cfm-place-des-moulins

HSBC cède ses activités à Monaco au CFM

La Principauté perdrait-elle de son attrait pour certains groupes bancaires internationaux ? Après le Crédit Suisse et la Lloyds, c’est la HSBC Private Bank qui quitte Monaco. Au gré d’une large restructuration de son activité de gestion de fortune en Europe, HSBC a annoncé le 19 octobre la cession de l’essentiel de son activité banque privée en principauté à CFM Indosuez Wealth Management. L’ensemble des actifs gérés par la banque y représentait l’équivalent de neuf milliards de dollars. Soit un peu moins de 10 % de l’argent actuellement déposé en principauté. « La succursale de Monaco, acquise en 1999, ne correspond plus au récent recentrage de HSBC sur les familles et les filiales de la clientèle commerciale du groupe » souligne le Wall Street Journal. Cette information importante pour la place financière du pays vient confirmer les nombreuses rumeurs qui circulaient. « Cette décision constitue un pas supplémentaire dans l’objectif de HSBC d’optimiser son réseau mondial et d’en réduire la complexité » résume sobrement le communiqué de la banque. C’est donc l’ex-Crédit Foncier de Monaco, majoritairement détenu par l’établissement bancaire français Crédit Agricole, qui absorbera la clientèle monégasque de la HSBC. Celle qui le souhaitera. Les termes financiers de l’accord dit « de référencement » n’ont pas été révélés. On sait simplement qu’il prévoit que la gestion des comptes de clients fortunés soit gérée par le CFM, établissement bancaire historique à Monaco. HSBC Private Bank, dont la division gestion de fortunes est basé à Londres, indique qu’il liquidera ensuite les quelques comptes qui n’auront pas été transférés. Sur les 170 employés qui travaillaient à Monaco pour HSBC Private Bank, combien seront transférés vers le CFM ? La question demeure et inquiète la place, la direction d’HSBC avançant simplement que ce serait le cas de l’essentiel de ses troupes.

écrit par AnneSophie