Accord « irrévocable » entre la LFP et l’ASM ?

FOOT-BUSINESS / Le vice-président de l’AS Monaco, Vadim Vasilyev, a estimé que l’accord signé entre son club et la Ligue de football professionnel (LFP) était « irrévocable. » Avant d’ajouter : « Je suis très étonné que ce dossier, conclu avec un président démocratiquement élu et qui a été validé par une large majorité du conseil d’administration de la Ligue soit encore contesté. Toutes les procédures ont été respectées. Le débat est clos. Cet accord est irrévocable. Qui va vouloir investir dans le football français si l’on conteste chaque décision ? » s’est demandé Vasilyev dans Le Figaro, le 5 mars. Un accord signé le 23 janvier permet à Monaco de conserver son siège social en principauté en échange du versement de 50 millions d’euros en deux ans à la LFP. Sauf que 7 présidents de clubs de Ligue 1 (L1) sont contre (voir L’Obs’ n° 129), dont Jean-Claude Blanc (PSG) et Vincent Labrune (OM). Ils ont d’ailleurs l’intention de saisir le Conseil d’Etat pour obtenir l’annulation de cet accord. Ces présidents estiment en effet à 50 millions par an l’avantage fiscal dont profite l’ASM. De son côté, le président de la LFP, Frédéric Thiriez reste ferme, en estimant que l’accord trouvé avec Monaco est « irrévocable. » Toujours côté business, le contrat avec l’équipementier italien Macron signé en 2010 pour 4 ans pourrait ne pas être reconduit au profit de l’américain Nike. Contacté par L’Obs’, le club n’a pas souhaité confirmer cette rumeur. Selon Le Parisien, Monaco chercherait un sponsor maillot pour succéder à Fedcom dont le contrat se termine en mai. Un sponsor capable d’injecter 10 millions d’euros par an, soit à peu près le double de ce que verse Fedcom. La solution pourrait venir de l’étranger. En mai 2013, le PSG a prolongé son contrat avec Fly Emirates : 125 millions sur 5 ans, soit 25 millions par an. Mais le n° 1 c’est Manchester United, avec 560 millions sur 7 ans grâce à Chevrolet. En Europe, le PSG est 4ème. Et Monaco ?