monaco-100-2019-couverture

Les 100 qui font Monaco

Enquête — Ils font bouger et prospérer la Principauté au quotidien. Politiques, chefs d’entreprises, sportifs, artistes, hauts fonctionnaires, ou représentants de la vie associative… L’Obs’ a sélectionné les 100 personnes qui incarnent actuellement les forces vives de Monaco. Un Top 100 forcément subjectif, et probablement incomplet, mais qui permettra aux lecteurs de découvrir de nouveaux visages dans les sphères financière, économique ou encore politique. Cette sélection est aussi l’occasion de retracer le parcours de quelques “incontournables” qui s’imposent dans le paysage monégasque depuis déjà plusieurs décennies. Dans ce Top 100 (dont certains, sollicités par L’Obs’, ont refusé d’y figurer par discrétion ou modestie) nous avons exclu les membres de la famille princière, hors classement — Dossier réalisé par Anne-Sophie Fontanet et Sabrina Bonarrigo

Au palais

 

monaco-100-palais-georges-lisimachio

Georges Lisimachio – Chef du cabinet du Prince

Il est au cabinet princier depuis 15 ans. Georges Lisimachio intègre le cercle le plus restreint de l’État en janvier 2005 lorsqu’il est nommé au cabinet princier et prend la succession de Jean-Luc Allavena au poste de secrétaire général en 2006. Monégasque, père de trois enfants, Georges Lisimachio est né en 1956. On le décrit comme un homme discret. Ses apparitions dans la presse se font au compte-goutte. Juriste de formation, docteur en droit public — sa thèse portait sur la constitution monégasque de 1962 — il a engrangé de multiples expériences au sein de l’administration monégasque. Après le centre hospitalier Princesse Grace, il devient secrétaire général du Conseil national pendant huit ans, conseiller technique puis directeur général au département des finances de 1998 à 2004. Il est ce que l’on peut nommer un “haut fonctionnaire monégasque”. En décembre dernier, il accompagnait le prince souverain lors de sa visite à l’Élysée auprès du président français Emmanuel Macron.

 

monaco-100-palais-Tony-Varo

Tony Varo – Commandant en chef de la Force publique

Tony Varo est le nouveau “patron” des Forces armées monégasques depuis le 17 septembre 2018. C’est le colonel Luc Fringant (aujourd’hui Premier Aide de Camp) qui lui a transmis le flambeau lors d’une cérémonie officielle sur la place du palais. Né à Castelnaudary dans l’Aude, ce père de deux enfants âgé de 53 ans chapeaute ainsi deux corps à plein temps : les sapeurs-pompiers et la compagnie des carabiniers du prince. Le premier corps, ce militaire le connaît parfaitement puisqu’il a rejoint les sapeurs-pompiers de Monaco il y a plus de 25 ans. Une unité où il a gravi tous les échelons, et avec laquelle il a chapeauté deux évènements tragiques : le drame de Fukushima au Japon, et l’attentat du 14 juillet à Nice. Pour Tony Varo, pompier est un métier qui exige un sacrifice à la fois « familial et personnel ». Il parle même de quasi sacerdoce. « Quand tout le monde recule, nous, nous n’avançons. » Pour préparer au mieux ses hommes, ce militaire a toujours misé sur des préparations musclées. ll a fait sien un vieil adage des commandos : entrainement difficile, combat facile.

 

monaco-100-palais-thomas-fouilleron

Thomas Fouilleron – Directeur des archives du palais

C’est le Monsieur Histoire du palais princier. Incollable sur l’histoire de la famille princière, Thomas Fouilleron occupe depuis 2012 le poste de directeur des archives et de la bibliothèque du palais princier de Monaco. Ce docteur en histoire, chercheur associé à l’université de Nice est né en 1975. A Monaco, il débute par l’enseignement au lycée Albert Ier de Monaco. En parallèle, il évolue comme chargé de cours en histoire moderne à l’université de Nice. Sa thèse le prédestinait presque à la Principauté : elle fut publiée en 2012 sous le titre Des princes en Europe. Ses travaux portent alors sur les rapports entre haute noblesse et monarchie, les rituels politiques, les pratiques culturelles, à Monaco, en France et en Europe, du XVIIème au premier XIXème siècle. Tous les ans, c’est lui qui supervise et écrit les numéros des annales monégasques. L’an dernier, il était le co-commissaire d’exposition qui retraçait la rencontre entre le prince Rainier III et Grace Kelly en 1955.

 

Au ministère d’Etat

 

monaco-100-ministere-serge-telle

Serge Telle – Ministre d’État

Il est le vingt-quatrième ministre d’État de la Principauté… Depuis le 1er février 2016, Serge Telle chapeaute le gouvernement. Né à Nantes, ce haut fonctionnaire et diplomate français de 64 ans, connaissait déjà le territoire monégasque puisqu’entre 2006 et 2007, il fut ambassadeur de France à Monaco. Diplômé de l’Institut d’études politiques et de l’Institut national des langues et civilisations orientales (où il étudie le swahili), c’est d’abord avec le premier ministre Lionel Jospin (dont il fut le conseiller diplomatique), puis avec le ministre des affaires étrangères Bernard Kouchner (dont il fut le directeur adjoint à son cabinet) qu’il a vécu les temps forts de sa vie politique. « Kouchner a 16 ans de plus que moi. C’est pour moi une figure paternelle. Il m’a appris à regarder le monde là où il a mal, là où il saigne, là où il souffre », avait-il souligné. Avant de poser ses valises à Monaco, Serge Telle a également eu plusieurs fonctions auprès de l’Union pour la Méditerranée (Upm) et fut aussi, entre 2011 et 2016, président de l’Avitem, agence des villes et territoires de méditerranée.

 

monaco-100-ministere-marie-pierre-gramaglia

Marie-Pierre Gramaglia – Conseiller-ministre au département de l’équipement

Lorsque l’on parle de nuisances sonores, de dysfonctionnements, de retards et de surcoûts sur les chantiers publics, c’est à ce membre du gouvernement que l’on demande des comptes… Et pour cause. Marie-Pierre Gramaglia chapeaute depuis janvier 2011 le très épineux département de l’équipement, de l’environnement et de l’urbanisme. Autant dire que sa tâche a été — et sera encore — dense et complexe au vu des problématiques multiples que certains chantiers (notamment les Jardins d’Apolline, ou le nouveau CHPG) ont rencontré. Seule femme de l’Exécutif, elle a su s’imposer dans un univers du BTP traditionnellement très masculin. Titulaire d’un DEA de droit international public et privé, d’un DESS de droit notarial, et diplômée du Centre d’études internationales de propriété intellectuelle, cette mère de famille a démarré sa carrière dans le privé avant de rentrer dans l’administration en 1993. Elle fut, entre autres, conseiller technique au département des finances en 2005, et directeur des communications électroniques en 2008.

 

monaco-100-ministere-didier-gamerdinger

Didier Gamerdinger – Conseiller-ministre des affaires sociales et de la santé

Il se décrit comme un homme de « consensus ». Didier Gamerdinger, 60 ans, a intégré le gouvernement depuis le 1er juillet 2017. Cet ancien conseiller privé du prince, a dû très vite prendre ses marques afin de tempérer les esprits entre organisations syndicales et patronat. Ce spécialiste en droit public et privé ainsi qu’en droit international économique, est pleinement impliqué dans la vie de son pays depuis plusieurs années. Après avoir piloté un projet de loi relatif à l’ouverture dominicale des commerces, il doit toujours faire voter celui qui concerne le travail de nuit. C’est aussi dans son bureau qu’ont été discutées quelques épineuses questions sociétales comme la dépénalisation de l’avortement pour les femmes. Ce membre du gouvernement, ainsi que l’inspection du travail, ont également dû gérer plusieurs plans sociaux dans le secteur industriel. Notamment au sein des entreprises Foreplast et Lancaster.

 

monaco-100-ministere-jean-castellini

Jean Castellini – Conseiller-ministre aux finances et à l’économie

Il dit souvent avec le sourire que son obsession est de trouver de nouvelles recettes pour l’État… Jean Castellini est depuis 2012 conseiller-ministre aux finances et à l’économie. Parfaitement trilingue (français, anglais, allemand), et passionné de musique, ce père de trois enfants âgé de 48 ans a été choisi pour ses compétences plutôt musclées dans le domaine de la finance. Diplômé d’HEC, il a également étudié à l’université d’économie de Vienne en Autriche, et à la Haas School of Business à Berkeley en Californie. Son expérience professionnelle, c’est aussi loin de Monaco qu’il l’a forgée. Durant neuf ans, il a travaillé entre Berkeley, Londres, Francfort et Paris pour Barra, le leader mondial de l’analyse de risque des portefeuilles d’investissement. De retour à Monaco en 2004, ce Monégasque a été successivement conseiller au cabinet du prince, secrétaire général de la commission de contrôle des activités financières (CCAF) et président de la direction générale de la banque J. Safra.

 

monaco-100-ministere-laurent-anselmi

Laurent Anselmi – Conseiller-ministre des relations extérieures et de la coopération

Son passage (d’une durée de deux années seulement) à la direction des services judiciaires ne fut pas un long fleuve tranquille… Laurent Anselmi, 57 ans, a été pris durant des semaines dans une tourmente liée au non-renouvellement du juge Édouard Levrault, en charge de l’instruction de l’affaire Rybolovlev/Bouvier. Suite à ces remous, ce père de deux filles a quitté ses fonctions et fut nommé dans la foulée au gouvernement, au poste de conseiller-ministre des relations extérieures et de la coopération, à la place de Gilles Tonelli. Les deux hommes vont devoir régler l’un des dossier d’avenir les plus épineux : trouver un accord d’association entre Monaco et l’Union européenne, qui n’entache pas les spécificités monégasques. Avant d’entrer au gouvernement, Laurent Anselmi a occupé de nombres postes. Il a notamment été secrétaire en chef au conseil national, directeur des affaires juridiques, ou encore conseiller au cabinet du prince.

 

monaco-100-ministere-patrice-cellario

Patrice Cellario – Conseiller-ministre à l’Intérieur

C’est lui qui incarne l’ordre à Monaco. Patrice Cellario, issu d’une grande famille monégasque, a gravi tous les échelons jusqu’à cette nomination dans le gouvernement princier. Depuis 2015, il lui incombe la responsabilité des questions de sécurité en principauté. Question centrale pour Monaco qui en a fait sa marque de fabrique pour attirer de riches résidents étrangers, rassurés d’y trouver un îlot de tranquillité en plein cœur de l’Europe. A 65 ans, ce père de famille de 3 enfants, docteur-ingénieur en énergétique physique, réajuste en permanence les conditions de cette sécurité. Après l’attentat du 14 juillet 2016 à Nice, les mesures de protection ont considérablement été renforcées sur le territoire. Patrice Cellario chapeaute également la direction de l’éducation nationale, des affaires culturelles, de la sûreté publique, le corps des sapeurs-pompiers ainsi que la compagnie des carabiniers du prince.

La vie publique

 

monaco-100-publique-stephane-valeri

Stéphane Valeri – Président du Conseil national

Il dit souvent qu’il a le « virus de la politique ». Stéphane Valeri a été réélu président du conseil national en février 2018 après une très dense campagne électorale. Sa machine de guerre ? Priorité Monaco ! un mouvement qu’il a créé en septembre 2017. Récemment promu Commandeur de l’Ordre de Saint-Charles par le prince, après avoir reçu les insignes d’Officier de la légion d’honneur des mains de Gérard Larcher, président du Sénat, Stéphane Valeri n’est cependant pas issu du sérail. Né en 1962, il démarre sa vie active en créant son entreprise de communication, qu’il revendra par la suite. Mais c’est le virus de la vie associative et publique qui l’anime : création de l’association des jeunes monégasques (AJM), benjamin du Conseil national à 25 ans en 1988, création de l’Union pour la Principauté en 2001, jusqu’à présider le Conseil national en 2003. Réélu largement en 2008, ce père de deux enfants est nommé en 2010 conseiller-ministre des affaires sociales et de la santé. Poste qu’il occupera durant 7 ans.

 

monaco-100-publique-richard-marangoni

Richard Marangoni – Directeur de la Sûreté publique

Après 32 ans d’uniforme, Richard Marangoni est devenu directeur de la sûreté publique. Entre 1984 et 2016, il aura gravi un à un tous les échelons pour devenir depuis mars 2016 le premier Monégasque à occuper ces fonctions. L’institution policière du pays n’a aucun secret pour lui. Âgé de 58 ans, le prince l’a chargé de diriger les 550 femmes et hommes qui composent la sûreté publique. A la question du rôle qu’un policier joue dans la société, Richard Marangoni nous avait répondu après sa prise de fonction : « L’image qui colle le plus à un policier est celle d’une sentinelle sociale. Nous sommes souvent confrontés à certains travers humains. On a donc une vraie utilité sociale ». Braquage de la bijouterie Cartier, arrestations de hautes personnalités dans le cadre du dossier Rybolovlev/Bouvier, trafic de titres de séjour sont certaines des grosses affaires qu’il a dû gérer depuis son arrivée.

 

monaco-100-publique-georges-marsan

Georges Marsan – Maire de Monaco

Indéboulonnable premier édile de Monaco. Georges Marsan a battu le record de longévité à ce poste après avoir remporté pour la cinquième fois consécutive les élections communales en 2019. Entré à la mairie au côté d’Anne-Marie Campora en 1991, Georges Marsan reste passionné par cette mission locale. Car ce père de trois enfants, né en 1957, veut peser davantage dans les débats qui animent le pays. Questionné sur les principaux objectifs de ce nouveau mandat, le maire avait listé ses priorités : « affirmer encore le rôle social de la mairie, sa contribution pour la transition énergétique, son évolution vers la smart city, son adaptation optimale pour le bien-être de nos aînés, tout comme son attachement à animer la cité et à s’occuper des plus jeunes avec nos crèches. La mairie n’a jamais été quantité négligeable dans nos institutions. Elle remplit un rôle social, de proximité, d’avant-garde parfois. »

 

monaco-100-publique-remy-rolland

Rémy Rolland – Administrateur des domaines

C’est un homme au tempérament plutôt discret mais qui, en coulisses, œuvre beaucoup pour l’État. La preuve ? Sur son bureau s’amoncelle un nombre impressionnant de dossiers. Son visage, le grand public l’a surtout découvert lors de la crise sanitaire aux Jardins d’Apolline. Avec Albert Croési, Rémy Rolland, (nommé administrateur des domaines en 2015) a en effet été aux premières loges pour indemniser et reloger les occupants sinistrés. Outre son rôle de “notaire de l’Etat” et de responsable de la commande publique, Rémy Rolland, 41 ans, aura, à l’avenir, un rôle grandissant dans la gestion du patrimoine immobilier de l’État, (principale mission de l’Administration des domaines) avec la mise en œuvre du plan national pour le logement des Monégasques, et divers projets économiques et commerciaux comme la rénovation du Larvotto et la restructuration du Centre commercial de Fontvieille. Après des études de droit, c’est en 2002 que Rémy Roland intègre cette direction, rattachée au département des finances et de l’économie.

 

monaco-100-publique-isabelle-bonnal

Isabelle Bonnal – Directrice de l’Éducation nationale

Depuis 2011, c’est Isabelle Bonnal qui chapeaute ce pan essentiel de la vie du pays. Avec une exigence permanente : conserver les meilleurs taux de réussite aux examens de fin d’année et faire du système scolaire monégasque un exemple parmi les meilleurs au monde. Les 100 % de réussite au baccalauréat général chaque année montre la réussite et la ténacité de cette institution. Isabelle Bonnal arrive à Monaco en 1972 quand son père est nommé proviseur-adjoint du lycée Albert Ier. Professeure de lettres, elle a su faire évoluer la direction de l’éducation nationale avec son temps. Parmi les priorités de la rentrée scolaire 2019-2020, le numérique tenait une place prépondérante. La lutte contre le harcèlement scolaire figure aussi parmi les préoccupations de la directrice qui entend donner à chaque élève qui étudie en principauté la même place et le même investissement pour sa pleine réussite.

 

monaco-100-publique-celine-cottalorda

Céline Cottalorda – Déléguée pour les droits des femmes

Ancien conseiller technique au ministère d’État, avec l’ancien ministre d’Etat Michel Roger, puis au sein du secrétariat général du gouvernement de Serge Telle, Céline Cottalorda a été désignée en octobre 2018 déléguée pour la promotion et la préservation des droits des femmes. Un comité a également été constitué pour soumettre des recommandations au gouvernement. En décembre, celui-ci a présenté son premier bilan après un an d’activités. L’égalité salariale femmes/hommes et la lutte contre les violences sont les deux pans qui occupe principalement la déléguée et le comité. Après un master en marketing et une maîtrise de sciences économiques, le parcours professionnel de Céline Cottalorda débute en 1998 à Monaco Telecom puis au Grimaldi forum. En 2004, elle intègre l’administration comme adjoint au directeur du centre de presse, avant d’assurer celles de chargée de mission pour la communication à la mairie.

 

monaco-100-publique-severine-canis-froidefond

Séverine Canis-Froidefond – Directrice de la DPUM

Depuis 2011, Séverine Canis-Froidefond occupe un poste stratégique pour le futur de la principauté. A la direction de la prospective, de l’urbanisme et de la mobilité (DPUM), 38 personnes — sous ses ordres — instruisent les dépôts de permis de construire, anticipent les besoins d’équipement de demain, et développent les offres de mobilité. C’est notamment sur son bureau que sont examinés les projets de télécabine, desserte maritime et TCSP. Un travail de l’ombre pour une personnalité travailleuse sortie vice-major de promotion à la faculté de droit et des sciences politiques d’Aix-en-Provence alors qu’elle y obtenait un double master en urbanisme, construction et aménagement et en droit immobilier privé et public. Sa carrière avait commencé en 2005 au Conseil national comme rédacteur principal puis chargée de mission pour les affaires juridiques. Cette Monégasque représente à coup sûr un profil à suivre dans l’administration du pays.

 

monaco-100-publique-guy-antognelli

Guy Antognelli – Directeur du tourisme

Dans un moment un peu confus, c’est lui qui a finalement pris la succession de Guillaume Rose alors que celui-ci venait d’être élu au Conseil national. Les trois années passées comme adjoint lui ont forcément appris les éléments essentiels pour diriger au mieux cette entité très essentielle pour l’image de Monaco à l’intérieur comme à l’extérieur de ses frontières. Depuis sa prise de poste, l’homme au tempérament sympathique poursuit les voyages dans le monde pour attirer différents segments de clientèle vers la principauté. Guy Antognelli, père de famille de nationalité monégasque âgé de 44 ans, a fait ses études axées sur la finance à l’université de Nice. Diplômé d’une maitrise en économie mention monnaie et finance ainsi qu’en ingénierie financières, il a débuté son activité professionnelle en banque et assurance. Avant de rejoindre la DTC en 2011 comme administrateur service statistiques veille et prospective.

 

monaco-100-publique-caroline-rougaignon-vernin

Caroline Rougaignon-Vernin – Présidente du Conseil économique et social

Cette docteure en pharmacie monégasque, et présidente de l’ordre des pharmaciens, a marqué l’histoire de Monaco en devenant la première femme présidente du Conseil économique et social depuis sa création en décembre 1945. Élue sur la liste Horizon Monaco au Conseil national de 2013 à 2018, elle était en charge avec Thierry Poyet de la sensible commission des intérêts sociaux et des affaires diverses. Elle s’était notamment penchée sur la question délicate de la mobilité à Monaco. Dorénavant, Caroline Rougaignon-Vernin préside une assemblée qui fédère des représentants de la société civile pour épauler ou conseiller le gouvernement. « C’est avec dévouement et enthousiasme que je m’appliquerai à remplir ma nouvelle mission, en tant que facilitateur et incubateur d’idées pour une amélioration du quotidien des résidents et des acteurs de la vie économique et sociale de la Principauté. »

 

monaco-100-publique-benoite-de-sevelinges

Benoite de Sevelinges – Directrice du CHPG

Sa promotion en 2018 comme directrice de l’établissement de santé de la Principauté avait été saluée localement. Au-delà de ses compétences, c’était aussi un pas en avant pour le rôle des femmes dans les sphères les plus hautes de l’État à Monaco. Diplômée de l’Institut d’études politiques de Bordeaux, option « Gestion des entreprises et des organisations », et titulaire d’un DESS « Stratégie et gestion commerciale » obtenu en 2005, Benoite de Sevelinges avait poursuivi son cursus à l’école des hautes études en santé publique de Rennes. Secondant plusieurs années Patrick Bini, celle-ci n’était donc pas une inconnue au CHPG, institution qu’elle avait rejointe en 2009. C’est désormais à elle qu’il revient de gérer l’activité importante du centre hospitalier en parallèle du chantier titanesque qui lui donnera un nouveau visage. Autre sujet majeur, celui du numérique pour une santé de plus en plus connectée.

 

monaco-100-publique-pascale-pallanca

Pascalle Pallanca – Directrice du travail

Avec plus de 55 000 travailleurs sur 2 km2, la direction du travail doit assurer la gestion de l’inspection du travail et du service de l’emploi qui accompagnent tous les acteurs économiques au quotidien. A sa tête depuis 2015, c’est une Monégasque, mère de deux enfants. Pascalle Pallanca a fait ses études de droit à Nice. Elle rentre dans l’administration en 1998 comme inspecteur du travail, promue inspecteur principal en 2007. En 2011, elle est nommée directrice de l’office de la médecine du travail, organisme en charge du suivi « santé-travail » des salariés du privé et des fonctionnaires et agents de l’État. « La direction du travail est un acteur central de la vie économique monégasque. Aujourd’hui, ce qui en fait sa force, c’est la qualité des équipes que je suis fière de diriger. »

 

monaco-100-publique-aleco-keusseoglou

Aleco Keusseoglou – Directeur de la société d’exploitation des ports

Aleco Keusseoglou s’est doucement hissé parmi les personnalités incontournables de la principauté. Arrivé de sa Grèce natale en 1972 — il a alors 12 ans — il est naturalisé Monégasque en 2008. Travailleur forcené, il étudie la finance en Suisse et aux États-Unis. A son retour, l’homme reprend Sun Line Cruises, société familiale de croisières de luxe qu’il fait prospérer avant de la vendre en 2000. Parlant 5 langues, il devient administrateur de la SBM en 2001, membre du comité du Yacht Club de Monaco, et préside EIM et 2PM, sociétés de gestion de patrimoine. Depuis 2003, Aleco Keusseoglou est le président exécutif de la société d’exploitation des ports de Monaco. C’est lui qui a chapeauté l’intégralité du dossier du port de Vintimille, racheté 85 millions d’euros par Monaco. Exploitée par la SEPM, cette nouvelle marina de 178 places ouvrira à la fin de l’été 2020 à moins de 8 miles nautiques de la principauté.

 

monaco-100-publique-laurent-puons

Laurent Puons – Président de Monaco Mediax

Il est à la tête de deux événements majeurs qui font vivre Monaco. Le Sportel qui a fêté en octobre dernier ses 30 ans avec 3 000 acteurs du marché du sport-business. Et le festival de télévision de Monte-Carlo, qui célèbrera son 60ème anniversaire en 2020. Créé en 1961 par le prince Rainier III, en hommage à son épouse la princesse Grace, la célébration se déroulera à Los Angeles le 5 février 2020, le cœur de l’industrie cinématographique et télévisuelle. Laurent Puons, ancien boxeur — professionnel pendant un temps — sera au cœur du dispositif. A 50 ans, il a démarré sa carrière dans l’administration monégasque en 1992 au poste de chef de division à la direction de la fonction publique et des ressources humaines. En 2001, il est appelé par Monaco Mediax pour occuper le poste de directeur administratif et financier. Avant de doucement gravir les échelons pour en devenir le président.

 

monaco-100-publique-Christophe-Glasser

Christophe Glasser – Secrétaire général de l’Union des syndicats de Monaco

Les manifestations à Monaco, c’est lui ! Christophe Glasser, 36 ans, est entré à l’USM en 2009. Il en devient secrétaire général adjoint en 2013 avant d’obtenir le poste de secrétaire général en 2016. Secondé dans ses missions par Olivier Cardot, Christophe Glasser a fait de la cause sociale en principauté son cheval de bataille. Titulaire d’un BTS assistant manager, c’est lui qui discute avec le gouvernement et la Fedem pour faire entendre la voix de centaines de travailleurs. Les dernières revendications des actions interprofessionnelles qu’il a mené portaient sur le maintien des retraités non domiciliés à Monaco au sein du régime des caisses sociales monégasques, le “SMIC” monégasque à 2 250 euros brut et l’abolition du licenciement sans motif rendu possible par « l’article 6 ». Habitant de Roquebrune-Cap-Martin, il est depuis mars 2008 conseiller municipal délégué à la jeunesse à la mairie.

 

monaco-100-publique-Yann-Antony-Noghes

Yann-Antony Noghès – Journaliste

Il fait partie de la poignée de Monégasques qui ont réussi à l’étranger. Après avoir fait des études de relations internationales à Tufts University près de Boston et de journalisme à l’Institut français de presse, Yann-Antony Noghès a été reporter pour BFM Business et La Tribune avant de présenter des émissions politiques et économiques sur BFMTV, France Télévisions et la première chaîne belge RTL. Aujourd’hui à la tête de Check Productions, il produit avec son équipe des programmes de primetime pour des médias dans toute l’Europe. Arrière-petit-fils du premier président de l’Automobile Club et petit-fils du fondateur du Grand Prix, l’ACM fait partie de son ADN. Ce père de trois filles avec la comtesse belge Pierre-Anne du Monceau (avocat-défenseur au barreau de Monaco) donne de son temps en tant que membre du comité d’organisation des épreuves de l’ACM. Auteur d’un film-référence sur l’histoire du Grand Prix racontée par le Prince, il réalisait fin 2019, une série documentaire sur les coulisses du pouvoir européen, à laquelle Emmanuel Macron, a accepté de participer.

 

La vie de la justice

 

monaco-100-justice-robert-gelli

Robert Gelli – Directeur des services judiciaires

L’arrivée de ce Marseillais de 65 ans à la tête de l’institution judiciaire marque un tournant pour Monaco. Depuis 2006 et la nomination successive des Monégasques Philippe Narmino puis Laurent Anselmi, ce poste n’avait plus été dévolu à un Français. Mais les polémiques récentes qui ont secoué la direction des services judiciaires ont obligé les plus hautes autorités à un changement pour redorer le blason d’une institution chahutée. Haut magistrat, Robert Gelli jouit d’une très bonne réputation. Au fil de sa carrière, il a occupé plusieurs postes prestigieux et engageants comme celui de procureur de Nanterre, directeur des affaires criminelles et des grâces ou encore procureur de la cour d’appel d’Aix-en-Provence. C’est l’Élysée qui a soumis son nom au prince Albert II qui a validé sa venue. Détaché par la France depuis le 21 octobre 2019, il devrait occuper ses fonctions pour au moins trois ans.

 

monaco-100-justice-sylvie-petit-leclair

Sylvie Petit-Leclair – Procureur général

Depuis un an et demi, c’est une Meusienne — elle est née à Bar-le-Duc — qui est à la tête du parquet monégasque. Installée le 1er octobre 2018, elle avait occupé les fonctions de procureur de la République près la cour d’appel de Caen avant de rejoindre Monaco. Son parcours l’a aussi menée au parquet général de Paris, Châteaudun, Sannois, Vanves ou au tribunal de grande instance de Versailles. Sa particularité, c’est aussi son parcours international. A l’étranger, elle était pendant quatre ans magistrat de liaison aux Pays-Bas entre 1999 et 2003 et au Royaume-Uni de 2007 à 2010. Par ailleurs, elle a été membre national pour la France, de 2011 à 2014, d’Eurojust, l’unité de coopération judiciaire de l’Union européenne. A Monaco, Sylvie Petit-Leclair a pris la suite de Jacques Dorémieux. Sa première année d’exercice n’a pas été des plus simples avec en toile de fonds le conflit judiciaire opposant Yves Bouvier à Dmitri Rybolovlev et toutes ses répercussions.

 

monaco-100-justice-didier-linotte

Didier Linotte – Président du tribunal suprême

Depuis 2012, c’est un professeur agrégé de droit public, ancien franc-maçon, avocat aux barreaux de Grasse et de Paris, qui préside l’une des plus anciennes juridictions constitutionnelles du monde. Composé de six hommes et femmes actuellement, ce tribunal instruit des dossiers de constitutionnalité des grandes lois pénales, sociales ou encore fiscales aussi bien que des questions de suspension de permis de conduire aux actes intéressant la carrière des agents publics. L’homme connaît Monaco depuis 1989 lorsqu‘il fut appelé pour des consultations de droit constitutionnel. Successeur d’Hubert Charles, magistrat et juriste français, c’est à lui que revient la tâche d’assurer le bon fonctionnement d’une institution réformée en 2015. Car celle-ci n’avait pas évolué depuis 1963. Il reste encore quatre ans de mandat à Didier Linotte, nommé par le prince Albert II pour huit ans en 2015.

 

monaco-100-justice-brigitte-grinda-gambarini

Brigitte Grinda-Gambarini – Première présidente de la cour d’appel

Magistrate chevronnée, cette Monégasque a commencé sa carrière judiciaire après de brillantes études à l’école nationale de la magistrature. En 1983, elle devient juge suppléant. Depuis 2006, elle est la première présidente de la cour d’appel de Monaco. C’est à ce titre qu’elle a le devoir de diriger chaque audience solennelle en début d’année judiciaire. En 10 ans, elle a vu évoluer son institution qui se retrouve aujourd’hui à la croisée des chemins après une année « intense et difficile ». « L’acte de juger n’est pas simple. Ce qui se joue derrière les vitraux de nos salles d’audience ne se limite pas à un arbitrage des différends, a-t-elle insisté le 1er octobre 2019 face au souverain. Nous devons, chacun dans notre rôle, tout mettre en œuvre, quotidiennement et humblement, pour ne pas être les témoins passifs de la dégradation de l’image du juge. »

 

monaco-100-justice-jerome-fougeras-lavergnolle

Jérôme Fougeras-Lavergnolle – Président du tribunal correctionnel

A 45 ans, Jérôme Fougeras-Lavergnolle préside le tribunal correctionnel depuis 2014. S’il a intégré la magistrature en 2002, ce Monégasque exerce en alternance le service des référés, procédure qui permet de demander des mesures provisoires à un juge pour régler les cas urgents. Par ailleurs, il fait également partie du comité de rédaction du recueil des principes déontologiques des magistrats de Monaco, récemment validé par le haut conseil de la magistrature. Depuis juin 2019, l’homme préside le groupe de travail de la commission de mise à jour des codes relatifs au droit pénal et à la procédure pénale. C’est aussi le représentant depuis 2006 de son pays au conseil consultatif des juges européens. Enfin depuis l’année dernière, il intervient dans le master II de droit privé fondamental et sciences criminelles au sein de la faculté de droit de Nice dans lequel du droit monégasque figure au programme.

 

monaco-100-justice-regis-bergonzi

Régis Bergonzi – Bâtonnier de l’ordre des avocats de Monaco

Me Régis Bergonzi, avocat-défenseur près la cour d’appel de Monaco depuis 2013, est pour une année le bâtonnier de l’ordre des avocats de la principauté. Fin novembre 2019, il a pris le relais de Me Yann Lajoux. L’équipe est composée de Me Christophe Ballerio, syndic rapporteur et Me Xavier-Alexandre Boyer, secrétaire trésorier. Titulaire d’un D.E.A. de droit des contrats obtenu à l’université de Paris XI et maître de droit à l’université de Nice Sophia-Antipolis, Régis Bergonzi a ouvert son étude à Monaco en 2005. Spécialiste en droit pénal, procédure pénale, droit des contrats, droit de la famille et droit bancaire, il est aussi élu au titre de la principauté au comité européen pour la prévention de la torture et des traitements inhumains et dégradants près du Conseil de l’Europe. Parlant couramment l’italien, l’anglais et le portugais, Régis Bergonzi y est aussi le représentant de l’union internationale des avocats.

 

La vie économique

 

monaco-100-economie-philippe-ortelli

Philippe Ortelli – Président de la Fédération des entreprises monégasques

Il peste souvent sur les conditions de transport des salariés pendulaires. Depuis des années, le président de la FEDEM (à ce poste depuis 2008) milite donc pour la construction, dans les communes limitrophes, de logements pour les actifs de la Principauté. Autre projet qu’il défend : la construction d’un métro interurbain entre Nice et Monaco qui partirait de Nice Est. Ce Monégasque de 53 ans, ingénieur de l’École nationale supérieure d’arts et métiers, et titulaire d’un DESS de l’Institut d’administration des entreprises d’Aix-en-Provence, occupe diverses fonctions professionnelles. Depuis 1992, ce père de 4 enfants est administrateur délégué de l’Entreprise monégasque de travaux (EMT) qui produit et distribue du béton prêt à l’emploi. Il est aussi le fondateur et administrateur délégué de la CO.GE.MAT, mais aussi administrateur de la S.O.M.A.T et de la SAM Conti.

 

monaco-100-economie-guillaume-rose

Guillaume Rose – Directeur général exécutif du Monaco Economic Board

Il passe sa vie à sillonner le monde pour booster le développement des entreprises monégasques, en local et à l’international. Depuis le 21 mars 2019, Guillaume Rose est directeur général exécutif du MEB. Celui qui auparavant chapeautait la Direction du Tourisme et des Congrès (DTC), a un parcours professionnel plutôt étonnant. Scénariste de formation, titulaire d’un master d’études cinématographiques à la Sorbonne à Paris, il travaille pendant 4 ans dans la capitale française à divers postes de production de télévision et de cinéma. Monégasque, il revient dans son pays en 1997 pour entrer à la communication de la Société des Bains de Mer, avant d’en gravir les échelons et de prendre la direction du département de promotion des jeux. Elu au Conseil national, il est actuellement président de la commission environnement et qualité de vie.

 

monaco-100-economie-sophie-vincent

Sophie Vincent – Directrice de l’IMSEE

Après 18 années passées à la direction du travail, Sophie Vincent chapeaute depuis le 1er février 2019 l’Institut monégasque de la statistique et des études économiques (IMSEE) jusqu’alors dirigé par Lionel Galfré. Pour celle qui fut chef du service de l’emploi en 2009, puis directeur adjoint du travail en 2015 (durant 4 ans), ce nouveau poste est un « beau challenge personnel, assure-t-elle. Les études de l’IMSEE permettent d’avoir une vision de l’économie monégasque à 360 degrés. Ces analyses statistiques fournissent des indicateurs fiables au gouvernement, nécessaires à la mise en place de politiques publiques. C’est donc une mission stratégique importante. » Parmi les études prioritaires que cet institut devra mener dans le courant de l’année, il y a celle sur les inégalités salariales entre hommes et femmes dans le secteur public et privé. Une partie des résultats sera dévoilée au dernier trimestre de l’année 2020.

 

monaco-100-economie-lionel-galfre

Lionel Galfré – Directeur de Monaco Tech

Si l’IMSEE est aujourd’hui chapeauté par Sophie Vincent, pendant 8 ans c’est Lionel Galfré qui a dirigé cet institut statistique. En janvier 2019, l’homme a pris un nouveau tournant professionnel, en intégrant l’équipe de Frédéric Genta à la transition numérique au sein de laquelle il était chargé de l’administration des données de l’État (Chief Data Officer). A partir du 13 janvier 2020, Lionel Galfré attaque une nouvelle aventure en prenant la tête de Monaco tech, l’incubateur-accélérateur d’entreprises co-fondé par Monaco Telecom et Xavier Niel en 2017. Il remplace ainsi Fabrice Marquet. Aujourd’hui, le portefeuille de Monaco Tech, constitué de 15 startups, est valorisé à plus de 120 millions d’euros. Ces sociétés ont cumulé sur deux ans, près de 10 millions d’euros de revenus, plus de 60 embauches et plus de 15 millions d’euros de fonds levés et en cours de clôture.

 

La vie des entreprises

 

monaco-100-entreprises-xavier-niel

Xavier Niel – Actionnaire majoritaire de Monaco Telecom

Le natif de Maison-Alfort en région parisienne est devenu un homme d’affaires incontournable en France… et en principauté. A 52 ans, le beau-fils de Bernard Arnault — il a épousé sa fille Delphine — est le patron de Station F, « le plus grand incubateur au monde ». C’est sur ce modèle qu’a été conçu Monaco Tech, cofondé fin 2017 par l’État monégasque et Monaco Telecom dont il est l’actionnaire majoritaire depuis 2014 (avec un rachat de 55 % du capital). Le milliardaire, patron de l’opérateur de télécommunication français Free, était récemment en principauté pour le lancement de la 5G. C’est le plus vaste chantier mené ces derniers mois. Associé à l’équipementier chinois Huawei, Monaco Telecom peut désormais proposer une couverture de dernière génération à ses 37 000 abonnés et ainsi se targuer d’être le premier pays au monde entièrement couvert par cette technologie.

 

monaco-100-entreprises-gildo-pallanca-pastor

Gildo Pallanca Pastor – PDG de Venturi Automobiles

Issu d’une éminente famille monégasque, Gildo Pallanca Pastor est ce que l’on peut nommer un serial entrepreneur. Créateur de Radio Monaco et de la Brasserie de Monaco, il rachète Venturi en 2000 avec l’idée d’en faire un pionnier de l’automobile électrique. L’ancien pilote automobile, âgé de 53 ans, gère une partie de l’immense patrimoine immobilier de sa famille à Monaco. Bien qu’affaibli en 2014 par un AVC suivi de le mort tragique de sa mère Hélène, assassinée après lui avoir rendu visite à l’hôpital l’Archet de Nice, Gildo Pallanca Pastor, père de deux enfants, a préféré s’éloigner de la principauté. En 2015, il a été nommé consul général de Monaco à New York. Depuis plusieurs mois, il multiplie les allers-retours vers son pays où son écurie a pris de l’ampleur. Le pilote brésilien Felipe Massa et le jeune Monégasque Arthur Leclerc l’ont d’ailleurs rejoint pour doper la place de l’écurie en Formula E.

 

 

 

monaco-100-entreprises-louise-grether

Louise Grether – Directrice d’Artcurial Monaco

C’est le visage de la maison de ventes aux enchères parisienne d’Artcurial à Monaco. La trentenaire Louise Grether — résidente monégasque d’origine britannique — fait souffler un vent nouveau sur cette entreprise installée depuis 15 ans sur les Champs-Élysées et depuis un an dans le Carré d’or de la principauté. C’est dans cet espace de 120 m2 que l’on retrouve Louise Grether chargée de développer la notoriété et le business de la marque. « Louise a du talent, elle est sérieuse et disponible pour notre clientèle. J’espère que cette ouverture améliorera la visibilité de notre maison », nous indiquait le président-délégué d’Artcurial François Tajan. Pour fournir les différentes ventes organisées chaque année, c’est à la directrice monégasque Louise Grether que revient la charge de prospecter et de rechercher des objets uniques. « Je prends le temps d’écouter, je ne suis pas agressive. Et ce qui me frappe, c’est que l’objet lui-même a une histoire. Et tout d’un coup, il revit. »

 

 

monaco-100-entreprises-riccardo-giraudi

Riccardo Giraudi – Président directeur général de Giraudi Group

Beefbar, Song Qi, Moshi Moshi, La Salière, Mozza, Grubers ou Naçionalista… Vous avez déjà forcément mangé ou bu un verre dans un des établissements de Riccardo Giraudi. Il faut dire que depuis 2005, cet italo-britannique né à Gênes créé sans cesse avec succès de nouveaux concepts de restauration, en Principauté mais aussi à l’international, notamment à Paris et à Hong Kong. Avant de se lancer dans la restauration, le groupe Giraudi c’est avant tout une histoire familiale initiée par le père, Erminio Giraudi, dans les années 1970. Au fil des ans, l’entreprise s’est hissée comme l’un des leaders européens dans l’import/export de viande. Diplômé de l’European business school de Londres, cet entrepreneur hyperactif de 44 ans ouvre en janvier un nouveau restaurant baptisé Cozza, sur la rue du Portier. Un établissement essentiellement dédié au poisson. A noter que ce businessman, toujours bouillonnant d’idées, est aussi consul honoraire de la République Gabonaise à Monaco.

 

monaco-100-entreprises-remi-feipeler

Rémi Feipeler – Directeur de Carrefour Monaco

Il n’a que 31 ans et il chapeaute à Monaco pas moins de 331 collaborateurs… Depuis le 2 avril 2019, Rémi Feipeler est le nouveau directeur de Carrefour. Ce Savoyard qui a grandi à Chambéry succède ainsi à Marie-Madeleine Liesse. Diplômé de l’école de commerce de Grenoble et d’un MBA de la Singapore Management University, ce jeune et dynamique dirigeant a d’abord fait ses armes dans la finance en travaillant pendant près de 3 ans dans les fusions-acquisitions. Avant de reprendre les rênes de Carrefour Monaco, ce chef d’entreprise qui souhaitait prendre une orientation professionnelle davantage orientée sur le management, fut directeur de Carrefour dans le Var à Trans-En-Provence en charge d’une équipe de 270 collaborateurs. A Monaco, ce trentenaire ambitionne de poursuivre le développement des produits bio. Il souhaite également accentuer les services de livraison à domicile, optimiser la carte traiteur et opter pour du mobilier plus environnemental.

 

monaco-100-entreprises-jean-luc-biamonti

Jean-Luc Biamonti – Président délégué de la Société des bains de mer

Jean-Luc Biamonti avait pour mission de relancer la machine SBM… Après des années de grosses pertes financières, le groupe retrouve peu à peu des couleurs grâce à la rénovation de l’Hôtel de Paris et l’ouverture du One Monte-Carlo qui ont reboosté les segments hôtelier et locatif. Autre embellie : le secteur jeux, qui grâce à une nouvelle stratégie mise en place par le Monégasque Pascal Camia, est reparti à la hausse. A la tête de ce groupe qui a fêté ses 150 ans en 2013, Jean-Luc Biamonti a plusieurs priorités pour 2020 : rénover le casino de Monte-Carlo, créer de nouvelles boutiques sur l’allée François Blanc ou encore finaliser la digue sous-marine à Roquebrune-Cap Martin. Né en 1953, ce financier diplômé de l’ESSEC et de Columbia, a fait une partie de sa carrière à l’étranger, notamment chez Goldman Sachs. Administrateur de la SBM depuis 1985, il en est le président délégué depuis 2013.

 

monaco-100-entreprises-hilde-haneuse-heye

Hilde Haneuse Heye – Présidente de l’association des Femmes chefs d’entreprises

Si Hilde Haneuse Heye est née à Gand, une ville belge néerlandophone, cette dynamique chef d’entreprises s’est parfaitement intégrée au tissu économique monégasque depuis son arrivée à Monaco en 1991 pour des raisons professionnelles. Après une maîtrise en philosophie germanique, une agrégation néérlandais/anglais et des études de commerces et de management à Sophia Antipolis, elle est nommée directrice marketing du groupe Microtek. En 2004, elle fonde Colibri, une agence de conseil en marketing et communication, puis devient, en 2010, présidente-déléguée de la société Blue Wave software. Hilde Haneuse est également présidente de l’association des Femmes chefs d’entreprises de Monaco qui a récemment fêté ses 15 ans d’existence, et membre-fondatrice de Cordons de Vie, une association qui soutient la recherche médicale sur les cellules souches du cordon ombilical.

 

monaco-100-entreprises-anne-marie-noir

Anne-Marie Noir – Présidente d’Asepta

L’histoire de l’entreprise Asepta a commencé il y plus de 75 ans d’une façon tout à fait singulière. A la fin des années 30, les croupiers du casino demandent à un pharmacien de Monaco, Henri Adam, de créer une crème contre les douleurs aux pieds. Celui-ci met alors au point une formule qui donnera naissance à la marque Akiléïne. Deux autres hommes rejoignent l’aventure et créent les laboratoires Asepta : Paul Lacroix et Henri Mas. Aujourd’hui, ce fabricant et distributeur de produits dermo-cosmétiques produit plus de 6 millions d’unités, emploie plus de 200 personnes, et sa présence mondiale s’étend à plus de 60 pays sur les cinq continents. A la tête d’Asepta, il y a une femme : Anne-Marie Noir, arrivée au laboratoire en 1994. C’est en 2002, après le décès de son père Paul Lacroix, cofondateur de l’entreprise avec Henri Mas, qu’elle en prend les rênes. Psychologue clinicienne et diplômée de l’IAE de Paris en administration des entreprises, elle gère désormais la société familiale.

 

monaco-100-entreprises-didier-beynet

Didier Beynet – Directeur Monaco de SBM Offshore

SBM Offshore emploie près de 1 000 personnes en Principauté ce qui en fait l’un des plus gros employeurs privés de la place. Didier Beynet en est le Directeur Monaco. Il a débuté sa carrière au sein de la banque Crédit Lyonnais à Milan, puis à Paris et enfin en Saône et Loire ou il a été directeur adjoint du centre d’affaires entreprises. Par la suite, il a rejoint ce groupe néerlandais coté à la bourse d’Amsterdam et spécialisé dans la conception, la fabrication et la commercialisation de systèmes et d’équipements maritimes à destination de l’industrie de l’énergie. Il ne l’a plus quitté. Avant d’être nommé directeur Monaco en janvier 2017, il a occupé le poste de directeur du centre de services partagés du groupe SBM Offshore basé à Marly en Suisse. Né à Monaco le 8 avril 1965, Didier Beynet est diplômé de l’Institut supérieur de gestion de Paris (ISG). Il est marié et père de deux enfants.

 

La vie immobilière

 

monaco-100-immobilier-axel-caroli

Axel Caroli – Président-délégué de Caroli TP Directeur général de Caroli Bat

Ils sont bâtisseurs depuis 1978… Le groupe Caroli et ses deux grandes filiales — Caroli Immo (promotion) et Caroli Bat (construction) — ont été créés par Antonio Caroli, ingénieur. Depuis plus de 40 ans, ce groupe a réalisé plus de 70 opérations immobilières à Monaco et en France, dont certaines prestigieuses : l’hôtel Loews (devenu aujourd’hui Le Fairmont), les immeubles La Réserve et Le Mirabeau au Larvotto, ou encore Les Terrasses du port à Fontvieille. L’Etat a également confié au Groupe Caroli la construction de plusieurs infrastructures publiques : le nouveau lycée hôtelier à la Condamine, le nouveau Conseil national sur le Rocher, ou encore le Centre de gérontologie clinique au CHPG. Depuis plusieurs années, c’est le fils, Axel Caroli qui suit l’activité du groupe, côté BTP. Cet ingénieur discret, formé en Italie, a récemment supervisé la construction de l’immeuble L’Engelin au Jardin exotique, et du nouveau collège/lycée FANB, dont le groupe a notamment assuré le gros œuvre.

 

 

monaco-100-immobilier-claudio-marzocco

Claudio Marzocco – Président administrateur-délégué du groupe Marzocco

L’histoire du groupe Marzocco débute dans les années 1960 sous l’impulsion de Domenico Marzocco, premier homme de cette famille à entamer des activités dans le bâtiment, en Italie d’abord, puis à Monaco dans les années 80. C’est désormais Claudio Marzocco, son fils, qui dirige le groupe, épaulé par ses frères, fils et neveux. Diplômé de l’université de Padoue, cet ingénieur né en 1959 a connu une histoire singulière puisqu’en 1988, il fut kidnappé durant 15 jours par la mafia calabraise. Un évènement qui poussa cet Italien à venir trouver refuge à Monaco, « sa terre d’adoption ». Le groupe Marzocco avec sa filiale Satri, revendique avoir achevé « plus de 50 projets immobiliers depuis les années 1980 en Principauté et sur la Riviera française et italienne ». Parmi les réalisations majeures de ce groupe figurent la Tour Odéon, construction qui a mobilisé jusqu’à 1 400 ouvriers, mais aussi Les Tamaris et Les Jardins d’Apolline. Autres chantiers d’envergure : l’opération Testimonio II, ainsi que le nouveau CHPG.

 

 

monaco-100-immobilier-patrick-raymond

Patrick Raymond – Président de l’ordre des architectes de Monaco

« Un architecte à Monaco doit savoir tout faire. De la plus petite des restructurations au plus grand projet… » Patrick Raymond est président de l’ordre des architectes de Monaco. Un organisme créé en 1942, dont l’objectif est de gérer les relations entre architectes eux-mêmes et avec les maitres d’ouvrage. Cet ordre, dont le rôle est aussi d’assurer le respect de la déontologie, et de régler les éventuels conflits, est aujourd’hui composé de dix-neufs membres, tous inscrits en tant qu’architecte libéral. Diplômé de l’école nationale supérieure d’architecture à Montpellier, ce Monégasque né en 1971 a entamé sa carrière, il y a plus de 20 ans, en 1998. Un métier qui est manifestement dans l’ADN familial puisque son père était également architecte. Parmi les projets chapeautés par son agence figurent notamment l’espace tortue du musée océanographique, le centre de gérontologie clinique Rainier III, ou encore la reconstruction de la résidence Cap Fleuri I.

 

monaco-100-immobilier-michel-dotta

Michel Dotta – Président de la chambre immobilière monégasque

Il connaît sur le bout des doigts le marché monégasque… Rien d’étonnant à cela puisque Michel Dotta est agent immobilier depuis 1975 et président de la Chambre immobilière monégasque depuis 1999. C’est à travers cet organisme qu’il défend les intérêts des professionnels, notamment auprès des pouvoirs publics. Ces dernières années, ce Monégasque au fort tempérament, a notamment pesté contre la prolifération des marchands de biens à Monaco, accusés pour certains de faire de « la pure spéculation ». Mordu de sport automobile, ce père de deux enfants est aussi très actif au sein de l’Automobile club de Monaco où il est président de la commission média du Grand Prix de F1. Membre du conseil d’administration de la Société des Bains de Mer, président du Monaco Economic Board, il est aussi membre du Conseil supérieur pour l’attractivité, président-délégué des Thermes Marins, et depuis décembre 2014, consul général honoraire de la République du Panama à Monaco.

 

monaco-100-immobilier-jean-luc-nguyen

Jean-Luc Nguyen – Directeur des travaux publics

Selon beaucoup d’observateurs, il est l’homme de la situation… Jean-Luc Nguyen est directeur des travaux publics depuis mai 2018. Cet ingénieur — diplômé de l’école polytechnique et de l’école nationale des ponts et chaussées — a repris les rênes de ce service dans un moment particulièrement sensible : en pleine crise au sein des Jardins d’Apolline. Ce professionnel a désormais la délicate mission, non seulement de superviser plusieurs constructions capitales pour le pays (extension en mer, nouveau CHPG, îlot Pasteur), mais aussi de réorganiser de fond en comble un service dont la gestion a été souvent critiquée. Cet ingénieur, âgé de 54 ans, a un parcours très solide. Il a notamment travaillé pour le ministère français de l’équipement, comme responsable d’arrondissement à Calais. Il a ensuite dirigé plusieurs filiales du groupe Nexity, l’un des leaders français de la promotion immobilière, et dirigé, pour le groupe d’ingénierie Setec, la branche consacrée à l’urbanisme, l’environnement et l’énergie.

 

monaco-100-immobilier-fabien-deplanche

Fabien Deplanche – Président de la Chambre patronale du bâtiment

Fabien Deplanche connaît parfaitement la Chambre patronale du bâtiment. Et pour cause, ce Monégasque de 39 ans en est membre depuis 2010 et en fut le vice-président de 2014 à 2019. Depuis octobre dernier, c’est lui qui chapeaute ce syndicat patronal indépendant. Créé en 1944, cet organisme regroupe au total 334 entreprises et défend les intérêts économiques, sociaux, et commerciaux des entreprises de bâtiment et de travaux publics installées à Monaco. Fabien Deplanche est également propriétaire et gérant de plusieurs entreprises : Probat et Pronet (créées respectivement en 2002 et 2004), Deplanche Immobilier (rachat en 2009), les agences immobilières Saint Preux (rachat en 2015), et enfin Art Staff (créée en 2016). Ce professionnel du BTP est également vice-président de la Caisse de congés payés du bâtiment et du Groupement des entrepreneurs monégasques du bâtiment. Administrateur de l’association monégasque de retraite par répartition (AMRR), il est aussi conseiller au conseil économique social et environnemental.

 

La vie financière

 

monaco-100-finance-etienne-franzi

Etienne Franzi – Président de l’Association monégasque des activités financières

On le connaît à Monaco pour sa carrière dans l’univers bancaire. Président de l’association monégasque des activités financières (Amaf) depuis 1999, Etienne Franzi, aujourd’hui âgé 72 ans, est bien connu de la place bancaire monégasque. Diplômé de Supélec, le Monégaque a démarré sa carrière de banquier à Paris avant d’intégrer l’administration monégasque au sens du département des finances dès 1979. Quinze ans plus tard, il devient conseiller de gouvernement pour les finances. Avant de repartir vers une carrière dans le privé quand il est nommé directeur général de la Compagnie Monégasque de Banque (CMB). On le sait moins, mais il est aussi président de Monaco Telecom et fut un temps président de l’ASM-FC. Parmi ses faits d’armes, il y a la victoire en coupe Gambardella mais aussi la fameuse descente du club en Ligue 2 avant le rachat du club par le milliardaire russe Dmitri Rybolovlev.

 

monaco-100-finance-michel-hunault

Michel Hunault – Directeur du Siccfin

Michel Hunault, 59 ans, a pris ses fonctions de directeur du Sicffin début juillet 2019. Le service d’information et de contrôle sur les circuits financiers recueille, analyse et transmet les informations en lien avec la lutte contre le blanchiment de capitaux, le financement du terrorisme et la corruption. Originaire de Châteaubriant — dont le frère jumeau est le maire — Michel Hunault a surtout un très long passé politique. Député de Loire-Atlantique pendant 19 ans, proche d’Alain Juppé, il a accumulé mandats locaux et régionaux. A l’Assemblée nationale, il occupait le poste de vice-président de la mission d’information commune sur les obstacles au contrôle et à la répression de la délinquance financière et du blanchiment des capitaux en Europe de 1997 à 2002. Et fut notamment rapporteur du projet de loi contre le blanchiment de l’argent sale. Puis rapporteur du projet de loi contre la corruption.

 

monaco-100-finance-anthony-torriani

Anthony Torriani – Directeur de Monaco Asset Management

Il avait misé sur l’“onshorisation” de la place monégasque avant même que Monaco accélère sa transparence fiscale avec la signature de différents textes réglementaires internationaux. Le Canadien Anthony Torriani est fondateur et actionnaire de Monaco Asset Management, une société monégasque de gestion d’actifs indépendante établie à Monaco depuis 1999. Titulaire d’un “Executive MBA” de la Carnegie Mellon University, d’un MBA de l’université de Genève, ce père de famille, né en 1968, est un expert de l’analyse de marchés. Après un passage par la banque Julius Baer Swiss Group à Genève au poste de directeur des activités recherches, il prend la tête de la filiale monégasque. Avant de monter Monaco Asset Management. C’est à ce titre qu’il a pu devenir vice-président de l’association monégasque des activités financières mais aussi président de la commission finance du conseil stratégique pour l’attractivité.

 

monaco-100-finance-patrick-gherara

Patrick Gherara – Directeur Général de BNP Paribas Monaco

A Monaco, BNP Paribas est le partenaire privilégié du Monte-Carlo Rolex Masters. C’est également l’un des principaux employeurs bancaires de la Principauté, avec au total 220 salariés. Cette institution bancaire est aussi le premier établissement de la place à avoir signé le pacte de la transition énergétique avec le gouvernement monégasque. Depuis septembre 2013, Patrick Gherara est responsable du Territoire de Monaco. Né en 1958 à Boulogne Billancourt, ce père de deux enfants a fait sa carrière dans le groupe BNP Paribas. Après avoir dirigé le Groupe des Agences ainsi que le centre de Banque Privée de Paris XVIème, il est venu diriger le Groupe de Monte-Carlo (soit la banque de détail) en 2008. Le banquier assure aujourd’hui également les fonctions de Directeur Général de BNP Paribas Wealth Management Monaco, d’administrateur de BNP Paribas Asset Management Monaco, et de président-délégué de Monassurances (courtage).

 

monaco-100-finance-mathieu-ferragut

Mathieu Ferragut – Directeur général de CFM Indosuez Wealth

C’est un fidèle du groupe Crédit agricole qui supervise l’une des premières banques de la principauté et ses quelque 118 milliards d’euros d’actifs sous gestion. Après avoir été diplômé de l’institut supérieur du commerce à Paris et avoir obtenu un DESS en finance à l’université d’Aix-Marseille III pour se former aux marchés financiers, Mathieu Ferragut intègre le Crédit lyonnais à Singapour en 1996 comme chef de projet, puis rallie Miami en tant que responsable de la conformité et chief operating officer. Toujours en Floride, et alors que le Crédit lyonnais est racheté par le Crédit agricole, ce spécialiste de la gestion de fortune supervise les activités du groupe Indosuez pour la zone Amériques de 2013 à fin 2018. A Monaco, il a hérité depuis décembre 2018 d’un poste éminemment important avec une clientèle internationale très haut de gamme qu’elle soit privée ou professionnelle.

 

monaco-100-finance-herve-ordioni

Hervé Ordioni – Directeur général d’Edmond de Rothschild (Monaco)

Hervé Ordioni a rejoint l’institution en 1996. Ce diplômé en maîtrise des sciences de gestion de l’Université Paris Dauphine, père de 5 enfants, a été un acteur majeur dans la création, en 2005, de Edmond de Rothschild conseil et courtage d’assurance. Mais aussi, en 2008, de Edmond de Rothschild Gestion (Monaco) — société agréée pour la gestion de portefeuille et la gestion de fonds communs de placement. Depuis 2015, Hervé Ordioni préside la commission pour la promotion de la place, au sein de l’Association monégasque des affaires financières (Amaf). A ce titre, il se rend régulièrement à l’étranger, en collaboration avec le MEB et avec la coopération du corps diplomatique et consulaire, pour promouvoir l’attractivité de la Principauté. Il a été décoré en 2017 Chevalier dans l’ordre de Saint-Charles. Sous son leadership, la banque monégasque continue son essor, et devient une maison incontournable de la place financière.

 

monaco-100-finance-francesco-grosoli

Francesco Grosoli – Administrateur délégué de la Compagnie Monégasque de Banque

Francesco Grosoli, 53 ans a pris la tête de la Compagnie Monégasque de Banque en mai dernier. Ce professionnel affiche plus de 30 ans de carrière dans le domaine financier. Une expérience acquise dans divers postes de direction au sein de grandes institutions bancaires. Après BSI, il rejoint la branche monégasque de HSBC dont il prend la responsabilité de la banque privée en 2006. Il intègre, en 2007, Barclays Monaco en tant qu’administrateur délégué où il exerce pendant 12 ans. En 2015, il est nommé CEO Wealth&Investment Management Europe et CEO Private Bank EMEA en 2016. Chevalier de l’ordre de Saint-Charles depuis 2010, marié et père de deux garçons, il a également fait partie du conseil d’administration de l’AMAF pendant dix ans, et vient d’être nommé président de la section affaires financières du Conseil économique, social et environnemental. Depuis qu’il a pris les rênes de la CMB, il travaille à son repositionnement en collaboration avec le groupe Mediobanca, actionnaire principal de la banque.

 

monaco-100-finance-jean-christophe-gerard

Jean-Christophe Gerard – Directeur général Barclays Monaco

Jean-Christophe Gerard a rejoint la Barclays en octobre 2017 en tant que responsable mondial pour les investissements de la banque privée. Deux ans plus tard, en juillet 2019, il porte la double casquette de responsable banque privée à Monaco et en Suisse, ainsi que directeur général Barclays Monaco. Efficace et impliqué, il est vite promu comme responsable de la banque privée Europe. Avant de rejoindre Barclays, Jean-Christophe Gerard a eu un long passé dans l’univers bancaire car il a exercé pendant 24 ans dans le groupe HSBC. Il y a occupé différents postes dans la banque d’investissement, en asset management et banque privée. Notamment comme responsable des investissements pour l’Europe et le Moyen-Orient, co-directeur mondial des investissements et directeur mondial pour les produits d’investissements.

 

monaco-100-finance-bettina-ragazzoni

Bettina Ragazzoni – Fondatrice-associée de KPMG GLD et associés Monaco

KPMG GLD et associés, est l’un des plus importants cabinet d’expertise comptable et d’audit de la place monégasque. Fondé à l’origine en 1972 par André Garino et Alain Leclercq, ce cabinet a pris une nouvelle dimension avec l’arrivée en 1985 de Bettina Ragazzoni, expert-comptable, syndic, commissaire aux comptes et administrateur judiciaire. Cette mère de famille passionnée de sport — et de ski en particulier — est également très investie dans le milieu associatif. Trésorier général de la Croix-Rouge Monégasque et du Yacht Club de Monaco, Bettina Ragazzoni est aussi consul honoraire du Portugal à Monaco et présidente de la commission études juridiques au sein de l’ordre des experts comptables.

 

monaco-100-finance-jose-giannotti

José Giannotti – Agent général de la compagnie Generali France à Monaco

Il s’agit de l’un des plus anciens cabinets d’assurance de la Principauté… Le groupe Generali à Monaco dispose de deux agences : l’une située au boulevard princesse Charlotte, l’autre à la place des Moulins. Au total, 17 collaborateurs y travaillent. A la tête de ce cabinet (spécialisé notamment dans le nautique, et qui dispose également d’un portefeuille important dédié aux collectionneurs d’art) il y a José Giannotti. Ce Monégasque, né en 1947, affiche 45 ans de présence chez Generali. Associé depuis 1975 avec Jean-Philippe Mourenon, fidèle collaborateur et ami, ce père de deux fils a aussi de multiples autres casquettes. Ancien membre du conseil économique et social durant 18 ans, il est également membre du tribunal du travail depuis plus de 25 ans, président honoraire de la chambre des assurances depuis 10 ans, membre du conseil d’administration de l’association Dante Alighieri, ainsi que membre fondateur de l’association monégasque des entrepreneurs italiens.

 

monaco-100-finance-patricia-husson

Patricia Husson – Présidente d’honneur du groupe Ascoma

Présent à Monaco depuis 1950, le groupe Ascoma se présente comme « le courtier d’assurances leader en Principauté ». Également pionnier en Afrique, où certaines filiales sont implantées depuis plus de soixante ans, le groupe a ainsi, au fil du temps, créé le premier réseau de courtage indépendant en Afrique subsaharienne. Aujourd’hui, Ascoma revendique avoir « près de 700 collaborateurs présents dans 24 pays ». De 1985 à 2014, c’est Patricia Husson qui a présidé cette société familiale dont elle est aujourd’hui la présidente d’honneur. Depuis 2015, c’est son fils, Hervé Husson, qui en a repris les rênes. Officier de l’Ordre de Saint Charles (2016), commandeur de l’Ordre Royal de l’Etoile Polaire, Patricia Husson est aussi membre du conseil de la couronne et consul général honoraire de Suède.

 

monaco-100-finance-agnes-falco

Agnès Falco – Directrice d’UBS Monaco

Il est rare de trouver des femmes à la tête d’établissements bancaires… En Principauté, elles ne sont que deux : Sérène El Masri qui dirige la banque UBP, et Agnès Falco, directrice d’UBS Monaco. Diplômée d’un master de droit public et d’un master d’économie appliquée, Agnès Falco a pris les rênes de cette banque (implantée à Monaco depuis plus de 60 ans) en janvier 2017. Après des débuts chez Arthur Andersen, cette professionnelle a mené une longue carrière dans la finance dans diverses banques, notamment HSBC, Lloyds, UBP ou encore Credit Suisse. « Chez UBS Monaco, 80 % de nos clients résident en Principauté et nous avons à cœur de leur apporter notre savoir-faire en terme de Wealth Management et plus encore », revendique-t-elle. Secrétaire générale de la Fondation Princesse Charlène, Agnès Falco est également membre du Conseil Supérieur pour l’Attractivité (CSA) où elle livre ses pistes de réflexion dans le domaine de la finance.

 

La vie de la foi

 

monaco-100-religion-bernard-barsi

Monseigneur Bernard Barsi – Archevêque de Monaco

Qui succèdera à Monseigneur Barsi, archevêque de Monaco, depuis 19 ans ? La question se pose (depuis au moins deux ans), mais le mystère reste entier sur l’identité de celui qui le remplacera. « Secret pontifical » oblige… En attendant, celui qui a célébré ses 50 ans d’ordination sacerdotale en juin dernier — et qui assure « n’avoir jamais regretté ce choix de vie » — continue de porter les convictions de l’Église sur des sujets de société. Dernièrement, c’est son opposition franche au contrat de vie commune qui a suscité débats et remous dans la sphère politique. Ordonné prêtre le 28 juin 1969, Monseigneur Bernard Barsi, 77 ans, a vécu plusieurs chapitres marquants de l’histoire monégasque : les funérailles du prince Rainier, l’avènement du prince Albert, le mariage religieux d’Albert et Charlène, ou encore le baptême de Jacques et Gabriella. Avant de poser ses valises à Monaco, ce Niçois a commencé dans le monde montagnard en tant que prêtre à Saint-Étienne de Tinée notamment. Il a ensuite été nommé vicaire général à Nice.

 

 

monaco-100-religion-guillaume-paris

Guillaume Paris – Vicaire général du diocèse de Monaco

Il se destinait à une carrière militaire… C’est finalement au sein de l’Église catholique qu’il trouvera sa voie et sa destinée. Né le 9 juillet 1971, Guillaume Paris, a été ordonné en 1997. Ce Français, qui a toujours vécu à Monaco, avait pourtant choisi dans sa jeunesse de suivre une classe préparatoire scientifique au lycée militaire d’Aix-en-Provence. Mais un jour, il ressent une « évidence » qui le mène à étudier la philosophie, et à suivre 5 années d’études à l’Université pontificale grégorienne de Rome, l’université des jésuites. Pompier volontaire à la Turbie depuis l’âge de 16 ans, Guillaume Paris a occupé plusieurs postes de vicaire et de curé, avant d’être nommé vicaire général, le bras-droit de l’archevêque. Il est également vice-official du tribunal ecclésiastique de Marseille.

 

monaco-100-religion-ferxel-fourgon

Ferxel Fourgon – Responsable de la communication et du protocole au diocèse

Tout le monde à Monaco connaît Fernand-Axel Fourgon, alias Ferxel ! Et pour cause. Cet hyperactif belge, enfant du pays né à Monaco, est partout. La principale activité de ce multi-casquettes, père d’une petite fille ? Il est responsable de la communication et du protocole au diocèse de Monaco. Ce grand gaillard d’1,93 m a totalement dépoussiéré la com’ de l’Église et donné un coups de peps au diocèse en proposant une multitudes d’évènements (débats, projection de films, conférences). Les amateurs de basket le connaissent aussi puisqu’avec sa voix et son coffre puissants, il commente les matchs et chauffe le public de la salle Gaston-Médecin pour encourager la Roca Team. Mais ce n’est pas tout. Celui qui fut enfant de chœur à l’église Saint-Charles a aussi été professeur d’instruction religieuse au collège Charles-III et… DJ au Jimmy’z pendant trois ans. Cet amoureux du spectacle vivant, que l’on voit souvent en coulisses dans l’organisation de nombreux évènements, est aussi régisseur lumière à l’Opéra de Monte-Carlo. Hyperactif, on vous l’a dit !

 

La vie scientifique

 

monaco-100-science-ilhami-aygun

Ilhami Aygun- Directeur de Space Systems International

D’ici 2020, un habitant de Monaco devrait être sélectionné pour rejoindre la station spatiale internationale. C’est l’annonce très sérieuse faite fin 2018 par le docteur Ilhami Aygun. Depuis 2004, et la création de Space Systems International qu’il dirige, cet éminent scientifique a participé au lancement de deux satellites pour Monaco. Celui qui a dirigé le centre turc de la communication par satellite, le programme de satellites Turksat à Cannes, est aussi directeur général d’Eurasiasat-Monaco et président de l’association Tuyad. Diplômé en ingénierie électrique et électronique de l’université d’Ankara, de Southampton et d’Istanbul, le docteur Ilhami a représenté la Turquie, la France et Monaco dans de très nombreuses conférences internationales. Il a été nommé consul honoraire de Turquie à Monaco. Fait chevalier de l’ordre de Saint-Charles par le prince, il est aussi le président du Rotary-club de Monaco.

 

monaco-100-religion-robert-calcagno

Robert Calcagno – Directeur du musée océanographique

Il représente une institution emblématique de la principauté. Robert Calcagno, 60 ans cette année, est à la tête depuis 2009 de ce monument artistique, culturelle et scientifique de Monaco. Diplômé de la prestigieuse école polytechnique et pont et chaussées, Robert Calcagno a occupé de hautes missions dans la fonction publique monégasque. Après une carrière dans le groupe d’ingénierie Egis et au sein de la communauté urbaine Nice Côte d’Azur, il est recruté par le prince dans son cabinet restreint au palais en 2005. Avant de devenir conseiller de gouvernement pour l’Équipement. Robert Calcagno, c’est aussi celui qui a fait le parallèle entre l’art contemporain, la science et le numérique pour sensibiliser toujours plus à la préservation des océans. En 2020, la prochaine exposition événement du musée sera une immersion dans le monde fragile mais sublime des coraux.

 

 

monaco-100-religion-denis-allemand

Denis Allemand- Directeur du centre scientifique de Monaco

Denis Allemand est né le 9 juillet 1959, quelques mois à peine avant la création du centre scientifique de Monaco par le prince Rainier III. Cet organisme public historiquement dédié à la recherche dans le domaine marin fait figure de pointe dans son domaine 60 ans plus tard. Citoyen monégasque, ce doctorant en sciences pharmacologiques et endocrinologie à l’université de Montpellier II a débuté comme professeur de biologie à l’université de Nice-Sophia Antipolis. Rentré au CSM en 1986, il en est officiellement devenu le directeur en 2001. Son principal domaine de recherche concerne la physiologie comparée des organismes marins. Il gère ainsi 60 collaborateurs dont 45 chercheurs. Son cheval de bataille, c’est aujourd’hui le corail menacé purement et simplement d’extinction à cause des effets du changement climatique. « Si on continue comme ça, on perdra 99 % du corail en 2100 », avertit-il.

 

La vie de la communication

 

monaco-100-communication-genevieve-berti

Geneviève Berti – Directrice à la Direction de la communication

La communication chez les Berti, c’est un peu une affaire de famille. Car si Geneviève Berti est à la tête de la Direction de la communication depuis mai 2016, sa mère Jacqueline, avait, à son tour, chapeauté le centre de presse. Diplômée d’école de commerce, cette professionnelle a longtemps roulé sa bosse dans le milieu du football. Pendant presque 8 ans, elle fut media officer pour l’AS Monaco FC (communication et relations presse). Direction ensuite Bruxelles où elle fut directeur de la communication du G-14 (groupement des clubs majeurs de football professionnel en Europe). Cette dynamique Monégasque, mère de famille, qui chapeaute la communication du gouvernement a plusieurs ambitions pour 2020 : « Nous venons d’adhérer au Prix Italia, pour lequel nous allons présenter des programmes Monaco Info aux diverses compétitions. Nous allons également relancer les discussions avec l’Union Européenne de Radio-Télévision (UER) pour que Monaco Info puisse y adhérer », explique-t-elle. Autre projet : développer les contenus du nouveau média MonacoNow.

 

monaco-100-communication-david-wigno

David Wigno – Directeur de l’agence Dimension

Rompu aux rouages politico-institutionnels de la Principauté depuis 2001, David Wigno a participé à toutes les élections nationales depuis celles de 2003, en passant par 2008 puis 2013. Les campagnes électorales n’ont plus de secret pour ce quadra qui est aujourd’hui à nouveau aux côtés de Stéphane Valeri au Conseil national, depuis les élections qui ont mené à la victoire de Primo ! en février 2018. Diplômé de Science Politique, ce spécialiste de communication politique et d’accompagnement de trajectoires, conseille de nombreuses personnalités à Monaco et en France, via Dimension, le cabinet de conseil qu’il dirige à Monaco mais aussi à Paris. Son approche ? Utiliser l’image et ses implications dans les réseaux professionnels, interagir avec la presse, pour aider ses clients à atteindre leurs objectifs. Père de deux enfants et fan de musique électro, il ne manquera pas de faire tourner à plein régime sa plateforme digitale de services aux candidats à des élections, Qgdecampagne.fr, lors des municipales de mars 2020 en France.

 

monaco-100-communication-francesco-caroli

Francesco Caroli – Président délégué de Caroli Com

Le groupe Caroli Com — filiale du Groupe Caroli fondé par Antonio Caroli — a plusieurs cordes à son arc… Regroupant, au travers de ses filiales, des activités de régie publicitaire (Caroli Régie), d’événementiel (Caroli Expo), d’impression tous formats (Caroli Print), mais aussi de sécurité privée (Caroli sécurité privée), ce groupe détient également les journaux Monaco Hebdo (créé en 1995) et L’Observateur de Monaco (créé en 2005), par le biais de la société éditrice Caroli Média. A la tête de ces nombreuses filiales, il y a Francesco Caroli, 39 ans. Cet enfant du pays né à Monaco, diplômé en économie et commerce spécialisé en marketing (Université de Pavia), chapeaute également le salon de la gastronomie. Depuis deux ans, au sein de cet évènement qui rassemble tous les plus grand chefs de Monaco et de la Côte d’Azur, il a créé un nouveau concours de cuisiniers amateurs baptisé “Maestro chef”. Une compétition qui rencontre un vif succès populaire.

 

La vie culturelle

 

 

monaco-100-culture-cecilia-bartoli

Cecilia Bartoli – Cantatrice et future directrice de l’Opéra de Monte-Carlo

La voix de Cecilia Bartoli, c’est d’abord « un don du ciel », souligne sa mère. Effectivement, lorsque l’on écoute la diva italienne, ses prouesses vocales et son expressivité laissent instantanément bouche bée. Entre Monaco et la cantatrice originaire de Rome, une véritable histoire d’amour musicale a commencé avec la création, en 2016, des Musiciens du prince. En un rien de temps, cet orchestre a réalisé plus de 70 concerts, enregistrements et représentations d’opéra dans toute l’Europe. Le public et la critique internationale lui ont réservé un accueil unanime, le nommant comme l’un « des meilleurs ensembles instrumentaux d’époque ». L’idylle artistique avec la Principauté continue, car Cecilia Bartoli succèdera le 1er janvier 2023 à Jean-Louis Grinda. « Prendre la direction de l’Opéra constitue la réalisation d’un rêve. Je serai la première femme à occuper ce poste », s’est enthousiasmée la mezzo-soprano, qui dispose ainsi de trois années pour préparer sa première saison.

 

monaco-100-culture-jean-christophe-maillot

Jean-Christophe Maillot – Directeur-chorégraphe des Ballets de Monte-Carlo

A 59 ans, Jean-Christophe Maillot déborde encore et toujours d’une étonnante énergie créative. La preuve ? Sa dernière création baptisée Coppél-IA, et sa F(ê)aites de la danse organisée sur la place du Casino, en juillet 2017 ont été des immenses succès, et montrent à quel point ce chorégraphe en a encore sous le capot ! A la tête de la compagnie monégasque depuis septembre 1993, Maillot a étudié la danse et le piano au conservatoire national de région de Tours. Il rejoint ensuite l’école internationale de danse de Rosella Hightower à Cannes, jusqu’à l’obtention du prix de Lausanne en 1977. Il est alors engagé par John Neumeier au Ballet de Hambourg où il interprète pendant cinq ans, en qualité de soliste, des rôles de premier plan. Toutefois, un accident mettra fin brutalement à sa carrière de danseur. A Monaco, ce chorégraphe, qui aime revisiter les œuvres classiques, a créé plus de 40 ballets qui ont tous contribué à forger la réputation des Ballets de Monte-Carlo dans le monde entier.

 

monaco-100-culture-yamada-kazuki

Yamada Kazuki – Directeur artistique et musical de l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo

Il est depuis septembre 2016 à la tête de l’OPMC. A 40 ans, le Japonais Kazuki Yamada dirige avec fougue l’orchestre monégasque. Né en 1979 à Kanagawa (Japon), ce fils d’un ingénieur en informatique et d’une mère au foyer, a étudié le piano, avant de se tourner assez vite vers la direction d’orchestre. Passé par la Tokyo National University of Fine Arts & Music, il décroche le titre de chef d’orchestre en 2001. L’année suivante, il poursuit ses études à l’International Summer Academy du Mozarteum de Salzbourg (Autriche) et dirige en parallèle l’orchestre philharmonique de Varna (Bulgarie). Après avoir enchainé les directions d’orchestre de 2005 à 2010, il s’installe à Berlin en 2010 et prend la tête de l’orchestre de la Suisse Romande. Ce passionné de musique depuis l’enfance est aussi directeur musical de Yokohama Sinfonietta, un ensemble qu’il a fondé alors qu’il était encore étudiant.

 

monaco-100-culture-francoise-gamerdinger

Françoise Gamerdinger – Directeur des affaires culturelles

C’est la “madame Culture” de Monaco ! Après avoir été pendant 16 ans professeure de lettres, Françoise Gamerdinger a intégré en 2002 la direction des affaires culturelles (DAC). Depuis, elle a gravi tous les échelons dans ce service. Cette mère de deux enfants fut pendant 10 ans, directeur-adjoint (bras-droit de Jean-Charles Curau) avant d’être nommée officiellement directeur, en juin dernier. Elle devient ainsi la première femme à occuper ce poste. Épouse du conseiller-ministre aux affaires sociales, Didier Gamerdinger, cette Monégasque a également été nommée expert culturel représentant la Principauté auprès du Conseil de l’Europe. Depuis 2012, elle est aussi en charge de la direction et de la programmation du TPG. Une partie de sa vie est dédiée à la mairie. Troisième adjoint, elle est élue communale depuis 2007.

 

monaco-100-culture-jean-louis-grinda

Jean-Louis Grinda – Directeur de l’opéra et des Chorégies d’Orange

Homme de culture, distingué chevalier des arts et des lettres, de l’ordre de Léopold et de l’ordre du mérite culturel de Monaco, Jean-Louis Grinda, 60 ans, est le directeur de l’opéra de Monte-Carlo avec brio depuis 2007. Également metteur en scène, il avait dirigé l’opéra royal de Wallonie où sa pièce Chantons sous la pluie avait remporté le Molière du meilleur spectacle en 2001. Depuis 2016, il occupe aussi le poste de directeur des Chorégies d’Orange où il a déjà pu mettre en scène Mefistofele puis Guillaume Tell. Grinda fut un temps pressenti pour devenir directeur de l’Opéra de Paris. En décembre, il a annoncé son retrait de la direction de l’opéra monégasque pour laisser la place à Cecilia Bartoli. Également conseiller national Union Monégasque, ce père de quatre enfants, continuera de mettre en scène des opéras pour son pays.

 

monaco-100-culture-marc-monnet

Marc Monnet – Directeur artistique du Printemps des arts

Il se dit un brin « provocateur » et son leitmotiv artistique a toujours été d’exciter la curiosité du public… Ce sont sans doute ces traits de personnalité qui poussent chaque année Marc Monnet, 72 ans, à faire découvrir au public monégasque des oeuvres et des spectacles musicaux tantôt classiques, tantôt contemporains, tantôt (très) surprenants. Le tout, dans des endroits, parfois, tout à fait inattendus ! Depuis 2003, le directeur artistique du Festival Printemps des arts, surprend le public. Au-delà de cet évènement culturel (dont la prochaine édition aura lieu du 13 mars au 11 avril) le parisien Marc Monnet est aussi un compositeur assez atypique à l’origine de plusieurs dizaines de pièces singulières, empreintes de poésie et d’humour. Formé au conservatoire de Paris et à la Musikhochschule de Cologne, il suit l’enseignement du compositeur argentin, Mauricio Kagel.

 

monaco-100-culture-salim-zeghdar

Salim Zeghdar – Directeur de Monaco Live Production et de Top Marques

C’est une figure incontournable de l’événementiel à Monaco. Salim Zeghdar a fait parler de lui en 2019 en devenant le nouvel organisateur de Top Marques, le salon dédié aux voitures de luxe. Né à Monaco en août 1970, cet hyper actif s’est spécialisé dans la production de spectacles vivants. Directeur de la société Monaco Live productions, c’est à lui que l’on doit, depuis 15 ans, les Sérénissimes de l’Humour au Grimaldi Forum mais aussi, quelques gros spectacles : Muse en 2007 au stade Louis II, ou encore le concert de Jean-Michel Jarre et des Eagles en 2011 pour le mariage princier. Diplômé de l’école de commerce de Bordeaux, Salim Zeghdar a également dirigé de 1996 à 2009 la compagnie d’hélicoptères Monacair. En 1997, il relance Monaco Top Voyages puis créée Monaco Check-in en 2006, et la société Premier Catering International en 2013.

 

monaco-100-culture-sylvie-biancheri

Sylvie Biancheri – Directeur général du Grimaldi Forum

Aux commandes du Grimaldi Forum, Sylvie Biancheri est l’épouse de l’ancien conseiller de gouvernement aux finances, Franck Biancheri. Diplômée de l’ESLSCA Business School Paris, elle a occupé plusieurs postes au sein de grands groupes internationaux, dans la finance et la gestion, avant de poser ses valises en Principauté en 1995. Elle intègre tout d’abord la DTC puis la cellule de préfiguration du Grimaldi Forum en 1998, avant d’occuper le poste de directeur général adjoint pendant 3 ans, puis celui de directeur général dès 2002. Celle qui accompagne le développement du Grimaldi Forum depuis 22 ans a assis la réputation de ce centre, aussi bien au niveau du tourisme d’affaires que des représentations culturelles. En 2006, elle obtient le Prix Trofémina dans la section business. Elle est aussi membre du conseil d’administration de différentes entités culturelles à Monaco.

 

monaco-100-culture-anthea-sogno

Anthéa Sogno – Directrice du Théâtre des muses

Anthéa Sogno a tenté et réussi un pari fou. Transformer une boulangerie… en une salle de spectacle d’une centaine de places ! Depuis son ouverture en 2012, le théâtre des Muses a trouvé un public fidèle et nombreux. Ce qui remplit de joie cette comédienne pleine de vie née à Monaco. Avant d’ouvrir cette salle, cette amoureuse de Guitry a eu mille et une vies. Formée au Théâtre de l’Alphabet à Nice par Henri Legendre, (professeur d’art dramatique), et à Paris, au cours Florent, Anthéa Sogno a d’abord été animatrice télé sur TMC. La comédienne en herbe devient ensuite ouvreuse dans un grand théâtre à Paris, puis se lance, avec succès, dans la mise en scène de pièces signées Sacha Guitry, jouées des centaines de fois partout en France. Elle croisera la route du comédien Philippe Caubère. De ce « coup de foudre » amoureux (aujourd’hui amical) naîtra une petite fille : Théodora.

 

monaco-100-culture-stella-almondo

Stella Almondo – Pianiste

Il suffit d’écouter quelques secondes Stella Almondo jouer du Bach ou du Chopin au piano pour comprendre que cette adolescente âgée de 13 ans a un don hors du commun. Cette virtuose — de nationalité monégasque par son père — a commencé le piano à seulement trois ans. Depuis ce très jeune âge, la vie de Stella se divise entre ses cours au collège Stanislas à Cannes où elle réside, et ses leçons de piano au conservatoire de Nice avec son professeur Amédée Briggen. « Je joue du piano deux à trois heures par jour minimum. C’est beaucoup de travail », souligne la jeune fille devenue, en un temps record, la coqueluche des médias et une vraie fierté nationale à Monaco. « Sur scène, c’est un cheval de feu », raconte sa mère Nathalie, qui suit de près la prometteuse carrière de sa fille. Au-delà des grandes pianistes actuelles comme l’Argentine Martha Argerich Stella se dit également fan de Michael Jackson ou d’Amy Winehouse.

 

monaco-100-culture-hassan-moufki

Hassan Moufki – Humoriste

Le sourire vissé aux lèvres et une bonne humeur communicative ! Hassan Moukfi, alias Hassan de Monaco, est souvent qualifié comme le « premier humoriste de la Principauté » ! Dans son spectacle, ce Marocain, arrivé à l’âge de trois mois sur le Rocher, raconte son enfance à Monaco, sa relation avec son père (le tout avec un désopilant accent “rebeu”) et son quotidien… à l’hôpital. Car ce résident monégasque est aussi infirmier-anesthésiste au CHPG. C’est en 2014 que tout commence pour ce jeune humoriste. Hassan décroche le premier prix lors du festival Les Fourres du rire à Nice. Depuis ce succès, ce fan de Thomas N’Jigol écume tout un tas de salles en France. Si vous voulez découvrir son spectacle qui « ne parle ni de religion, ni de politique », mais qui se moque gentiment de ses origines marocaines et des us et coutumes monégasques, rendez-vous le 19 mars au Grimaldi Forum aux Sérénissimes de l’humour.

 

La vie sportive

 

monaco-100-culture-charles-leclerc

Charles Leclerc – Pilote de Formule 1

Avec un deuxième prénom comme Perceval, le seul chevalier de la Table ronde à avoir touché le Graal, Charles Leclerc était peut-être prédestiné au succès qu’il connaît aujourd’hui… Le petit prodige de Monaco commence sa route sportive par le kart. A à peine 22 ans, le voilà déjà propulsé en Formule 1 dans la prestigieuse et exigeante écurie Ferrari. Il termine cette saison de championnat du monde en 4ème place. Sa ténacité, son professionnalisme et son engagement en font un chouchou des paddocks. C’est dorénavant tout un pays qui vibre avec lui à chaque fois qu’il prend le volant. Ce qui touche aussi les gens du cru, c’est sa force de caractère après le décès de son père Hervé et de son ami pilote Jules Bianchi. Avec ses deux frères Lorenzo et Arthur, ils peuvent compter sur le soutien indéfectible de leur maman Pascale. Charles Leclerc a pris part à 42 grands prix dont dix podiums et deux victoires en Belgique et Autriche. Fin décembre, Ferrari a annoncé avoir prolongé son contrat jusqu’en 2024.

 

monaco-100-culture-oleg-petrov

Oleg Petrov – Vice-président de l’AS Monaco

Il est arrivé en pleine tourmente. Successeur de Vadim Vasyliev, le natif d’Oufa en Russie, Oleg Petrov, a récupéré un poste clé pour l’avenir du club de football du pays. Inconnu du monde du football, cet homme de 56 ans a pourtant l’oreille du président Dmitri Rybolovlev. Après un diplôme obtenu à l’institut militaire de Krasnodar, il se destine d’abord à une carrière dans le domaine linguistique. Polyglotte, il sait s’exprimer aussi bien en anglais, qu’en portugais, grec ou espagnol. Après son passage à l’université d’économie Plekhanov de Moscou, Oleg Petrov intègre l’entreprise de Rybolovlev Uralkali, spécialiste de l’extraction de potasse. Entre 2005 et 2011, Petrov est même nommé vice-directeur d’un groupe d’extraction de ce minerai au Bélarus. Dorénavant, il doit composer avec des sportifs de haut niveau pour ramener un climat de confiance et permettre au club de renouer avec le succès.

 

monaco-100-sport-yvette-lambin-berti

Yvette Lambin-Berti – Présidente du comité olympique monégasque

Nouvelle olympiade en vue pour Yvette Lambin-Berti à Tokyo cet été. Comme à son habitude, elle accompagnera les athlètes monégasques pour leur assurer le soutien du pays dans leur compétition sportive. Entrée au comité olympique monégasque en 1977 en qualité de présidente de la fédération de natation, elle découvre les Jeux olympiques de l’intérieur en prenant part aux JO de Los Angeles en 1984 en tant que dirigeante. L’ancienne professeure d’éducation sportive — elle enseigne jusqu’en 1986 — est chargée des fonctions d’administrateur du stade Louis II lors de sa mise en service. Puis elle devient en 1993 directeur de l’Éducation nationale. De plus, Yvette Lambin-Berti a été nommée ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire, délégué permanent de la principauté de Monaco auprès de l’Unesco à Paris, à compter du 1er janvier 2010 par le prince Albert II.

 

La vie associative

 

monaco-100-associations-valerie-campora-lucas

Valérie – Campora-Lucas Directrice de l’AVIP

C’est une femme sociable et dynamique qui a pris la direction de l’AVIP. L’association de soutien aux victimes d’infractions pénales existe depuis 2014. Elle s’est professionnalisée en 2018. Son credo : l’accompagnement juridique et psychologique de toutes les victimes d’infraction, de violences morales ou physiques, aux accidentés de la route. Celles-ci peuvent compter sur la discrétion et l’écoute de Valérie Campora-Lucas, secondée par Nadine Leroy. Monégasque âgée de 50 ans, maman de deux enfants, cette ancienne cavalière spécialisée dans le saut d’obstacle a exercé plusieurs missions en principauté. Titulaire d’un BTS communication, elle commence à TMC, puis devient journaliste pour Monaco Info pendant 13 ans. Elle occupera ensuite le poste de chef de cabinet du directeur de la sûreté publique. Avant de se voir détachée à l’AVIP.

 

monaco-100-associations-olivier-wenden

Olivier Wenden – Vice-président de la fondation Albert II

Jusqu’ici directeur exécutif, Olivier Wenden vient de succéder à Bernard Fautrier au poste de vice-président de la fondation prince Albert II. A peine cinq ans après ses débuts dans cette fondation monégasque, il prend les rênes d’une institution respectée et très pro-active en matière de respect de l’environnement. « C’est le prince de Monaco qui façonne sa fondation. Moi je suis là pour exécuter ses décisions. Mais l’axe fort de la fondation reste l’océan », explique-t-il Après des études d’hypokhâgne, un passage par Sciences-Po Bordeaux puis un master  II en commerce international à l’université de la Sorbonne, Olivier Wenden entame sa carrière professionnelle à Monaco. D’abord au Conseil national dans le service affaires internationales et communication. Il rejoint ensuite le département gouvernemental des relations extérieures et de la coopération.

 

monaco-100-associations-frederic-platini

Frédéric Platini – Secrétaire général de la Croix-Rouge

C’est depuis 2014 que l’ex-directeur de la coopération internationale a pris les fonctions de secrétaire général de la Croix-Rouge monégasque. Une organisation qui porte secours aux plus démunis mais aussi à la jeunesse en détresse, via des aides sociales et des actions internationales en matière de santé. Des formations au secourisme sont également proposées par le CRM, notamment aux salariés de la principauté qui peuvent y apprendre les premiers secours. Toutes ces actions sont en grande partie financées grâce au traditionnel gala de la Croix-Rouge qui se tient chaque été au sein du Sporting. Père de deux enfants, Frédéric Platini a poursuivi son activité professionnelle dans le privé. Il cumule plusieurs postes de présidence au sein d’Euroports, Nectar Group Limited et comme directeur du développement des affaires de Monaco Resources Group.

 

monaco-100-associations-Denis-Maccario

Denis Maccario – Président de l’association Flavien

L’orange, c’est la couleur des supers pouvoirs de la fondation Flavien. C’était surtout la couleur préférée du petit Flavien, décédé à huit ans, des suites d’un cancer du cerveau. C’est pour son fils que Denis Maccario poursuit le combat. Il a été rejoint par des centaines de personnes aussi émues par son courage que par sa détermination. Depuis 6 ans, il remue ciel et terre pour récolter des fonds utiles à la recherche. Notamment le Trott’n’roll qui se déroule au mois de septembre et qui dans une très belle ambiance réunit petits malades, familles et proches. 543 000 euros ont déjà pu être collectés depuis 2014. Cet argent a déjà permis notamment à l’équipe de Vincent Picco au centre scientifique de Monaco de réaliser des progrès contre les cancers pédiatriques. Denis Maccario, lui, ne lâche rien en souvenir de ce fils si aimé.

 

monaco-100-associations-philippe-verdier

Philippe Verdier – Directeur de la No Finish Line

Même si la vingtième édition de cette course caritative ne s’est sûrement pas déroulée comme l’aurait espéré Philippe Verdier, on reconnaît à ce sportif au grand cœur une volonté d’acier. A l’origine fondé de pouvoir chez Gramaglia Assurances, et membre de la Jeune chambre économique, il lance cette initiative populaire pour commémorer la déclaration et la convention des droits de l’enfant. Son inspiration vient de sa propre expérience. Passionné de course, il accumule les récompenses notamment le marathon des sables, une course à pied qui se déroule au Maroc. Le concept de la No Finish Line dépasse maintenant les frontières monégasques. On retrouve à présent cette course à Paris, Oslo, Bratislava, Athènes ou Nice. Mais Verdier voit plus loin et ne cache pas son rêve de voir une No Finish courue dans le monde par semaine.

 

monaco-100-associations-domitille-lagourgue

Domitille Lagourgue – Directrice de Mission Enfance

Journaliste, écrivain, humanitaire. Plusieurs vies dans une seule pour celle qui a fondé à Monaco en 1991 avec son mari Mission Enfance, une organisation de solidarité internationale dont le président d’honneur n’est autre que Albert II. Son objectif : porter secours aux enfants en détresse, à travers des missions d’éducation et d’urgence en Afghanistan, Syrie, Irak, Arménie, Liban, Vietnam, Laos, Burkina Faso, Éthiopie et Colombie. Si Domitille Lagourgue avait envisagé un temps de devenir juge pour enfants, cette maman de deux filles trouve sa vocation en 1986, lors de l’occupation soviétique en Afghanistan. Aujourd’hui âgée de 65 ans, elle se rend souvent sur le terrain. C’est cette « humaniste en action » qui a été récompensée en octobre dernier par la France, lui remettant les insignes de chevalier de l’ordre national du mérite.

 

monaco-100-associations-louisette-levy-soussan

Louisette Levy-Soussan – Fondatrice d’Action Innocence Monaco

C’est un personnage bien connu en principauté. L’ancienne secrétaire particulière de la princesse Grace, puis du prince Albert, est une intime des Grimaldi. Également fondatrice et présidente du club des résidents étrangers de Monaco (CREM), qui a pour vocation d’accueillir et d’aiguiller les nouveaux arrivants de toutes nationalités, l’octogénaire continue son combat pour les enfants en présidant Action Innocence Monaco. Elle était en décembre à l’hôtel de Paris pour la vente aux enchères de sapins. Un évènement organisé depuis 15 ans afin de permettre à l’association de poursuivre ses actions auprès des plus jeunes, dans la prévention de la pédocriminalité sur internet. Créée en 2002, Action innocence Monaco pointait alors du doigt les dérives naissantes sur Internet. Un souci malheureusement toujours d’actualité.

 

monaco-100-associations-valerie-barilaro

Valérie Barilaro – Présidente d’Écoute Cancer réconfort

C’est en 1992 que Martine Vaccarezza, Mado Petit, Thérèse Mencaraglia et Philippe Ballerio ont créé l’association Ecoute Cancer Réconfort pour apporter aux personnes atteintes d’un cancer aide et réconfort. Depuis quatre ans, c’est Valérie Barilaro qui en assume la présidence. Avec les bénévoles, elle œuvre pour que les patients et leurs familles trouvent le soutien dont ils ont besoin que ce soit un soutien moral ou financier. Esthéticienne de profession, elle découvre cette association en proposant aux malades des soins et des massages. Cette Monégasque, a aussi été touchée de plein fouet par cette maladie. Son père en a été la victime tout comme un proche. C’est aussi pour cela qu’elle a voulu établir une sorte de cocon de bien-être où les personnes atteintes du cancer puissent souffler et penser à elles.

 

La vie de la gastronomie

 

monaco-100-gastronomie-didier-anies

Didier Aniès – Chef exécutif de l’hôtel Fairmont

Le sang du sud-ouest coule fièrement dans ses veines. Originaire de Limoux dans l’Aude, c’est à lui que le Fairmont a remis les clés de ses cuisines depuis plus d’un an. Diplômé de l’école hôtelière de Toulouse, Didier Aniès a obtenu plusieurs fois une étoile au Michelin durant son parcours professionnel. Notamment lorsqu’il était chef de cuisine à l’hôtel restaurant Le Cagnard, à Cagnes-sur-Mer, lors de ses fonctions de chef de cuisine au restaurant La Coupole de l’hôtel Mirabeau ou encore en tant que chef exécutif des cuisines au Grand Hôtel du Cap Ferrat. Didier Aniès a également obtenu le titre de meilleur ouvrier de France en 2000. Au niveau de ses inspirations, le chef ne cache pas que ses racines du sud-ouest influencent son travail. C’est alors un savant mélange entre tradition méditerranéenne et française. Sa générosité et son envie de transmettre font le reste.

 

monaco-100-gastronomie-christophe-cussac

Christophe Cussac – Chef exécutif chez Joël Robuchon

Fidèle parmi les fidèles. Joël Robuchon aimait beaucoup présenter Christophe Cussac comme son fils spirituel. Né en 1955, c’est entre ses mains que le savoir-faire du grand chef français repose depuis son décès en août 2018. Orphelin de son maitre à penser, ce Parisien a connu Robuchon au Concorde Lafayette en 1977 après s’être formé à l’école hôtelière Jean Drouant. Son chemin gastronomique passe par les cuisines de l’hôtel Nikko puis par le restaurant Jamin. Un an d’expérience dans le restaurant roannais des frères Troisgros, et il rejoint en 1984 l’hôtel restaurant Relais & Châteaux de ses parents, l’Abbaye Saint-Michel à Tonnerre, deux macarons Michelin à la clé. Puis c’est l’arrivée sur la Côte d’Azur à la Réserve de Beaulieu. Depuis 2004, Christophe Cussac dirige les cuisines du restaurant Joël Robuchon de l’hôtel Métropole.

 

monaco-100-gastronomie-franck-cerutti

Franck Cerutti – Chef exécutif de l’Hôtel de Paris

30 ans passés auprès d’Alain Ducasse et une cuisine du soleil toujours inspirée pour Franck Cerutti, indéboulonnable chef cuisinier de l’hôtel de Paris. Il était là au lancement du fameux Louis XV, restaurant éminent de Monaco, et ses 3 étoiles obtenu en 33 mois… Un tour de force que ce chef d’origine italienne s’efforce de conserver avec le sourire et la générosité des gens du sud. C’est sûrement cette simplicité qui a séduit les rédacteurs du guide Michelin, en lui accordant en 2019 sa première étoile pour le Grill, le restaurant du huitième étage du palace monégasque. Formé auprès de Jacques Maximim au Negresco et à l’Enotecca Pinchiorri de Florence, il fait la rencontre de Ducasse au Juana de Juan-les-Pins. En 2007, il devient chef exécutif de tous les restaurants de l’hôtel de Paris. Il a depuis laissé la main à Dominique Lory pour les cuisines du Louis XV.

 

monaco-100-gastronomie-marcel-ravin

Marcel Ravin – Chef du Monte-Carlo Bay

Le Martiniquais pratique sa cuisine novatrice au Monte-Carlo Bay depuis 2005, le plaçant parmi les chefs les plus doués de sa génération. Âgé de 50 ans, il a réalisé un de ses rêves en décrochant une première étoile au Michelin en 2015. Arrivé en métropole à l’âge de 20 ans, un CAP cuisine en poche, sa carrière derrière les fourneaux débute en Alsace au Château d’Isenbourg à Rouffach avant d’autres expériences au sein de restaurants étoilés. En 2012, il raconte son enfance en Martinique, la cuisine de sa grand-mère et sa passion pour l’art culinaire dans un livre D’un rocher à l’autre publié aux éditions de La Martinière. Marcel Ravin donne aussi chaque année de son temps et de son talent au service des plus démunis en leur concoctant un repas gastronomique.

 

La vie nocturne

 

monaco-100-nuit-fred-bouazis

Fred Bouazis – Directeur du Before

Après le Before Nice, rue du Congrès dès 2002, puis le Before à Isola quelques années plus tard – fermés tous les deux depuis — le Niçois de 43 ans a lancé son concept de bar apéritif sur le port Hercule en 2010. Depuis début 2019, il est à nouveau aux commandes de cet établissement de nuit qui séduit une clientèle assez large. A l’origine de ce projet, il y a quatre associés d’où le principe du nom “Be 4” mais aussi l’idée d’une avant-soirée « avant le passage en club ». Depuis 23 ans dans le milieu de la nuit, il débute comme barman à 17 ans. Puis ouvre son premier bar en 1999 à Aix-en-Provence. Manager pendant une saison du Sea Lounge du Monte-Carlo Beach, il a aussi géré une plage privée à Villeneuve-Loubet. S’il fait toujours ce métier, c’est parce qu’il ressent « un vrai impact sur le tissu social ». Dorénavant, il se consacre à faire prospérer le Before Monaco. Avant sûrement d’autres projets.

 

monaco-100-nuit-samy-sass

Samy “Sass” – Patron du Sass Café

C’est le symbole de la nuit à Monaco. Ouvert en 1993 au Larvotto, le Sass Café draine une population aussi célèbre que select. On doit cette ouverture au père de Samy, Salvador, dit “Sassa”, qui a tenté ce projet après avoir dirigé le Tiffany’s, boîte très connue des Azuréens qui a connu son heure de gloire dans les années 1970. Depuis plusieurs années, c’est Samuel Treves, aujourd’hui âgé de 42 ans, qui est aux manettes de ce piano-bar qui a aussi bien accueilli Jean-Paul Belmondo que Bono, Leonardo di Caprio ou la légende Michael Jordan. On ne peut évidemment pas citer toutes les stars qui y ont défilé avec les années. Une chose est sûre, le succès perdure pour Samuel dit “Samy”, qui après l’obtention de son bac C, s’est littéralement immergé dans l’ambiance de la fête pour devenir un homme d’affaires reconnu dans le domaine à Monaco.

 

monaco-100-nuit-flavio-briatore

Flavio Briatore – Patron du Cipriani et du Twiga

Qu’est-ce qui prédestinait ce natif de Verzuolo dans le Piémont italien a une renommée aussi internationale ? Sa rencontre avec Luciano Benetton à Milan dans les années 1970 marque un premier tournant. Le fondateur de la marque qui porte son nom le charge d’établir United Colors of Benetton aux Etats-Unis et de prendre ensuite les rênes de l’écurie Benetton en Formule 1. L’homme d’affaires — aujourd’hui âgé de 69 ans — devient ensuite patron de l’écurie Renault F1 avec beaucoup de succès. A Monaco, Flavio Briatore ouvre de multiples concepts liés au monde de la restauration et de la nuit. Au Portier, le restaurant Cipriani, la boite de nuit Twiga ainsi que le café italien Cova sur le boulevard des Moulins. C’est aussi lui qui a lancé la marque de prêt-à-porter masculin Billionnaire. Aujourd’hui, l’homme emploie environ 300 salariés.

 

monaco-100-nuit-iacopo-la-guardia

Iacopo La Guardia – Directeur du Bella Vita et du Jack

Il est arrivé à Monaco de sa Florence natale en 1995. Avec son père, ils prennent en gérance le Vecchia Firenze, avenue Prince Pierre. Iacopo La Guardia est un autodidacte. En Italie, il se forme dès l’âge de 15 ans en passant successivement de la plonge à la cuisine et à la salle. Pendant 16 ans, le restaurant met en avant les saveurs transalpines. « Je suis parti d’en bas et je suis monté doucement », reconnaît l’homme. A Monaco, il ouvre le Huit et demi, I Briganti, le Vecchia Firenze 2 puis le Bella Vita, rue Princesse Caroline en 2013, et enfin le Jack en 2014 sur le port Hercule. Incontournable, il n’est pas rare de croiser Iacopo dans ses établissements. Pour lui, le sens de la réception et de l’accueil familial n’est pas un vain mot. A 46 ans, ce père de trois enfants, résident monégasque, envisage un nouveau projet. Reste à trouver le lieu idéal mais aussi un partenaire financier.

écrit par La rédaction