Foie gras : Alain Ducasse réagit

GASTRONOMIE / Monaco, restaurant le Louis XV d’Alain Ducasse, le 28 décembre. L’association de protection animale L214 remet une pétition qui a réuni plus de 30 000 signatures. L214 affirme qu’une partie du foie gras servi dans deux restaurants d’Alain Ducasse, au Meurice (3 étoiles au Michelin) et au Jules Verne à la Tour Eiffel, proviendrait de l’entreprise vendéenne Ernest Soulard. Or, après une enquête et une vidéo tournée dans six élevages de cette entreprise, L214 aurait constaté que

« les canards sont bloqués nuit et jour dans des cages individuelles métalliques, immobilisés et se blessant en tentant d’effectuer des mouvements. Gavés à la chaîne et à la pompe hydraulique, les animaux peinent à respirer, certains souffrent d’infections ou agonisent. Des cadavres gisent sur le grillage, le plumage maculé de bouillie de maïs. » Mi-novembre, le chef écossais Gordon Ramsay a suspendu son partenariat avec Ernest Soulard. Tout comme Joël Robuchon (voir sa réaction dans L’Obs’ n° 127), qui continue à travailler
avec d’autres fournisseurs. Contacté par L’Obs’, le service de presse d’Alain Ducasse a indiqué avoir rappelé à l’association L214 que « nous n’avons jamais travaillé avec la société Ernest Soulard en direct. Notre principal fournisseur de foie gras est la maison d’Isabelle et Philippe Andignac, située en Chalosse, terre de tradition du foie gras. Leur production provient de dizaines de fermes artisanales situées aux alentours. » Chez Soulard, on nie en bloc les accusations, en affirmant être en conformité au niveau sanitaire mais aussi sur le bien-être des animaux.