Annemasse : peines confirmées en appel

Article publié dans L’Obs’ n°131 (avril 2014)

Les peines prononcées le 12 mars 2013 par le tribunal correctionnel dans l’affaire de la vente du casino d’Annemasse en 1995 (voir L’Obs’ n° 129), ont été confirmées le 31 mars. L’autorisation d’exploitation de l’établissement avait fait l’objet de soupçons de corruption. Quatre personnes avaient été condamnées pour avoir blanchi de l’argent provenant de la vente à Monaco : 7,5 millions de francs (1,143 million d’euros). Un cinquième prévenu avait été reconnu coupable d’avoir aidé au placement et à la dissimulation de l’argent sale. Trois d’entre eux avaient interjeté appel. L’homme d’affaires corse, Michel Tomi, avait été condamné à 18 mois de prison avec sursis, assortis d’une amende de 500 000 euros. Sa fille, Marthe Mondoloni, avait écopé d’un an de prison avec sursis et d’une amende de 100 000 euros. Jean-Paul Susini avait été condamné à 4 mois de prison avec sursis. Son amende a néanmoins été réduite de 100 000 à 50 000 euros. Une partie des fonds blanchis avaient servi au financement illégal de la campagne du RPF, un parti créé en 1999 par Charles Pasqua et Philippe de Villiers, pour les élections européennes de 1999._A.P.

écrit par Adrien