Bebe-enfant

Le patronyme au féminin

Exit la discrimination et « la tradition patriarcale, ne connaissant que la dévolution du nom du père ». Désormais, les femmes peuvent donner leur patronyme à leurs enfants à Monaco. Fin novembre, les conseillers nationaux ont adopté à l’unanimité le projet de loi gouvernemental modifiant les dispositions du Code civil relatives au nom de famille. Un texte symbolique. « Le nom de famille nous identifie comme individu en nous rattachant à un groupe familial », estime le rapporteur Valérie Rossi. Concrètement, les parents choisissent de transmettre à leur enfant le nom de l’un des parents. En cas de mésentente, c’est la dévolution du nom du père qui reste la norme. Béatrice Fresko « redoute (alors) que le nom du père continue à être le plus choisi culturellement »… Attention, la mesure a un effet rétroactif : les couples dont tous les enfants ont moins de 13 ans ont dix-huit mois pour changer leur nom s’ils le désirent. A condition de choisir le même nom pour tous les enfants d’une famille… Autre mesure phare de ce texte issu d’une proposition Horizon Monaco : il est désormais possible pour un futur père de procéder à une reconnaissance anténatale de son enfant. L’idée étant de « prévenir certaines difficultés » pour l’établissement de la filiation, notamment en cas de décès du père avant la naissance.

écrit par Milena