Circulation-Bouchons-Moyenne-Corniche_DSC0113

Circulation
Au bord de la crise de nerfs

EMBOUTEILLAGES/Pour les automobilistes, l’accès à Monaco par la route ressemble aux heures de pointe à un parcours du combattant. Et ça ne risque pas de s’améliorer avec les années. A moins que…

 

Toujours plus de résidents, de salariés et donc logiquement, de flux de marchandises… A Monaco, territoire de 2 km2, cette équation ne peut aboutir qu’à un seul résultat : une asphyxie du trafic automobile et un accès saturé aux heures de pointe. Avec un impact immédiat sur la circulation intramuros. C’est bien simple, selon une étude récente, en 2025, Fontvieille ne pourra plus absorber les déplacements aux heures de pointe des actifs travaillant dans le quartier…

 

Bouchons depuis l’A8

La situation n’est pas nouvelle : à certaines heures, Monaco se transforme en un véritable goulot d’étranglement. « Quand j’arrive à 8 heures, je suis bloquée régulièrement après la sortie de l’autoroute dans des bouchons qui n’en finissent pas. Avant même de commencer à travailler, j’arrive au boulot éreintée nerveusement… » peste une salariée, qui confie avoir vu la situation se dégrader depuis 10 ans. Et ce n’est pas la seule. Sur la moyenne corniche, à la sortie de l’A8, la galère des pendulaires se manifeste par une moyenne de 1,3 km de bouchons aux heures de pointe. Logique : entre les poids lourds, les scooters et les voitures, ce sont en tout 150 000 véhicules qui entrent et sortent chaque jour du territoire monégasque. Soit le trafic d’une agglomération de 70 000 habitants. Pas étonnant pour Marie-Pierre Gramaglia, conseiller de gouvernement pour l’Equipement, l’Environnement et l’Urbanisme. « La Principauté est un pôle d’attractivité économique et touristique majeur pour la région. Notre pays compte 37 000 résidents et 55 000 salariés dont 40 000 sont domiciliés à l’extérieur du territoire et seulement 25 % résident dans les communes limitrophes. Les jours ouvrables, l’on totalise près de 442 000 déplacements, tous modes (VL, Bus, PL, deux roues et marche à pied) et tous motifs confondus (travail, loisirs). » Le plus gros de cette circulation convergeant ensuite vers le quartier de Fontvieille.

 

« Il faut anticiper »

Une situation nuisible à l’attractivité de la place selon Thierry Poyet. « L’entrée sur l’Ouest de Monaco est déjà aujourd’hui un parcours du combattant. Monaco n’a pas d’autres choix que de poursuivre sa croissance durant les prochaines années, il ne faudrait pas que les nuisances conduisent certains travailleurs à préférer d’autres places pour exercer leur profession », tonne le président de la commission des intérêts sociaux et des affaires diverses. D’autant que ces derniers mois, la situation a empiré en raison des nombreux travaux qui émaillent le territoire monégasque, du Jardin exotique à la place du casino. « Entre 2014 et 2020, la direction de la prospective a fait un bilan des infrastructures évoluant ces 5 prochaines années. Ce qui représente 60 sites dont 15 importants », liste Marie-Pierre Gramaglia. « Il faudrait cadencer les différentes opérations, propose de son côté l’élu Horizon Monaco Thierry Poyet. Pourquoi ne pas échelonner les travaux, organiser des itinéraires de délestages appropriés et se coordonner avec le Bison futé français pour mieux communiquer ? Le gouvernement n’anticipe pas assez. »

 

Revoir la copie

Jusqu’à présent, le schéma de déplacement imaginé par le gouvernement à long terme est fondé sur la dorsale comme axe central de la ville avec des « parkings relais » faisant office de réceptacles pour les voitures. Et un tunnel routier descendant, de 1 700 m de longueur, allant du boulevard du Jardin Exotique au boulevard Charles III, qui bouclerait la boucle. Le tout relié à un réseau de transport en commun en site propre. Mais face à la multiplication des véhicules, et à certains imprévus (Eze a vendu le terrain de la Brasca à l’Automobile Club de Monaco et non à l’Etat pour 80 millions d’euros), le gouvernement monégasque est contraint de revoir sans cesse sa copie. Il a ainsi commandé une étude globale sur l’impact des travaux sur la circulation à Monaco. De même, cinq scenarii ont été définis avec les autorités françaises pour améliorer les flux rentrants en principauté. En se basant notamment sur l’utilisation de l’espace zébra à l’arrivée de Monaco (comme voie supplémentaire ou prioritaire pour les transports en communs), le réaménagement des différents carrefours, l’ouverture d’une bretelle d’autoroute ou un mix de ces différentes solutions. On sait déjà qu’une hypothèse a déjà été balayée : la rétention de la circulation en amont du tunnel de Monaco. Les élus Thierry Poyet et Daniel Boéri ajoutent à ce chapelet une sixième variante : une circulation alternée sur la moyenne corniche, à l’image de ce qui existe sur le pont de la Manda. « On pourrait imaginer d’augmenter le nombre de voies entrantes sur Monaco le matin et sortantes le soir. » D’autres élus croient à des solutions beaucoup plus radicales : « Quand le sol ne peut plus, on passe par les airs ou la mer », souligne Jacques Rit, espérant voir un jour revoir des navettes maritimes entre Cannes, Monaco et Menton ou voir un jour un téléphérique relier le Jardin exotique à Fontvieille. Jean-Louis Grinda, président de la commission Environnement, préfèrerait lui qu’« on incite les gens à ne pas prendre leur voiture ». Voire qu’on instaure, comme à Rome ou Paris, une circulation alternée en fonction des plaques pairs et impairs. « Faciliter l’entrée des voitures en centre-ville est une aberration. Arrêtons de donner de la place à la voiture ! » estiment des écologistes monégasques.

 

Le tunnel descendant fonctionnel en 2016


FUTUR/Marie-Pierre Gramaglia, conseiller de gouvernement pour l’Equipement, opère un tour d’horizon des projets en cours.

Quelles solutions concrètes sont envisagées pour désengorger les accès en ville ?

Par exemple, pour améliorer l’accessibilité ouest depuis le tunnel A500 en provenance de l’autoroute, jusqu’au débouché aval du tunnel descendant, des études ont été réalisées par la Principauté pour transformer le carrefour entre la moyenne corniche et la descente vers le centre de Cap d’Ail. Elles montrent que la réalisation d’une trémie, c’est-à-dire d’un mini tunnel, améliorerait notablement la circulation dans les deux sens. Un projet à développer en partenariat avec la mairie de Cap d’Ail et la Métropole Nice Côte d’Azur, auquel la Principauté pourrait participer financièrement. Dans le même esprit, l’opportunité de modifier le giratoire de l’hôpital est examinée : il s’agit du dernier rond-point sur la moyenne corniche avant d’accéder à Monaco.

 

Quand le tunnel descendant sera-t-il terminé ?

Le tunnel descendant sera mis en service au second semestre 2016 et reliera le boulevard du Jardin Exotique au Boulevard Charles III, permettant ainsi de rejoindre quasi directement le quartier de Fontvieille depuis la moyenne corniche en allégeant le trafic intra-muros. En cas de nécessité, nous pourrons inverser son sens de circulation. Le trafic attendu est de 12 700 véhicules/jour dont 1 300 poids lourds. Il devrait permettre de réduire notablement le trafic sur l’itinéraire boulevard du Jardin Exotique, boulevard Rainier III, avenue Prince Pierre, ainsi que sur la Basse Corniche.

 

Et concernant la nouvelle sortie d’autoroute à Beausoleil ?

Depuis plusieurs années, il y a un projet d’ouverture d’une nouvelle sortie de l’autoroute A8. Une voie de service existante pourrait être réaménagée pour être conforme aux normes autoroutières. La Préfecture doit sensibiliser les services centraux français pour qu’Escota puisse démarrer son étude d’opportunité.

D’autres pistes d’amélioration de l’accès à la Principauté sont également à l’étude comme la réalisation de parkings relais aux portes de la Principauté couplés à des transports en commun.

Deux projets sont à l’étude : la Brasca à Eze et/ou la Cruella à la Turbie avec des liaisons expresses. Aux portes de Monaco, de nouveaux parcs de stationnement sont en projet : à l’ouest, un parc de 1 800 places à l’entrée du boulevard du Jardin exotique et à l’est un parc de 1 000 places dans le cadre de l’opération Testimonio.

écrit par Milena