Albert-II-et-Michel-Platini-@-Palais-Princier

FIFA : « Déçu » par Platini

JUSTICE/Alors que les scandales se multiplient dans les instances de football et d’athlétisme, Albert II, également membre du CIO, demande « une gouvernance éthique ». 

 

Le prince Albert est désabusé. « La gouvernance du sport et de ces grandes fédérations internationales doit changer. On ne peut qu’être choqué et scandalisé par ce qui se passe », a-t-il lâché, dépité, devant la presse locale le 12 novembre. Et on comprend ce grand amateur de sport, membre du CIO. Les affaires se succèdent dans les instances mondiales. Le siège de la Fédération internationale (IAAF), basé à Monaco, a même été perquisitionné dans le cadre d’une enquête ouverte par le parquet financier à Paris début octobre, pour “corruption d’agents privés, recel, blanchiment et association de malfaiteurs”. Suite à un signalement de l’Agence mondiale antidopage, l’ancien président de l’IAAF (1999-2015), Lamine Diack, a en effet été mis en examen. On le soupçonne d’avoir touché plus d’un million d’euros de pots-de-vin pour couvrir les contrôles positifs d’athlètes… Tandis que dans la garde rapprochée de l’octogénaire sénégalais, son ancien conseiller juridique Habib Cissé, et Gabriel Dollé, ex-responsable de la lutte antidopage auprès de l’IAAF, sont également poursuivis pour corruption passive. « Je savais que Lamine Diack avait un entourage encombrant. Le nouveau président de l’IAAF, Sebastien Coe, semble avoir à cœur de vouloir considérablement modifier l’organisation de cette fédération », a ajouté Albert II. L’IAAF a par ailleurs annulé son gala annuel qui devait se dérouler à Monaco le 28 novembre en raison du scandale de corruption qui la secoue.

 

Pour une « gouvernance éthique »

Même écœurement pour ce qui se passe dans le monde du ballon rond. « De manière générale, je suis de plus en plus déçu par le football et toutes les affaires qui entourent ce sport. » De la mise en cause de Benzema pour la sextape de Valbuena aux problèmes, plus sérieux, de corruption, ces “affaires” se multiplient… En Suisse, l’enquête visant les conditions d’attribution des Coupes de monde 2018 à la Russie et 2022 au Qatar révélerait ainsi, selon le parquet, « plus de 120 » transactions financières suspectes… Le président déchu de la FIFA Sepp Blatter étant quant à lui soupçonné d’avoir effectué « un paiement déloyal » de 1,83 millions d’euros en faveur de Michel Platini. Effet collatéral, les deux hommes ont été suspendus par le comité d’éthique de la fédération. « Il y avait des doutes depuis longtemps sur certaines dérives à la FIFA. C’était inévitable qu’un jour ou l’autre, une enquête judiciaire soit lancée. Et c’est bien que l’on s’attaque à ce problème pour mettre en place une gouvernance éthique, durable et transparente », juge le prince. Pas question en revanche de se prononcer sur l’identité du successeur de Blatter : « Je ne connais pas assez les candidats pour la future présidence, mais il faudra bien sûr qu’ils se démarquent complètement du comité exécutif actuel. » Au sujet de Michel Platini, qu’il connaît bien, le prince Albert s’est néanmoins déclaré « déçu par ce qu’(il) entend… »

 

écrit par Milena