Association-Je-lis-tu-lis

« Un rapprochement intergénérationnel »

ASSOCIATION/Transmettre le goût de la lecture aux plus petits, c’est l’objectif de l’association monégasque Je lis, tu lis, nous lisons, créée en 2001.

«Nous voulons faire en sorte que les enfants lisent par gourmandise et non par obligation. Nous devons les captiver, ne pas avoir un ton monocorde et être engagés dans le texte. Bref, leur donner le goût des livres et des histoires. » Depuis 12 ans, Claire Calcagno, présidente de l’association Je lis tu lis nous lisons, organise avec d’autres retraités, des séances de lecture aux enfants de la principauté. Plusieurs fois par semaine, en dehors du temps scolaire, pendant la cantine par exemple, des seniors, tous bénévoles, consacrent une partie de leur temps libre à ces petits groupes d’enfants. De la maternelle au CE1.

« Dialogue »
Objectif : développer chez eux le plaisir de la lecture et favoriser le rapprochement intergénérationnel : « Ces moments de lecture permettent de créer une vraie rencontre et un dialogue entre enfants et retraités, explique la présidente. D’ailleurs, bien souvent à Monaco, beaucoup d’enfants sont issus de familles étrangères et n’ont donc pas la possibilité d’avoir leurs grands-parents près d’eux. On constate que de vrais liens affectifs se tissent avec nos membres. » Et pour ces papis et mamies qui font la lecture aux enfants, ces ateliers de lecture sont « une authentique cure de jouvence. »

Le Zèbre
A l’origine, de cette rencontre entre générations à travers la lecture, une idée non pas monégasque, mais française. C’est en effet l’auteur de Bille en tête (1986), Le Zèbre (1988) ou encore Fanfan (1990), Alexandre Jardin, accompagné du journaliste Pascal Guénée, qui a lancé en 1999 l’association Lire et faire Lire. « En décembre 2000, lors d’une conférence à l’auditorium du musée Matisse à Nice, j’ai demandé à le rencontrer. Après cette concertation, nous avons obtenu son aval pour créer le relais monégasque de l’association française », raconte Claire Calcagno.

Défi
A l’heure où les enfants passent plus volontiers leur temps devant des écrans notamment sur les tablettes numériques, donner le goût de la lecture est donc un vrai défi. D’ailleurs, selon un sondage OpinionWay pour l’association des parents d’élèves de l’enseignement libre (APEL), seuls 56 % des enfants lisent au moins une fois par semaine, 13 % lisent au moins une fois par mois, et 14 % ne lisent jamais…

_Sabrina Bonarrigo