Dieudonné
Le malaise

SOCIETE / Est-ce que l’affaire Dieudonné pèse sur la liberté d’expression des humoristes ? C’est la question posée par L’Obs’, alors que les Sérénissimes de l’humour se déroulent à Monaco du 26 au 30 mars.

Les propos tenus par Dieudonné autour de la Shoah ont créé depuis quelques mois un véritable malaise en France comme à Monaco. Mais dans le passé, d’autres humoristes ont aussi suscité pas mal de débats, voire de polémiques. On peut notamment citer Stéphane Guillon, Michel Muller, Nicolas Bedos, Gaspard Proust ou même Coluche (1944-1986).

Haine
Michel Leeb avait eu quelques soucis pour certains de ses sketchs sur les personnes d’origine africaine. Dans les années 1990, Patrick Timsit a eu droit à un procès pour un sketch sur les trisomiques. Nicolas Bedos a récemment été attaqué en justice pour des propos dans l’une de ses chroniques publiée dans Marianne. Si la chose n’a pas fait grand bruit, c’est qu’elle a été noyée dans le torrent de l’affaire Dieudonné. Déjà condamné à de multiples reprises pour des propos incitant à la haine, Dieudonné s’est vu interdire de jouer son spectacle Le Mur. Propos antisémites et blagues douteuses expliquent cette décision, ainsi que le non-règlement des amendes que doit payer l’ancien partenaire d’Elie Semoun suite à ses condamnations.

Médiatisé
Si l’affrontement avec les politiques, notamment le ministre PS de l’Intérieur Manuel Valls, a été très médiatisé, beaucoup d’humoristes ont préféré rester discrets. Mais certains ont élevé la voix pour dénoncer un acte de censure, comme Laurent Baffie, Didier Porte, Alexandre Astier ou Christophe Alévêque, sur Leparisien.fr. Tout en condamnant également Dieudonné.

Canal+
L’ancien partenaire de Dieudonné, Elie Semoun, a fini par prendre la parole dans un sketch diffusé sur Canal+. Intitulée « lettre d’un ami trahi et trompé », cette courte intervention débute par un « Dieudo, tu sais que tu me fous dans la merde ? Tu m’obliges à te répondre parce que pour les Juifs je suis un traître et pour les autres, un agent du Mossad. » Elie Semoun a terminé son intervention en rappelant que lorsqu’« on a débuté avec Dieudonné, on était le symbole même de l’antiracisme, à tel point que j’avais oublié que j’étais noir et qu’il était juif ! On s’en foutait à l’époque, de tout ça, maintenant c’est un problème pour tout le monde… Dommage, moi j’aimais bien être noir. »

Menaces
La réaction la plus virulente a sans doute été celle de Nicolas Bedos, lors d’une chronique dans l’émission On n’est pas couché, animée par Laurent Ruquier sur France 2. Ce qui lui a d’ailleurs valu quelques menaces de mort. L’Obs’ a voulu poser la question aux humoristes présents aux Sérénissimes de l’humour. : Claudia Tagbo, Kev Adams, Mathieu Madénian, Franck Dubosc et Anne Roumanoff. Résultat, seuls Anne Roumanoff et Mathieu Madénian ont accepté de répondre à nos questions. « Dans les comiques, on sait très bien que Dieudonné est borderline sur scène. Maintenant, je ne pense pas qu’il soit le principal problème des Français. Il y a des choses plus importantes à régler », juge Madénian.

Malaise
Une certitude, il est devenu très difficile de décrocher une interview avec un humoriste lorsqu’on explique en amont qu’il s’agira d’évoquer l’affaire Dieudonné. Entre les attachés de presse qui refusent que le sujet soit abordé, pour au final ne même plus répondre à nos appels, ou ceux qui demandent à ce que les questions sur Dieudonné soient supprimées, on sent bien que le sujet reste très sensible. Ce qui est assez révélateur du malaise qui s’est installé.

Tout
Même si certains continuent de dire que la liberté d’expression reste totale, que ce soit en France ou à Monaco. « On vit dans une démocratie, on peut dire ce qu’on veut ! » estime Mathieu Madénian. Cet humoriste, qui est aussi chroniqueur chez Michel Drucker sur France 2, assure ne jamais faire relire ni valider ses textes. Une position également affichée par Nicolas Bedos dans une interview au Monde en janvier dernier : « J’ai demandé à ne pas être payé pour pouvoir exiger une liberté totale. »

« Diffamatoires »
A Monaco, Me Frank Michel explique que la principauté affiche « un système équivalent à ce qu’était le système français jusqu’à l’affaire Dieudonné. C’est-à-dire un système qui ne permet pas la censure préalable, mais simplement une intervention a posteriori si les propos tenus comportent un caractère délictuel, notamment s’ils sont diffamatoires. » Mais peut-on rire de tout et de tous à Monaco ? « La loi monégasque offre beaucoup plus de liberté en termes de liberté d’expression que la France », estime Me Michel.

« Offense »
Mais les dérapages sont punis. « Tout dépend du propos tenu. Il faut définir s’il s’agit de premier ou du second degré, si ça se rattache à de l’humour ou pas… Bref, c’est une question d’interprétation, au cas par cas. » En août 2007, l’affaire du site internet Monaco Politique Circus a marqué les esprits. Marc Giacone, un Monégasque, a été accusé de diffamation à l’encontre du prince et de personnalités locales. En octobre 2007, Giacone a été condamné à une amende de 2000 euros, alors qu’il risquait jusqu’à 7 mois de prison ferme. En effet, le tribunal correctionnel a relaxé ce Monégasque sur la totalité des plaintes, notamment celle du parquet pour « offense au prince. » En revanche, le tribunal a validé la diffamation et l’injure contre deux personnes qui n’étaient pas parties civiles.

« Religions »
Du côté des humoristes, Anne Roumanoff met aussi en avant sa liberté de ton et d’écriture : « Que ce soit sur scène ou dans mes chroniques à la radio, je n’ai jamais eu le sentiment d’être censurée. » Elle avoue pourtant ne pas tout aborder, même à Monaco où elle se produira le 30 mars (voir encadré) : « Personnellement, je trouve « hypertouchy » tout ce qui relève des religions. Et je n’ai pas nécessairement envie d’en parler sur scène. » Bref, comme disait Pierre Desproges (1939-1988), « on peut rire de tout, mais pas avec n’importe qui… »
_Romain Chardan

Sérénissimes
Le programme

Rendez-vous du 26 au 30 mars pour les Sérénissimes de l’humour. Le Grimaldi Forum va accueillir 5 artistes : Claudia Tagbo en ouverture le 26 mars à 20h30 salle prince Pierre. Puis Kev Adams le jeudi 27 mars à 20h30, salle des princes. Mathieu Madénian revient à Monaco pour y présenter One man show, salle prince Pierre à 20h30 le vendredi 28 mars. Franck Dubosc sera sur scène samedi 29 mars, toujours à 20h30, salle des princes. Enfin, ces Sérénissimes se clôtureront avec Anne Roumanoff le dimanche 30 mars à 18 heures, salle prince Pierre. _R.C.