Dossier-Administration-Fonction-publique

Les dossiers chauds de la rentrée

POLITIQUE/Qu’elle soit politique, sociale ou scolaire, la rentrée démarrera sur les chapeaux de roues. Avec certains dossiers centraux comme l’extension en mer ou la réflexion en cours pour sauver le système de retraites complémentaires, proche de la faillite en France.

 

Pas besoin de jouer les Madame Soleil. A moins que les vacances aient tempéré les ardeurs de l’été, les relations seront tendues à la rentrée, place de la Visitation. Au ministère d’Etat, le chef du gouvernement n’a guère apprécié – c’est un euphémisme — que Laurent Nouvion fustige, par voie de presse, la « méthode Michel Roger », à savoir le manque d’informations sur tous les dossiers, et en particulier sur le plus gros chantier de ce début de siècle pour Monaco : l’extension en mer. Furax, le ministre lui a fait comprendre illico presto qu’il était déplacé de traiter ainsi le « ministre d’Etat nommé par le prince » et que le conseil national devait agir « pour l’intérêt du pays »… Laissant entendre qu’il serait agité par des considérations politiciennes. Un échange de mots doux ressemblant furieusement au règlement de comptes qui devrait laisser des traces…

Peu importe. Les deux hommes devront trouver un modus operandi pour traiter les dossiers chauds de la rentrée. L’une des premières commissions plénières d’études en septembre sera consacrée au logement. Et donc au projet Ida (voir p. 14). Une opération qui a connu de nombreuses vicissitudes et dont la dernière variante, à savoir un « moyen Ida » de 108 logements extensible à un réaménagement total du quartier (avec la réalisation de plus de 450 appartements publics et privés) suscite déjà des réactions. « On va avoir besoin de construire des logements domaniaux en 2025/2030 en dehors de l’Annonciade II, dernière réserve foncière. Ce projet-là, c’est la clé pour avoir une vision du logement domanial sur 20 ou 25 ans ! C’est le seul qui permette d’envisager de faire des opérations tiroirs avec le phasage des différents bâtiments et dans la foulée, de reconstruire des immeubles anciens comme les Caroubiers, le Bel Air ou l’Herculis. L’Herculis étant le plus intéressant en termes de volume car il permettrait de livrer au moins 250 appartements. En 2030/2035, on peut très bien imaginer une restructuration de ce poumon avant de revoir par la suite d’autres vieux quartiers comme le quartier des fleurs », juge de son côté le président de la commission logement Jean-Michel Cucchi.

 

Quid des opérations intermédiaires

La question du logement domanial devrait s’inviter aussi à la préparation du budget rectificatif soumis au vote en octobre. Si les lignes modificatives ne devraient pas provoquer de réactions (avec des recettes en hausse et un excédent de 3 millions d’euros), les élus pourraient « vouloir faire de la politique » selon la formule de l’élu Jean-Charles Allavena et conditionner leur vote à des clauses planchers. Première d’entre elles : la concrétisation des opérations intermédiaires. Car comme sœur Anne, pour l’heure, les conseillers nationaux ne voient rien venir au sujet de ces opérations de 30 à 50 logements qui devaient combler la pénurie de logements avant la livraison de l’opération L’Engelin en 2018. Sur les 3 opérations envisagées, situées rue Grimaldi ou à l’annonciade, seule la Villa del Sol semble réalisable. Or ce projet pourrait bien finalement être alloué aux enfants du pays…

Autre sujet au goût du jour : l’extension en mer (voir p. 18). Si les élus se disent favorables au projet d’extension territoriale de l’Anse du Portier (même s’ils ne sont pas fanatiques du principe « d’une réserve pour super-riches exclus du monde, et surtout des Monégasques »), ils n’ont pas digéré d’être « une nouvelle fois « by-passés », peste Jean-Charles Allavena. Le ministre nous a dit que le projet était décidé à 99 %. Soyons lucides sur la pression que l’on nous met pour voter la loi de désaffectation. » Un texte qui devrait être voté à la session de juin 2016. A condition que les élus Horizon Monaco se mettent d’accord sur ce dossier, comme sur d’autres.

 

Tensions internes

Si la majorité parlementaire veut aujourd’hui gommer les divergences qui la divisent en interne (notamment sur la question d’Ida et de l’attitude à adopter vis-à-vis du gouvernement), elle va connaître bientôt un test grandeur nature pour jauger sa solidité. La nouvelle organisation interne du conseil national prévoit la création de groupes politiques parlementaires. Si Laurent Nouvion a annoncé la création d’un groupe Horizon Monaco, pas sûr que l’UP (Union pour la Principauté), l’une de ses composantes, ne veuille pas constituer son propre groupe, histoire de garder son positionnement plus frondeur. L’UP doit se décider : se ranger ou se démarquer. On verra qui gagnera des points dans cette bataille larvée.

_Milena Radoman

écrit par Milena