@ Palais princier

« Charles apporte de la fraîcheur chez Ferrari »

@ Palais princier

FORMULE 1 – Néo-pilote chez Ferrari, Charles Leclerc dispute sa deuxième saison en Formule 1. 5ème au classement des pilotes, le Monégasque réalise un début de saison laissant percevoir un talent inné. Tour de piste (1) 

Désastreux, scénario catastrophe… Les qualificatifs ne manquaient pas pour qualifier le week-end à domicile du pilote monégasque. Malgré de bons essais, ponctués par le meilleur temps des essais libres 3, il a été trahi par une erreur de jugement en qualification de Mattia Binotto, patron de l’écurie : « Nous pensions que le temps de Charles serait suffisant pour entrer dans la partie suivante de la séance donc il est resté aux stands, nous n’avons renvoyé que Sebastian Vettel en piste, à un moment où il faisait partie des pilotes éliminés ». Ce dernier est donc éliminé en Q1, au grand dam de ses supporters. Le jeune prodige ne part alors que 15ème sur la grille de départ. Une course ardue en perspective pour le Monégasque. Le Grand Prix de Monaco étant un des grands prix ou doubler relève presque de l’exploit. 

« Il amène de la nouveauté à l’écurie »

Le pilote de la Scuderia tente alors de refaire son retard. Après deux superbes dépassements, un au Loews et un autre à la Rascasse sur Romain Grosjean, Nico Hulkenberg se dresse alors devant lui. Leclerc tente alors le même dépassement que sur la Haas du français mais cette fois-ci sans succès. Sa voiture heurte le rail et entraîne une crevaison à l’arrière. Son accident l’oblige à abandonner et par la même occasion le déclenchement d’une voiture de sécurité, conséquence de nombreux débris sur la piste. Le coéquipier de Sebastian Vettel voit alors ses principaux concurrents au titre s’envoler au classement général. Ces derniers terminant aux 4 premières places de la course du jour. Mais les doutes ne seraient emporter le pas sur le pilote Ferrari ayant acquis le respect de ses pairs : « Charles apporte de la fraîcheur à Ferrari. En plus il remplace Räikkönen qui a l’inverse avait plein d’expérience, des années de formule 1, il amène de la vitesse, de la nouveauté à l’écurie ça c’est sûr », considère Thomas Sénécal rédacteur en chef des sports autos chez Canal +. 

Un podium pour s’affirmer 

On espérait une réaction monégasque du côté de Montréal et ce fut chose faite. Porté par une bonne qualification, le pilote se classait alors 3ème et s’élançait juste derrière Lewis Hamilton. Son coéquipier partait lui en pole position. Une course plutôt tranquille pour le membre de la Scuderia, où seul un dépassement sur Verstappen après un arrêt au stand viendra troubler sa quiétude en course. Même si le jeune pilote se réjouit de son résultat : « Pour nous ça a été une très bonne course niveau performance, on était vraiment rapide du premier tour jusqu’au dernier ». Néanmoins, on peut notamment regretter l’erreur de Ferrari qui n’a pas signalé au natif de Monaco, la pénalité de 5 secondes infligée à Vettel suite à un tassement sur Lewis Hamilton : « C’était une erreur de notre part. Nous étions très occupés sur le muret des stands et nous avons oublié de prévenir Charles. Nous aurions dû le faire, mais nous ne l’avons pas fait » a expliqué Mattia Binotto, patron de l’écurie. Le nouveau pilote Ferrari ne terminant qu’à 1.038 secondes de son coéquipier, le jeune homme de 21 ans aurait pu ainsi espérer accrocher une deuxième place sans l’oubli de son équipe : « Je n’en avais aucune idée, on ne m’a pas dit à la radio que Seb avait une pénalité de cinq secondes », a déploré Charles Leclerc.  Mais ce dernier assure que même en ayant connaissance de cette pénalité, il n’aurait pu rien faire : « De toute façon, j’attaquais déjà très fort pour essayer de revenir. J’ai vu qu’ils se battaient et j’ai vu qu’ils étaient proches, et également que nous étions assez rapides et que nous reprenions du terrain. J’attaquais fort afin que, si quelque chose arrivait, j’aie l’opportunité d’être aussi près que possible. » 

« C’était un week-end important pour lui » 

Charles Leclerc enchaîne ! Lors du Grand Prix de France sur le circuit Paul Ricard, presque à domicile pour le coéquipier de Vettel, comme le rappelle Thomas Sénécal : « Charles ce week- end-là, il était à la maison, c’est le pilote qui est né le plus proche du circuit Paul Ricard. Il avait des proches, de la famille, c’était un week-end important pour lui. »  Porté par de bonnes qualifications, à contrario de son coéquipier allemand Sebastian Vettel seulement 7ème, le monégasque lui s’élançait en deuxième ligne en 3ème position. Mais toujours derrière les deux flèche d’argent d’Hamilton et Bottas qui trustaient la 1ère ligne. Le Grand Prix de France restera dans sa mémoire comme son 3ème podium en ce début de saison. Un lot de consolation, car ce dernier aurait pu viser en fin de course la deuxième place de Valteri Bottas, ralenti par des problèmes pneumatiques. Mais, il s’incline derrière le pilote Finlandais pour seulement 9 dixièmes de secondes. Mais, ce dernier s’est tout de même montré satisfait de son week-end : « Étant donné notre niveau vendredi après les simulations de course, ce podium est un très bon résultat. Je suis très content de mon week-end car les précédents avaient été compliqués surtout en qualifications. » La route est désormais tracée pour le Monégasque qui a déjà marqué d’une pierre blanche le rendez-vous de Monza le 6 septembre. Un Grand Prix d’Italie où les tifosi espèrent un doublé des monoplaces au cheval cabré. 

Arnaud Lauzerte

(1) Article réalisé à la fin du Grand Prix de France organisé au Castellet.