Stade-de-New-York

« Faire des New York Red Bulls le plus grand club de foot en Amérique du Nord »

FOOT / Président de l’AS Monaco de 2008 à 2009, Jérôme de Bontin a été nommé manager général des New York Red Bulls. Pour L’Obs’, il raconte.

Comment s’est déroulé votre arrivée aux New York Red Bulls ?
Mon épouse est Autrichienne. En fait, elle est même originaire de Salzburg où se trouve le siège de Red Bull. Nous avons de nombreux amis autrichiens qui, au fil des années, nous ont présentés aux dirigeants de Red Bull. D’ailleurs, j’avais rendu visite aux dirigeants de l’équipe de football des Red Bull Salzburg quand j’étais président de l’AS Monaco, en décembre 2008. C’est cependant à travers Gérard Houllier que l’opportunité s’est concrétisée à New York.

Son rôle exact dans ce dossier ?
Nommé responsable mondial pour le football chez Red Bull en juin 2012, Gérard Houllier m’a contacté pour me proposer le poste à New York.

Ce qui a été décisif dans votre arrivée dans ce club américain ?
Ma connaissance de l’Amérique. Sans oublier aussi mon expertise dans le football américain et ma connaissance des milieux du football européen ont probablement été les facteurs déterminants dans sa réflexion.

Ce qui vous a convaincu d’accepter malgré votre emploi du temps très chargé ?
L’engagement de Gérard Houllier. Son implication a été déterminante. Et puis, il y a aussi ma passion pour le sport. Et surtout la détermination de l’actionnaire principal de nous donner les moyens pour faire des New York Red Bulls le leader dans le domaine du football en Amérique du Nord.

Jérôme de Bontin

Jérôme de Bontin © New York Red Bulls.

La présence de Thierry Henry a aussi pesé dans votre décision ?
Bien sûr, la présence de Thierry Henry a pesé aussi. Parce que Thierry est un véritable professionnel et qu’il a à coeur de contribuer au succès des New York Red Bulls. D’ailleurs, il est probablement le meilleur joueur de la Major League Soccer (MLS). Et il est davantage intéressé à la croissance et au professionnalisme du sport qu’à son succès personnel.

En quoi va consister votre mission ?
Faire des New York Red Bulls le plus grand club de football en Amérique du Nord.

Thierry Henry

Thierry Henry © New York Red Bulls.

Vous conservez vos fonctions chez Rush (1) ?
Ma position chez Rush est celle d’un bénévole engagé et passionné. Donc mes fonctions chez Rush sont tout à fait compatibles avec mon poste chez les New York Red Bulls. D’ailleurs, je pense que Rush peut beaucoup apporter aux New York Red Bulls en termes de « branding » et de pénétration du marché au-delà de la seule région de New York.

Que va devenir Erik Soler, l’ancien directeur sportif des New York Red Bulls ?
Erik a souhaité conserver un rôle de conseiller. Nous avons une relation très courtoise et il peut clairement nous aider dans une période de transition.

Le rôle exact de Gérard Houllier, arrivé en juillet à la tête des opérations globales du club ?
Gérard Houllier a la responsabilité de toute l’activité « football » chez Red Bull. Au même titre qu’il y a chez Red Bull un responsable Formule 1. L’activité foot chez Red Bull couvre cinq équipes professionnelles, sur 4 continents différents, avec des budgets très conséquents. Red Bull a des équipes à Leipzig en Allemagne, Salzburg en Autriche, au Ghana, au Brésil et enfin à New York.

C’est donc un rôle très global ?
Gérard Houllier a pris une nouvelle responsabilité qui lui permet d’avoir un impact encore plus conséquent dans le développement du football qu’il n’aurait jamais pu avoir au sein d’une seule équipe.

Vos premières décisions pour les New York Red Bulls ?
Rassurer les équipes en place et réorganiser les activités commerciales pour dynamiser les ventes et l’image de l’équipe.

Après Thierry Henry, de nouvelles stars françaises vont arriver ?
Pas nécessairement. L’objectif, c’est de construire le meilleur club de football aux Etats-Unis. On recrutera donc les meilleurs, quelles que soient leurs nationalités.

Mais il y a déjà une grosse colonie française aux Red Bulls ?
Le drapeau autrichien est blanc et rouge. Le drapeau français est bleu, blanc et rouge. Le drapeau américain est « red, white and blue », soit rouge, blanc et bleu avec des étoiles. Donc les couleurs sont toutes complémentaires… Voilà pourquoi les New York Red Bulls seront aux couleurs de ces trois pays. Avec des « étoiles » qui n’ont pas d’accent, mais qui auront pour point commun de briller sur le terrain.
_Propos recueillis par Raphaël Brun

(1) Jérôme de Bontin a été nommé président de Rush Soccer en octobre 2011. Un club américain créé en 2002 par Tim Schulz qui regroupe plus de 34 000 jeunes joueurs de foot dans le monde entier.