Villa-Ida-juin-2013

C’est parti pour le Très grand Ida !

POLITIQUE/C’est finalement un projet Ida extra-large qui pourrait démarrer dans deux ans. Un remembrement du quartier de la Colle qui devrait durer au moins 15 ans et coûter 500 millions d’euros.

L’opération commençait à ressembler à un serpent de mer. Depuis 2009 et l’achat de la Villa Ida, pour 15 millions d’euros, dans le quartier de la Colle, le projet immobilier, initialement réservé aux enfants du pays, a changé de moutures maintes fois. Avec des scénari allant jusqu’à 640 appartements (dans le projet du promoteur Patrice Pastor Grand Ida+). Aujourd’hui, la fiction commence à devenir réalité. Le 30 juin, le ministre d’Etat a annoncé lors d’un point presse la validation du projet Très grand Ida. Le quartier de la Colle, incluant les secteurs compris entre l’avenue Crovetto Frères et le boulevard Rainier III, va donc être complètement remembré. « C’était la meilleure option. Une opération à 500 millions d’euros sur 10 ans, qui permettra un gain net de plus de 150 appartements et de rénover en profondeur les accès dans ce secteur de la Principauté », jugent les conseillers de gouvernement Jean Castellini et Marie-Pierre Gramaglia, respectivement chargés des Finances et de l’Equipement. Concrètement, l’opération intègrera la villa où loge le FAR (l’association catholique Foi action renaissance déménageant au boulevard du Jardin exotique, à la villa Thérèse) la villa Les Platanes (dont l’acquisition par l’Etat est toujours en cours de négociations, ainsi que les immeubles domaniaux Les Cèdres et les Mélèzes. Si besoin, en cas d’achoppement des négociations avec les propriétaires privés du quartier, le gouvernement aura recours à une loi d’expropriation. « Ce qui a été accepté par les élus », a noté Serge Telle.

Et les enfants du pays ?

Pour mettre en œuvre ce projet, une étude d’urbanisme sur le réaménagement le plus large du quartier va donc être lancée « sans délai ». Quatre cabinets d’architectes-urbanistes, associés chacun à un architecte monégasque, ont été sélectionnés. Objectif : « définir la volumétrie d’ensemble acceptable et intégrée dans son environnement » mais aussi « proposer les phasages les plus adaptés pour tenir compte de l’impact des travaux à venir sur les résidents du quartier et en particulier sur ceux des immeubles des Cèdres et des Mélèzes », a indiqué Marie-Pierre Gramaglia.

En l’état actuel du projet, on sait que 462 logements devraient être construits. En revanche, impossible de connaître la répartition entre domaniaux et logements réservés aux enfants du pays. « Nous sommes dans une vision urbanistique à 20 ans, englobant notamment la future opération Annonciade II », insiste Jean Castellini. Du côté du conseil national, on mise en effet sur le remembrement des immeubles de première génération comme l’Herculis. « Ces immeubles ne sont plus aux standards actuels et il existe des inégalités entre les immeubles domaniaux et donc les Monégasques, y compris s’agissant des loyers », souligne le président de la commission logement, Jean-Michel Cucchi.

_Milena Radoman

écrit par Milena