Barsi-au-Monaco-press-Club-2-@-Monaco-press-club

« Il ne peut pas y avoir de pitié pour les coupables prédateurs »

EGLISE L’archevêque de Monaco, Monseigneur Bernard Barsi, s’est longuement exprimé le 27 février lors d’un Monaco press club (1). Il s’est notamment prononcé au sujet de la pédophilie dans l’Église, de l’interruption volontaire de grossesse ou encore du mariage des prêtres. « Le point de vue de l’Église sur la pédophilie change », a reconnu l’archevêque, ajoutant : « Nous attendons aujourd’hui des décisions concrètes. Il ne peut pas y avoir de pitié pour les coupables prédateurs qui doivent être écartés ». Au sujet de l’IVG, Monseigneur Barsi propose une dépénalisation pour la femme, pas pour le praticien qui pratique l’interruption. Il précise : « Si on venait à légaliser, on toucherait alors à la constitution du pays et à l’article 9, qui prévoit que la religion catholique est religion d’État. Ce ne serait plus possible, nous irions vers un changement de régime politique ». Enfin au sujet du mariage des prêtres, il a déclaré : « Chez les chrétiens d’Orient, les prêtres peuvent se marier. Et des hommes mariés peuvent être ordonnés prêtres. Si on prenait cette décision, en Occident, ça ne me troublerait pas ». Par ailleurs, Monseigneur Bernard Barsi a remis sa lettre de renonciation en 2017, à l’âge de 75 ans comme le veut la tradition des évêques. Il a été reconduit pour 2 ans mais son successeur devrait bientôt être connu. M.D.

(1) Entretien retranscrit dans Monaco-Matin.

 

écrit par La rédaction