LE-GENOU-DE-CLAIRE-1

Le bonheur au cinéma

CULTURE / Le directeur des archives audiovisuelles de Monaco, Vincent Vatrican, a présenté sa programmation ciné 2013-2014. La thématique cette année : c’est quand le bonheur ?

Chaque année, c’est le rendez-vous des cinéphiles. Et à chaque saison, la même recette est appliquée. « Des films d’horizons divers, de cultures, d’époques et de courants cinématographiques différents. » Vincent Vatrican, le directeur des archives audiovisuelles, a présenté le 27 septembre dernier la saison 2013/2014 de « Tout l’art du cinéma. » Au total, 1 400 spectateurs ont assisté l’an dernier aux 16 projections proposées au théâtre des Variétés. Soit une moyenne d’environ 90 spectateurs par séance.

Belle de jour. © Photo DR / Coll. aapm

19
Cette année, les cinéphiles auront le choix parmi une sélection de 19 films, dont 16 seront diffusés au théâtre des Variétés. Des films d’auteurs, muets ou contemporains, de cinéastes connus ou plus confidentiels, originaires aussi bien du Japon, d’Italie, de France que de Palestine. Au menu de cette nouvelle saison qui a pour thème « C’est quand le bonheur ? », quelques « happy-ends », promet Vatrican. Mais pas seulement. « Dans certains films, la quête du bonheur est une utopie derrière laquelle les personnages courent sans arrêt, sans jamais y arriver. »

Madadayo. © Photo DR / Coll. aapm

Totò
Cet ancien critique aux Cahiers du cinéma pendant 6 ans conseille La vie est Belle (1946) de Franck Capra : « On y rit beaucoup. Même si le point de départ est un peu tragique, puisque le héros du film incarné par James Stewart voit la petite affaire de son père totalement mise à mal par un politicard financier qui cause la ruine de l’entreprise de son père. Ce dernier est au bord du gouffre. Mais d’un seul coup, tout va basculer. » Rires garantis aussi avec la comédie italienne Larmes de Joie (1960) de Mario Monicelli. Pas étonnant, puisque parmi les acteurs de ce film figure Totò, un acteur « très connu pour avoir incarné à lui seul la comédie italienne dans les années 1940-50. »

Boudu sauvé des eaux. © Photo DR / Coll. aapm.

« Drôle »
A ne pas manquer non plus : Boudu Sauvé des Eaux (1932) de Jean Renoir avec Michel Simon, Charles Granval et Marcelle Hainia. « Un clochard, un peu anar’ sur les bords, veut se suicider au début du film parce qu’il a perdu son chien. Il est recueilli par le prototype du bourgeois grand cœur cultivé. Boudu, le clochard, va alors mettre la pagaille dans la famille de ce bouquiniste. La composition de Michel Simon est géniale et à hurler de rire », promet Vatrican. Autre conseil de ce fan de cinéma : Jonas qui aura 25 ans en l’an 2000 (1976) d’Alain Tanner. « Un film très drôle qui met en scène un groupe de personnages soixante-huitards vivant dans une utopie communautaire. » Avec entre autres, Madeleine, une adepte du tantrisme, Marcel, un zoologue, Marco, un professeur d’histoire, ou encore Mathieu, un chômeur. Sans oublier, Jonas, l’enfant.

Zabriskie Point. © Photo DR / Coll. aapm

Homosexualité
« Une véritable ode à la joie et à la liberté. » C’est en ces termes que Vincent Vatrican qualifie Les invisibles (2012) de Sébastien Lifshitz qui a reçu en 2013 le César du meilleur film documentaire. « Ce film qui met en scène une poignée d’anonymes homosexuels est à mon sens d’une grande justesse et plein d’humanité. Ce n’est pas un tract militant pour l’homosexualité. Il retrace l’histoire de personnes vivant pleinement leur amour et qui en parlent d’une manière extrêmement sereine. Le réalisateur a réussi ce tour de force d’imposer un discours qui lui a évité les sarcasmes et la récupération médiatique autour notamment du fameux mariage pour tous. »

Weekend of a champion. © Photo DR / Coll. aapm

Polanski
Parmi les temps forts de cette saison figure aussi l’avant-première, le 16 décembre prochain au Grimaldi Forum, de Weekend of a Champion (1972), produit et réalisé par le réalisateur franco-polonais Roman Polanski. Un film tourné sur le circuit de Monaco consacré au pilote de Formule 1 écossais Jackie Stewart. Vatrican promet une jolie surprise : « Cela a été très compliqué, mais nous avons aujourd’hui la certitude que Polanski sera présent à Monaco pour cette avant-première. Le pilote Jackie Stewart devrait aussi être parmi nous. »
_Sabrina Bonarrigo

 

Subventions/
« Un budget très serré »

754 300 euros. C’est le montant de la subvention étatique allouée aux archives audiovisuelles de Monaco pour l’année 2013. « Soit la même enveloppe budgétaire qu’en 2012, année des premières restrictions budgétaires », souligne Vatrican, qui regrette cette année encore un « budget très serré. » A noter que les archives ont déniché cette année un sponsor privé : le groupe Marzocco. Le montant est resté confidentiel._S.B.

 

Tout l’art du cinéma/
La prog’2013/2014

• Madadayo (JAP, 1993,2h14) d’Akira Kurosawa. 22 octobre.
• La vie est belle (USA, 1946, 2h09) de Frank Capra. 5 novembre
• Bright star (GB-AUS, 2009, 1h59) de Jane Campion. 26 novembre
• Le bonheur d’Assia (RUS, 1967, 1h40) d’Andréï Kontchalovski. 3 décembre
• Weekend of a champion (GB-FRA, 971-2011, 1h20) de Roman Polanski. 16 décembre. (au Grimaldi Forum)
• Tous en scène (USA, 1953, 1h52) de Vincente Minnelli. 20 décembre. (au Grimaldi Forum)
• Miracle à Milan (ITA, 1951, 1h40) de Vittorio de Sica. 7 janvier.
• Jonas qui aura 25 ans en l’an 2000 (SUI, 1976, 1h46). 21 janvier
• Boudu sauvé des eaux (FR, 1932, 1h21) de Jean Renoir. 4 février.
• Le genou de Claire (FRA, 1970, 1h45) d’Eric Rohmer. 18 février.
• Larmes de joie (ITA, 1960, 1h46) de Mario Monicelli. 11 mars.
• Zabriskie Point (USA-FRA, 1970, 1h45) de Michelangelo Antonioni. 25 mars.
• Fiancées en folie (USA, 1925, 1h12) de Buster Keaton. 1er avril.
• Ciné conférence Albert 1er en films au Musée océanographique (3 avril, à 19h)
• Les invisibles (FRA, 2012, 1h55) de Sébastien Lifshitz. 15 avril.
• Le secret de Veronika Voss (ALL, 1982, 1h44) de Rainer Werner Fassbinder. 6 mai.
• Le temps qu’il reste (PAL-FRA, 2009, 1h45) d’Elia Suleiman. 27 mai.
• Bonne chance (FRA, 1935, 1h18) de Sacha Guitry. 10 juin.

 

Infos pratiques :
Séances à 20h30. Projections au théâtre des Variétés (sauf les 16 et 20 décembre au Grimaldi Forum et le 3 avril au Musée océanographique). Tarif : 6 euros. Carte d’abonnement pour 8 séances : 40 euros. Renseignements : 97 98 43 26. Tous les films sont projetés en version originale sous titrée en français (VOSTF).