EXTRA-LARGE-JC-Vinaj-Isopress

Art contemporain, format XL

CULTURE/Du 13 juillet au 9 septembre, le Grimaldi Forum accueille son exposition estivale Extra large. Une cinquantaine d’œuvres monumentales, toutes issues des collections du Centre Pompidou à Paris.

Après le succès mitigé de l’exposition Fastes et grandeur des cours en Europe qui n’avait attiré en 2011 que 30 000 visiteurs, le Grimaldi forum espère bien faire le plein d’entrées avec sa nouvelle expo estivale Extra large. Une expo inaugurée le 13 juillet et ouverte aux visiteurs jusqu’au 9 septembre. La directrice des lieux, Sylvie Biancheri, souhaitait cette année « un retour à l’art contemporain. »

Sorcière
Voilà pourquoi, le Grimaldi Forum a engagé un partenariat avec le Centre Pompidou. Une cinquantaine d’œuvres monumentales, toutes issues des collections de cette célèbre institution parisienne, sont ainsi exposées dans les 4 000 m2 de l’Espace Ravel. Sculptures, peintures, photographies et installations, le tout sur une scénographie très minimaliste signée Jasmin Oezcebi. Pour rapatrier ces œuvres très grand format, dont certaines n’ont d’ailleurs jamais été présentées en Europe ou sont de récentes acquisitions, une logistique très lourde a été nécessaire. « 9 semi-remorques sont descendus de Paris en 3 convois », confirme la commissaire de l’exposition, Ariane Coulondre. Extra large propose donc un voyage artistique dans le gigantisme, à travers lequel les visiteurs pourront découvrir quelques valeurs sûres de l’art contemporain du XXème et du XXIème siècle. Entre autres : Joan Miró, Jean Dubuffet, Matta, Frank Stella ou encore Pierre Soulages.

Ensemble de 7 peintures de Yan Pei-Ming et Round Table de Chen Zhen. © Photo L’Obs

 

« Lauriers »
Parmi les œuvres les plus emblématiques de cette expo on peut citer notamment une installation monumentale de l’artiste brésilien Cildo Meireles baptisée La Bruja (La sorcière). Une œuvre surprenante qui met en scène des kilomètres de fil noir envahissant un peu partout le sol et le plafond de l’espace Ravel. Des fils qui, contre toute attente, convergent au final… vers un simple balai de sorcière. Un balai qui « paradoxalement provoque un désordre chaotique au lieu de nettoyer », explique la commissaire.

Respirare l’ombra de Giuseppe Penone. © Photo L’Obs

Autre oeuvre très originale : celle de l’italien Giuseppe Penone, figure du mouvement artistique de l’Arte Povera, intitulée Respirare l’ombra (Respirer l’ombre). Logique, car le visiteur se retrouve immergé dans une pièce très parfumée car tapissée de cages grillagées remplies de feuilles de laurier. « Une tonne de lauriers a été nécessaire. Cette œuvre donne l’impression d’être dans un sous-bois, dans une forêt. Tous les sens sont en éveil, surtout l’odorat. Deux petits poumons dorés sont accrochés sur l’installation pour inviter à se recentrer sur sa propre respiration. C’est une œuvre à la fois monumentale et délicate », souligne Ariane Coulondre.

Dessin mural monumental signé de l’Américain Sol LeWitt. © Photo L’Obs

Terroriste
Quelques mètres plus loin, une autre très grande salle dans laquelle figure l’oeuvre de l’artiste chinois Cai Guo-Qiang. Cette fois, on est face à une énorme structure en osier tressé, sous forme d’avion. Un avion qui pique dangereusement du nez. Originalité de cette œuvre : en s’approchant, on peut découvrir des centaines d’objets coupants, des ciseaux, des couteaux ou des canifs, insérés dans la structure. « Cette œuvre provoque d’emblée un sentiment de menace et symbolise en fait la menace terroriste », précise la commissaire.
Autre installation à voir absolument : celle de l’artiste suisse Eva Aeppli, qui avec son œuvre Groupe de 13, a voulu rendre hommage à l’association de défense des droits de l’homme, Amnesty International. Une œuvre qui symbolise 13 personnages anonymes aux visages tristes, aux mains squelettiques et tous vêtus d’un costume en velours sombre. « Ces êtres anonymes semblent attendre un jugement mystérieux, sans que l’on puisse vraiment déterminer s’ils en sont les juges, ou les accusés, les victimes ou les bourreaux », raconte la commissaire. A noter enfin que cet été des étudiants du Pavillon Bosio seront présents au Grimaldi Forum. Des « médiateurs culturels » qui expliqueront aux visiteurs la démarche artistique des différentes œuvres exposées.
_Sabrina Bonarrigo

Infos pratiques : exposition jusqu’au 9 septembre au Grimaldi Forum, 10 avenue princesse Grace. Ouvert tous les jours de
10h à 20h. Nocturnes les jeudis jusqu’à 22h.
Tarifs : 12 euros. 8 euros pour les étudiants de — de 25 ans et les seniors de plus de 65 ans.
Gratuit pour les moins de 18 ans. Pré-ventes
Internet sur grimaldiforum.com : 8 euros
pour tous. Renseignements : 99 99 30 00.