des meetings, des séminaires ou même pour des cours de cuisine. Après manger, Anne et Pierre Magnani ont aussi prévu un espace « détente » pour digérer tranquillement. Ne pas rater non plus les conserves 100 % bio : confitures d’agrumes, de fraises, d’abricots ou de figues selon les saisons. Mais aussi piments siciliens, asiatiques ou à l’aigre doux entiers. Pour les tarifs, il faut contacter Anne et Pierre Magnani qui veillent à proposer des tarifs adaptés. Attention : réservation obligatoire.

151 chemin de Saquier – 06 200 Nice. Ouverture : sur réservation. Tél. : 04 93 18 11 30.

www.lepotagerdesaquier-nice.fr Email : lepotagerdesaquier@gmail.com.

A 30 minutes de Monaco (31 km).

 

Transalpin
> Cascina Veja

L'auberge Cascina Veja

Place à l’Italie. Direction Chiusa di Pesio, dans la province de Cuneo (Piémont), à environ 2 heures de route de Monaco. A Cascina Veja, tout est « maison », du pain aux gâteaux, en passant par les pâtes ou les légumes du jardin. Le fromage est également produit sur place grâce au lait des 300 brebis de ce domaine. Les agneaux sont élevés à la ferme, comme les cochons utilisés pour la charcuterie. A la tête de Cascina Veja, Massimiliano Gastaldi qui propose aussi des chambres confortables. A table, c’est bien sûr une cuisine piémontaise qui est servie. Un menu varié, avec 4 entrées, un choix entre 2 différents types de pâtes, une viande accompagnée de légumes, un trio de desserts, avec café et vin, pour 25 euros par personne. A noter que la demi-pension comprend le repas du soir, la nuit et le petit déjeuner. Compter entre 45 et 50 euros par personne selon la durée du séjour. Pour les lecteurs de L’Obs’, l’apéritif sera offert sur présentation de cet article.

Frazione Vigna, 4 – 12 013 – Chiusa di Pesio (Italie). Tél. : 0171-734940/335 7 564 313.

Réservation conseillée. www.cascinaveja.com. Email : info@cascinaveja.com.

A environ 2 heures de Monaco (124 km).

 

Alpes
> La Bergerie du loup

 

La Bergerie du loup

Chez Gérard et Augustine Doras, la découverte du terroir et ses saveurs est garantie. Située dans les Alpes-de-Haute-Provence à 1 525 mètres d’altitude, cette ferme est gérée par ce couple et leurs deux enfants, Chris et René. Les rôles de chacun sont précis : Gérard Doras s’occupe du jardin alors que son épouse est en charge de la cuisine. Ce sont bien sûr les légumes du jardin qui sont servis à table, avec en moyenne 500 grammes de légumes frais épluchés par repas et par personne. Des repas inspirés de recettes traditionnelles provençales, piémontaises ou niçoises, servis dans une magnifique bergerie voûtée à midi et le soir. Ne pas oublier de réserver pour se faire servir les trois plats du menu du randonneur (20 euros) avec son plat du jour à base de viande de montagne des Alpes du Sud, de petits légumes du jardin et d’un gratin. Ou les 5 plats du menu du terroir à 29 euros. Un menu enfant avec le plat du jour et le dessert d’Augustine est aussi proposé pour 16 euros.
Cinq chambres sont aussi disponibles à l’étage. Pour un séjour en demi pension avec le repas du soir et le petit déjeuner, compter entre 49 et 70 euros par personne et par jour, avec une arrivée à 17 heures et un départ le lendemain à 10 heures. Des tarifs préférentiels sont prévus en fonction du nombre de personne et de la durée du séjour. Gratuit pour les enfants en bas âge (- 2 ans). Enfin, le pique-nique à emporter est affiché à 12 euros.

Hameau d’Enchastrayes – 04 400 Enchastrayes. Ouverture sur réservation. Tél. : 04 92 81 32 46

www.labergerieduloup.com Email : contact@labergerieduloup.com.

A environ 2h30 de Monaco (165 km).