Palais-de-justice---Mars-2008

La nièce vole 104 300  euros à sa tante

Une vieille dame résidant en principauté s’est fait spolier une partie de sa fortune par un membre de sa famille, en l’occurrence sa nièce, désignée comme son administratrice judiciaire depuis juin 2014. Le 14 novembre dernier, la sexagénaire a été condamnée par le tribunal correctionnel de Monaco à deux ans de prison avec sursis assortis d’une liberté d’épreuve pendant cinq ans. Le 31 octobre, cette habitante de Sospel a pourtant tenté de plaider sa cause devant le président Jérôme Fougeras-Lavergnolle. Celui-ci avait alors détaillé les malversations qu’on lui reprochait. Des retraits en espèces effectués sur le compte de sa tante, composé en grande majorité d’argent, d’épargne et de titres placés au Crédit Foncier de Monaco et à la BNP. La prévenue réfutait tout enrichissement personnel. Devant les policiers, l’accusée expliquait que les 100 000 euros auraient en fait profité à une femme rencontrée par hasard au village, afin de renflouer l’entreprise défaillante de son mari. Le signalement et le nom fournis aux enquêteurs ne correspondaient pourtant à personne à Sospel et ses environs. Me Sarah Filippi, conseil de la partie civile, sautait sur l’occasion, pour rappeler qu’aucune preuve ou trace, hormis une grande générosité, ne pouvait renforcer l’argument de la tutrice. Pourtant, l’argent aurait bien servi à résorber les sommes perdues par son addiction au jeu. Sans compter l’achat d’appareils électroménagers ou de cadeaux ! « C’est une menteuse hors pair qui a dépecé sa tante pour son bien-être ! », s’emportait alors le substitut du procureur Olivier Zamphiroff. Me Christophe Sosso, avocat de la prévenue, soutenait cette position désignant un aigrefin ayant profité de sa naïveté et de sa simplicité. Quoiqu’il en soit, reconnue coupable d’abus de confiance, ce sera à sa cliente de réparer les dommages causés en versant 100 000 euros pour indemniser sa tante victime. _A-S.F.

écrit par AnneSophie