Le patron du Port Palace cambriolé, son voleur en prison

130 000 euros, 15 000 dollars, des bijoux, une collection de montres et de nombreux documents privés. Le butin du vol dont a été victime un jour de décembre 2014 le patron du Port-Palace est considérable. Dans le box des accusés, Mohammed réfute pendant toute l’audience sa culpabilité. Il est incarcéré à la maison d’arrêt de Monaco depuis le 23 janvier 2015. Au terme de l’enquête, il ne fait aucun doute aux policiers que l’homme cagoulé et ganté qui apparaît sur les vidéos de surveillance est bien le veilleur de nuit de nationalité italienne. « On vous voit entrer [dans la suite] et vous ne l’avez jamais indiqué aux policiers » lui rappelle Jérôme Fougeras-Lavergnolle, le président. Dans la balance aussi, il y a les confidences que le prévenu aurait effectuées auprès d’un détenu. « Pourquoi voler ? Cet homme avait un bon salaire de quelque 4 000 euros mensuels », plaide Me Mohamed Maktouf, avocat de la partie civile. En réparation, il demande 200 000 euros de dommages et intérêts. « Pourquoi le butin n’a pas été retrouvé ? Parce que le prévenu a une autre vie et une adresse en Italie. La peine ne pourra pas être inférieure à deux ans ferme », s’agite le procureur Cyrielle Colle. « Mon client s’est conduit comme un imbécile mais il n’y a aucune preuve », réagit l’avocat de l’accusé Me Christian Di Pinto. Le tribunal choisira de condamner Mohammed à deux ans ferme et au versement de 205 000 euros de dommages et intérêts.

écrit par AnneSophie