Choregies-Orange-@-Philippe-Gromelle-Tiberghien-dsc_7684

Les Chorégies, de l’opéra signé Grinda

CULTURE/Un Monégasque aux Chorégies ! À partir de 2018, le directeur de l’Opéra de Monte-Carlo, Jean-Louis Grinda, prendra la tête du festival d’Orange dédié à l’art lyrique.

 

« Un grand écart », s’amuse Jean-Louis Grinda pour définir sa nomination à la tête des Chorégies d’Orange. Grand écart entre « les cinq cents places de l’Opéra de Monte-Carlo, l’un des plus petits du monde, » qu’il dirige depuis huit ans, et « les huit mille places qu’offre le théâtre antique » du festival vauclusien. Il n’aura même pas à choisir entre les deux lieux mythiques. « Ça ne pose aucune difficulté en termes de calendrier » ; la saison de l’opéra se déroule de novembre à avril, les Chorégies en juillet et août. « L’un et l’autre pourront se nourrir », assure Jean-Louis Grinda. Il réalisera une grande partie du travail préparatoire depuis son bureau monégasque. Et il est conséquent : « Nouvel homme, nouvel élan », clame-t-il. L’homme qu’il va remplacer, Raymond Duffaut, est en place depuis 1982. « Il a marqué le festival de son empreinte, de son esprit toujours en éveil. » C’est à ses côtés, aux Chorégies d’Orange, que le directeur de l’opéra monégasque a démarré comme secrétaire artistique : Raymond Duffaut venait d’être nommé ; Jean-Louis Grinda avait… 21 ans !

Une académie des Chorégies

Si son poste ne débute qu’en 2018, Jean-Louis Grinda a déjà commencé à peaufiner son projet. « La première chose que je veux faire, c’est baisser le prix des places très chères ! » Il défend l’idée d’un « grand festival populaire » ; mais pas question de lésiner sur la qualité. Place à des nouveautés, en termes de répertoire et d’artistes comme de spectacles. Jean-Louis Grinda pense à de la danse. Et appelle à « retrouver la tradition du théâtre », parti des Chorégies pour le festival d’Avignon en 1969, en invitant par exemple « la Comédie-Française à jouer de grandes tragédies ». Le tout sans dénaturer l’âme lyrique du plus vieux festival de France — créé en 1869 ! « Je veux retrouver le sens du mot chorégie, qui signifie mettre les chœurs ensemble », plaide-t-il. Jean-Louis Grinda désire chaque année présenter une grande œuvre du répertoire, avec 250 à 300 choristes ; et, le jour même, tenir un grand récital dans la cour Saint-Louis. Une de ses idées les plus ambitieuses est de mettre en place une « académie des chorégies » pour former les artistes du chœur. Bref, « embrasser tous les arts ». Un sacré challenge qui motive le directeur de l’Opéra de Monte-Carlo. « J’ai tous les outils en main pour bien faire, mais ce n’est jamais gagné d’avance ! »

écrit par Aymeric