Accord LFP-ASM : 7 présidents sont contre

FOOT-BUSINESS / Alors que L’Obs’ était en bouclage le 13 février, Le Point.fr révélait que 7 présidents de clubs de Ligue 1 (L1) ont envoyé une lettre à la Ligue de football professionnelle (LFP). Lorient, Caen, Bordeaux, Montpellier, Lille mais aussi Marseille et Paris protestent contre l’accord signé le 23 janvier (voir l’interview de l’économiste Bastien Drut page 40) par l’ASM et la LFP. La LFP demande à Monaco d’installer son siège social en France afin d’être imposé sur la même base que les 19 autres clubs français. Un accord a été trouvé le 23 janvier avec le conseil d’administration de la LFP : en échange du versement de 50 millions d’euros, l’ASM a obtenu l’autorisation de conserver le siège de son club en principauté. Sauf que Michel Seydoux (Lille), Laurent Nicollin (Montpellier), Loïc Féry (Lorient), Vincent Labrune (Marseille), Jean-François Fortin (Caen), Jean-Claude Blanc (PSG) et Jean-Louis Triaud (Bordeaux) ne sont pas de cet avis. Ils ont envoyé une lettre aux présidents de L1 et de Ligue 2 (L2). Dans ce texte cité par Le Point.fr, ces 7 présidents regrettent que « le conseil d’administration ait été saisi en urgence […] et que ces membres aient dû se prononcer […] sans connaissance du projet de transaction et sans vision claire de cet accord. » Ils mettent en avant des études réalisées par la LFP qui estiment « en moyenne » à 50 millions par an l’avantage de Monaco : « Dans ce contexte, les dirigeants de clubs professionnels soussignés ont décidé d’engager ensemble une action contentieuse contre ce qui apparaît comme un arrangement précipité, peu transparent et insuffisant, afin de faire annuler la transaction intervenue. […] Les clubs doivent être en mesure de concourir sans que des distorsions sociales ou fiscales ne viennent fausser le jeu de la compétition. »