Jacques-Chirac-Rainier-III-rencontre-monaco

En mémoire de Jacques Chirac

Portfolio — Jacques Chirac s’est éteint jeudi 26 septembre à l’âge de 86 ans. Tour à tour député, ministre, Premier ministre, maire de Paris, président du RPR puis de la République de 1995 à 2007, Jacques Chirac était une figure incontournable de la politique française et internationale. La principauté lui a rendu hommage —

45 ans de vie politique, et 12 années passées à la tête de l’État français… Depuis l’annonce de son décès, les hommages et réactions ont afflué du monde entier. Comme d’autres chefs d’États, le Prince Albert II a lui aussi salué la mémoire de Jacques Chirac, « un homme d’une grande humanité » qu’il avait rencontré à de nombreuses reprises : « Le président Chirac et son épouse ont toujours été très proches de ma famille », a confié le souverain à nos confrères de Monaco Matin, « C’était un homme d’une grande sympathie, très affable, qui mettait tout de suite à l’aise […] et avec qui il était possible de dialoguer pour trouver des solutions intéressantes non seulement pour les relations entre nos deux pays, mais aussi pour le monde ».

Visite officielle à Monaco en 1997

Jacques Chirac avait effectué une visite officielle en Principauté en juillet 1997 et avait, à cette occasion, été élevé au rang de Grand-Croix de l’ordre de Saint-Charles par le Prince Rainier III : « J’avais pu mesurer combien cette journée illustrait les rapports confiants qu’entretiennent la France et Monaco », s’est rappelé Son Altesse Sérénissime. En novembre 2005, le président français et le Prince Albert II avaient également ratifié de nouveaux accords entre les deux pays, « un moment fort de nos relations ». Laurent Stefanini a lui aussi bien connu le président Chirac, dont il fut l’un des collaborateurs entre 1996 et 2002. Le nouvel ambassadeur de France à Monaco lui a rendu hommage sur Europe 1, en soulignant sa longévité politique : « Jacques Chirac a rayonné à travers la planète. Pendant douze ans, il a fait énormément de voyages, il a eu des positions très fortes aussi bien sur l’Union européenne (apparition de l’euro, mise en place de Schengen…) que sur le monde (condamnation de l’intervention américaine unilatérale sans les Nations unies en Irak) ». A l’initiative de Laurent Stefanini, un livre de condoléances a été ouvert à la Maison de France afin de permettre à ceux qui le souhaitent, d’honorer la mémoire de l’ancien président de la République.

jacques-chirac-albert-pognee-de-main

« La politique n’est pas seulement l’art du possible. Il est des moments où elle devient l’art de rendre possible ce qui est nécessaire » Jacques Chirac

« L’un des plus grands hommes d’État français »

De son côté, le Conseil National a tenu, par la voix de son président Stéphane Valeri, à saluer « l’un des plus grands hommes d’État français », qui a réussi à « exercer le pouvoir, en s’imprégnant toujours de ce qui a fait la grandeur du Gaullisme, avec une approche pragmatique et humaniste, dans un esprit de rassemblement ». Le président du Conseil national a conclu son hommage en ayant une pensée profonde pour la famille du président, et en reprenant une célèbre citation de Jacques Chirac : « La politique n’est pas seulement l’art du possible. Il est des moments où elle devient l’art de rendre possible ce qui est nécessaire ».

L’hommage de l’ASM

Dans le monde du football aussi, la disparition de Jacques Chirac a suscité une grande émotion. Et pour cause. L’ancien président français a vécu un moment sportif historique puisque c’est lui qui a remis le trophée de la Coupe du Monde à Didier Deschamps, le 12 juillet 1998, sous le regard attentif du Prince Albert II, présent en tribune présidentielle. « Chacun garde également en mémoire l’image du président français embrassant le crâne chauve de Fabien Barthez, alors gardien de but et capitaine de l’AS Monaco, célèbre imitation de Laurent Blanc, qui avait fait de cette sympathique marque d’amitié, un porte-bonheur avant chaque match des Bleus durant cette Coupe du Monde 1998. Reposez en paix Monsieur Chirac », a écrit sur son site officiel l’AS Monaco.

 

 

écrit par Nicolas Gehin